Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

Dernières notices ajoutées par région : Macédoine Centrale
Neos Sidirodromikos Stathmos. Excavation initially focused on the E part of the station boundaries (an area of 1,350m2) and specifically on the area of the entry shaft for the tunnel-boring machine. Ninety four tombs were revealed, bounded to the N by 4 distinct peribolos walls oriented NW-SE, which were revealed at a d. of 3−5.5m beneath the mod. surface. A rich variety of tomb types was revealed (funerary monuments, built-chamber tombs, cist and pit graves, tile graves, enchytrismoi and altar-like structures of unworked stones which mark graves), which mostly contain inhumations, with a few instances of cremation and secondary reburial. Fifty eight of these contained ceramic or glass vessels, bronze coins, gold and bronze jewellery, gold danakes, and bone and metal artefacts. This part of the W cemetery was in use from the Hel− LRom period. Excavation in this area is now complete. A further area of ca. 2,500m2 has been opened in the W part of the station area, at the front of the station forecourt. At a d. of 2−2.8m, 4 potters’ kilns were found, with a dump area for broken tiles, wasters and discarded clay. This area, outside the W city wall, was known as the Potters’ Field due to the presence of many ceramic workshops. (Further details are noted in Eleftherotypia [22/08/2008], without attribution to source: the largest kiln, 5m l. and 3.5m w., is dated to the ECh period and described as used for the production of tiles and bricks; a smaller kiln nearby is dated to the 4th Ct AD.)

Lire la suite
Psili Vrisi.  A. Prokopidou, G. Skiadaresis and M. Cheimonidou report the discovery of part of a previously unknown monastery of the 1st half of the 13th Ct AD (1239−1252) and a LByz (13th−14th Ct AD) cemetery of at least 40 (mostly male) graves.

Lire la suite
Vergina (anc. Aigai). Ch. Saatsoglou-Paliadeli (Aristotelian University, Thessaloniki) reports on progress in a collaborative programme with the ΙΖ' ΕΠΚΑ to complete cataloguing, conservation, and presentation of architectural and other finds. Ch. Saatsoglou-Paliadeli and A. Kyriakou (Aristotelian University, Thessaloniki) report on continuing excavation at the palace and cemetery. Excavation at the tholos in the palace demonstrated that the exedra contains reused architectural members in its foundation and must thus post-date the Rom conquest in the M2nd Ct BC. It cannot, therefore, be connected with the palace, but it represents a continuity of ritual function in this area. The main conclusions of A. Kyriakou’s 2005 doctoral thesis on the M4th Ct BC Stenomakri tomb (excavated in 1981 and 2003−2005) are presented. The oblong tumulus (43.75 x 24.75m) covered 3 burials − a pit grave in the centre (tomb A) and 2 cist graves to the N (tomb Γ) and S (tomb B), each surrounded by its own peribolos. In tomb B, attention is drawn to at least 10 polychrome hydriae, pierced to allow funerary libations, which are closely similar to polychrome vessels from the Aiane cemetery, as well as rich metal goods including horse trappings, and metal and ivory fittings for a wooden chest. Over tomb Γ, a group of 15 hydriae pierced for libations differs in style from that in tomb B, being more closely influenced by metalwork. Notable among the grave offerings is a Kerch style acorn lekythos attributed to the Attic painter of the Vogell Group, but in non-Attic clay. Other offerings include 3 rf vases, metal weapons and jewellery, iron knobs from leather vessels, 2 wreaths, and ivory decoration from a wooden chest and couch, as well as gilded terracotta plaques. In the central tomb A, a male burial is clearly attested and the tomb includes many weapons (notably a silver-inlaid sword), but there are also slight indications of a female burial. At the E side of the tumulus, a monument bore burial markers, of which survive the marble paw of a lion and a marble volute krater buried in the foundation. The tombs were looted and the monument destroyed by the Gauls in the 3rd Ct BC and the Romans in the 2nd Ct BC. Remains of pyres connected to the cist graves and rich weapons from the central grave indicate the status of the deceased. S. Drougou (Aristotelian University, Thessaloniki) reports on excavation of the Macedonian tomb with Ionic façade. This focused on the dromos, which is shown to be lengthy (14m l. x 6−7m h.), including a large courtyard (7m l. x 6m w.) in front of the façade. A large wall of coarse stones protected the dromos from loose soil on the S side. A building dedication at the SE corner of the tomb contains mainly bg plates which date the tomb to the L4th Ct or ca. 300 BC. A. Kottaridou (ΙΖ' ΕΠΚΑ) reports (AEMTh 20 [2006], 723−80) on rescue excavation of building plots on the E side of Vergina, within the Ar cemetery. 90 graves have so far been excavated, spanning the 6th Ct BC: these are densely concentrated, apparently in groups (perhaps family groups) and arranged in rows. Within the city, excavation close to the NW gate revealed a large building complex (covering over 0.3 ha) with multiple phases, but on a different orientation from the palace and the Sanctuaries of Eurykleia and Kybele (confirming that, despite the efforts of Philip II, Aigai never entirely conformed to a consistent grid). Finds include LAr pottery and a very few 5th Ct spolia used in a large 4th Ct structure. The building apparently continues W, with a large courtyard and a water channel running beneath. The building was remodelled before the end of the 4th Ct and, with various alterations, continued in use into ECh times when the town was abandoned. This is a longer period of use than the palace and the main sanctuaries, and the extent of construction in the 1st Ct AD is notable. To this later building phase belongs the large peristyle court (ca. 0.1 ha in area) which reshaped the entire complex. A rich destruction deposit covers the building. Documentation of the full extent and layout of the complex awaits future seasons. Beside the W city wall, within the Palaiopanagia gully, lies a well-constructed building with pebble mosaic pavements similar to those in the palace. This was destroyed in the reign of Amyntas III, probably in a flood. It is speculated that the gymnasium of the city is to be found here. Further S, on the Palaiochori hill, the discovery of the body of a marble statue of a seated deity surely indicates an extra mural sanctuary. An extensive area of settlement (ca. 7 ha) existed W of Vergina, including substantial remains previously reported. Fourth Ct houses and periboloi have been located here, as well as a cemetery of the reigns of Amyntas III and Philip II to the W. The remains of a Hel building lie further W, at Pournari near Rovia, where a settlement and cemetery of the L EIA and an anc. water channel are located. Further N, on the plain close to the Aliakmon at Varka, is a tumulus with EBA settlement remains, an EIA cemetery and a Cl−Hel settlement and cemetery. On the plain NE of the cemetery, is the Rom settlement (with ECh basilica) which replaced Aigai and just beyond the E city gate is another settlement area, with 2 more further E at Keramario. Here trial trenches revealed a house destroyed in the 2nd Ct BC and an Imperial Rom kiln. This evidence combines to support the picture of an urban structure kata komas. Ethnos (13/03/2008) reports the results of analysis (by M. Vavelidis, Aristotelian University, Thessaloniki) of the provenance of precious metals used in the royal burials. Gold comes from the Aliakmon area and the Chalkidike, and silver from Lavrion.

Lire la suite
Anc. Kalindoia. Ethnos (15/03/2008) reports the recent discovery by K. Sismanidis of 3 statues, inscriptions and a base, among other finds, within a very small area during continuing excavation in the area of the Sebasteion. The over life-size head of a woman of Herculaneum type is illustrated. The discovery in 2007 of 2 almost identical headless statues of standing male figures wearing the himation is noted: these are probably cultural figures (philosophers, orators or poets).

Lire la suite
Sintrivani Station. During removal of the network of public utilities outside the station boundary, 109 tombs were uncovered, of different types (chamber tombs, tile graves, pit graves without covers, enchytrismoi, vaulted tombs, stone- or brick-built cists, altar-like constructions of unworked stones which mark simple pits or orthogonal repositories and a group of 5 vaulted chambers). Inhumation is the dominant rite, though there are several instances of multiple inhumations, secondary reburial and cremation. Forty five tombs contained grave goods (pottery and glass vessels, bronze coins and gold danakes, terracotta figurines, bone pins, daggers, and gold and bronze jewellery). In the same area were found sections of wall and water channels. During construction of the perimeter wall of the station, in front of the Children’s Refuge, a total of 178 tombs were found, of various types (chamber tombs, tile graves, pit graves, enchytrismoi, vaulted tombs, stone-built tombs, altar-like structures and cists), including 6 small monolithic marble sarcophagi or ossuaries of Rom date. Inhumation was the dominant rite, but there were also examples of double and multiple burials, secondary reburial and cremation. Seventy tombs contained grave goods (clay and glass vessels, bronze coins, gold, silver and bronze jewellery, and terracotta figurines). Part of a building with a mosaic pavement and partially preserved sections of wall and water channel were also recovered. The density of the tombs and the fact that they encroach on each other indicate the intensity of the use of this area over a long period of time, from the 3rd Ct BC to the 4th Ct AD. Kathimerini (13/04/2007) notes the discovery of a stele inscribed ΕΠΙΘΕΡΣΗΣ ΦΙΛΩΝΟΣ ΜΗΘΥΜΝΑΙΟΣ.

Lire la suite
At the Sintrivani station interchange, an area of 2,842.75m2 was opened, revealing a total of 1,028 tombs. Types include pits without covers, free burials, tile graves (in simple form or with cover tiles), cists, vaulted tombs and enchytrismoi. In addition, building materials from one construction and parts of others, and storage pits of mod. times were found. The most common forms of grave are free burials and pits either covered with schist slabs or uncovered. One hundred and twenty eight graves (12.5%) contained goods, consisting of clay vases and tear-bottles, bronze coins, bronze and gold jewellery, shells, bone and glass astragaloi, and iron and bronze items. The majority are Rom, but 35 items date to the Hel period. Among the Hel graves are noted: a stone ossuary (T746) which held the burnt bones of a human and a small mammal, a gold wreath of oak leaves and a clay tear-bottle; and a cist grave T840 which contained the remains of a wooden bier, plus 4 gold wreaths of olive leaves, jewellery, a gold danake, gold thread, a bronze coin, bronze mirror, and 1 bronze and 7 pottery vessels.

Lire la suite
Venizelos station: on Venizelou street (formerly Sabri Pasha avenue, within the Byz city wall), part of an Ot cemetery was discovered.  Seven cist tombs were found arranged in parallel, and 2 further randomly placed, indicating the continuing use of the cemetery (despite prohibition of intra-mural burial) until the end of the Ot period. Glazed and plain pottery from the area dates from the MByz−LOt and later. The cemetery was bounded to the E by a N−S wall containing a marble threshold block. This wall follows the building line on the W of the former Sabri Pasha avenue, abutting a section of that avenue which has 6 street levels preserved, and which in turn had a water channel running alongside it. At the Venizelos station, the 9th EBA reports the discovery, at a d. of 4.1m below the mod. surface, of MByz−LByz (12th to first half 15th Ct AD) levels containing building remains (floors, walls and wells) and much pottery.

Lire la suite
Alcazar. At the Venizelos street station, a stoa has been located which joins the Bezesten market with the Hamza Bei temenos (the Alcazar).  A study (led by E. Marki of the 9th EBA) of remains of an ECh church below the Alcazar, notes 16 columns and capitals of the L5th−6th Ct AD reused in the later temenos. The decision to house portable finds and selected architectural features from the metro excavations in a new museum in the Alcazar is widely reported.

Lire la suite
At Eukleides station, between Constantinoupolis Street and Papanastasios Street, initial work to move the network of public services and sink 3 boreholes revealed partially preserved building remains of the LOt period and, in one of the boreholes, a marble architectural member. Landscaping of the general area of the work-site revealed part of a mod. building (walls and water pipes), probably a stable of the L19th−E20th Ct.

Lire la suite
Thessaloniki  Metro General. Ch. Bakirtzis and N. Pazaras report on rescue excavation conducted in 2006−2007, when 58 trenches were opened and pre-drilling tests made, 43 of which produced antiquities. Portable finds are noted as few, and mostly small quantities of post-Byz domestic pottery and Ot tobacco pipes, also ECh transport vessels, a few bronze coins and marble spolia. Disturbance to often shallowly buried LRom and ECh remains from 19th and 20th Ct AD construction was generally severe. The authors present a useful series of tables setting out in detail the building remains and portable finds located trench by trench, according to construction area (Demokratias station, Demokratias-Venizelou line, Venizelou station, Venizelou-Ag. Sophia line, Ag. Sophia station, Ag. Sophia-Sintrivani line and Stavroupolis branch). Almost all architectural finds are sections of wall (rarely connecting into recognizable structures), water channel and paving: readers concerned with the LRom and ECh topography of the city are referred to these tables.  Maps and useful updates on the construction can be found at http://www.ametro.gr. Agia Sophia-Sintrivani: at Egnatias and Sokratous (before the church of Ag. Athanasios), part of a 2nd Ct AD table support 0.7m h. was found, depicting a (headless) male figure wearing a chiton. Traces of cement confirm that it was later built into a wall. Agia Sophia. The Central Archaeological Council has decided to rebury a mosaic pavement discovered close to this station.

Lire la suite
Pella.   M. Lilibaki-Akamati (Director, ΙΖ' ΕΠΚΑ) reports the discovery of a potter’s workshop at some distance from the main commercial centre of the city in the agora.  The workshop, which remained in use from the last quarter of the 4thCt until ca. 200 BC, is a square complex with a central paved courtyard containing a well and the base of an altar, surrounded by porticoes which have rooms leading off them.  Kilns and storage areas were found, as well as a system of tanks for the purification of clay, thus providing important evidence for the technological processes employed.  In addition, moulds for vessels, luxurious domestic equipment, fragments of figurines, and silver and bronze coins were found. I. Akamatis (Aristotelian University, Thessaloniki) reports the discovery of the public archive of the city.  Hundreds of seals and sealings from papyrus documents have been found, along with a gold stater, pens and ink holders, and raw materials for the production, sealing and storage of documents.  The public archive did not only hold the official papers of the Macedonian kingdom, its officials, the cities of the kingdom and their rulers, but was likely the location where these documents were written, signed and sealed.  The archive was housed in a 2-storeyed building in the SW corner of the anc. agora, constructed in the L4thCt BC over an extensive Cl cemetery (of the period of Archelaos and Amyntas) which contained mostly child burials equipped with rich grave goods.  The building was destroyed in the earthquake which devastated the city at the beginning of the 1st Ct BC. Several hundreds of clay sealings from papyrus documents, which fell from the upper floor where they had been stored in the peristyle and S stoa, were recovered from the ruins.  In the same areas were found several fragments of pens, metal and clay ink holders (one of which bore the name of Philip), and masses of the clay used to form sealings.  Motifs depicted on the sealings vary: deities, male, female and animal forms, portraits and the Macedonian club and star.  One group, which bears the legend ΠΕΛΛΗΣ ΠΟΛΙΤΑΡΧΩΝ shows Pella personified as a female head wearing a mural crown.  Other sealings show the head of Zeus with the legend of the Macedonian generals, in some cases of commercial magistrates and of the rulers of Edessa, Europos and various other cities.  A number depict the image of a grazing cow, as used on the coinage of Pella: the legend on the coinage reads ΠΕΛ/HΣ whereas that above the cow on the sealings reads ΠΕΛΛΗΣ ΕΜΠΟΡΙΟΥ thus linking it with the official organization of the commercial centre of the city, while emphasizing the fertility of the region and perhaps alluding to the old name of the city, Bounomos or Bounomeia.  A seal type depicting the head of a satyr may have been used by officials inside the building as a guarantee of the confidentiality of the documents prepared there.

Lire la suite
Archontiko. W cemetery.  P. and A. Chrysostomou (ΙΖ' ΕΠΚΑ) report continuing excavation which has revealed a further 43 tombs, comprising 4 of the EIA (7thCt to 580 BC), 31 of the Ar period (580−480) and 8 of the Cl−EHel period (480−279).  The excavators note that the date of the earliest tombs indicates Macedonian settlement of the area by the 2nd half of the 7thCt BC.  Of the EHel graves, T714, the burial of a young girl, is of particular interest: this contained a gilded bronze wreath, 3 clay vases, a bronze kantharos and a unique life-sized terracotta head of the deceased girl. Of the Ar tombs, 20 were male burials and 11 the graves of women.  Five of the male burials were in the 1st warrior category, 8 in the 2nd and 7 in the 3rd.  Those in the 3rd category of warriors contained bronze helmets, iron weapons (a sword, 2 spearheads and a knife), gold, silver, bronze and iron ornaments (pins, rings, eye-, chest- and mouth-plates, sheet metal etc.), terracotta figurines, pottery and bronze vessels, and iron models of carts, furniture etc.  Singled out for their wealth are 2 women’s graves of the 3rd social rank, which contained gold, silver, bronze and iron jewellery (diadems, dress ornaments, spirals, earrings, mouth-plates, necklaces, pendants, pins, rings, bands and sheet metal etc.), glass, terracotta and faience beads, iron knives and iron models of carts, terracotta figurines and clay, glass and faience vessels.  Some of the gold mouth-plates and sheet ornaments bear depictions of upstanding heraldic lions noted as symbols of royal power. Ceramics include Cor bf kraters, Atticizing kraters depicting animals and birds in the manner of the workshop of Lydos, which were mass produced in a workshop in the Chalkidike in the M6thCt BC, and Attic bf kylikes. In 8 years of excavation since 2000, the ΙΖ' ΕΠΚΑ is reported as having uncovered a total of 915 graves over an area of ca. 1ha (estimated at 5% of the total area of the cemetery): of these, 231 date to the EIA, 441 to the Ar period and 236 to the Cl−Hel period, while 7 are undiagnostic.

Lire la suite
Vergina (anc. Aigai).  C. Saatsoglou-Paliadeli (Aristotelian University, Thessaloniki) reports the discovery within anc. fill in the sanctuary of Eukleia of a gold wreath of oak leaves, of the same dimensions and technique as those in the royal tombs of the Megali Toumba and surely of the same 4thCt date.  The wreath, which lay over human bones, was contained within a solid gold vessel (a round, pyxis-like shape with a lid which so far appears unique), which was itself contained within a larger (ca. 0.5m h.) cylindrical bronze vessel, also with a lid. The discovery of such a funerary assemblage outside the area of the royal cemetery raises questions about the function of the agora itself. Questions centre on why a surely significant individual was buried with such wealth in the most public and most sacred spot within the city walls.  Subsequent examination of the bone remains indicates that they belong to a young male.

Lire la suite
Vergina. Palace of Philip II.  A. Kottaridou (ΙΖ' ΕΠΚΑ) presents a new reconstruction of the palace of Philip II made after an extensive programme of restudy, excavation and site conservation undertaken since April 2007.  A 2-storeyed building is reconstructed (13.6m h.), facing E, with two 10-column stoas along the façade (Doric on the lower level and Ionic on the upper), flanking a large central propylon.  It covers an area of ca. 7,000m2, with the interior courtyard alone covering ca. 2,000m2 (and with 60 columns around the sides). There are indications that one of the stoas along the E façade may have served as a pinakotheke.  Andrones around the court included 3 large rooms (of ca. 250m2) capable of accommodating some 30 couches each, plus several smaller rooms: the court and the rooms around it were all furnished with mosaic pavements of pebbles or marble tesserae in coloured plaster, with designs varying from the simple geometric to the complex figurative (for example, the Rape of Europa).  The bottom 1.6m of the structure was built of limestone quarried from Vermio, ca.15km away, with the superstructure in brick and covered in plaster made from a mixture of Theran earth (used here for the first time), lime and grit, with a variety of colours including blue, red and ochre.  The marble threshold blocks of the entrance were preserved in situ; stone members collapsed from above, which imitate window shutters and Ionic columns, permit a full reconstruction of the façade, including the 1st floor which must have held the women’s and sleeping quarters.  The roof was tiled in the Corinthian system.  A separate block held the kitchens and related facilities.  Construction began in 350 BC and is believed to have taken 10−12 years, forming part of a wider building programme under Philip II which also included, for example, the theatre.  Dr Kottaridou develops a case for the identification of Pytheos as the architect of the building, noting comparisons with the Mausoleum at Halikarnassos and the Temple of Athena at Priene: the impact of Pythagorean mathematics on the design of the building is emphasized.

Lire la suite
Adrianos, Kastro.  S. Gimatzidis (ΚΖ' ΕΠΚΑ) and R. Jung (DAI) report on a trial excavation on this extensive (ca. 1.4ha) multi-period hill settlement by the river Mavroneri (anc. Aison), close to Katerini.  Three cemeteries probably related to this settlement are noted: one at Adrianos (Cl−Hel), another ca. 2−3km to the W (of the same period) and the third very close by, which is probably EIA in date.  Excavation in the settlement revealed EBA activity in the lowest levels (on the basis of pottery, some datable to EHII, rather than architecture), followed by LBA (with handmade pottery of fine quality, burnished and matt-painted, although no evidence of production in the Myc tradition).  Architectural remains appear in the EIA: in the lower part of the settlement, an artificial terrace (more than 0.5m d.) may have been intended to support large pithoi.  Above this was a wall (of mud-brick on a stone foundation), inside which were found more than 10 loomweights.  While the pottery found in these levels does not permit close dating, both the terrace and the wall can be generally characterized as LPGeo−SubPGeo.  Scattered sherds indicate that activity continued in the later phases of the EIA, and the surface level (which lies directly over the LPGeo features) includes pottery and coins of the LAr−Hel period, when it seems that settlement was on a large scale.  A very few Byz sherds and coins were also found.   Finally, the authors note the chance discovery in 2005, during the opening of a water channel, of a closed EIA tomb assemblage at Moschochori, 5km W of the Kastro by the river Mavroneri.  The burial was reported to be an extended inhumation, and to contain, in addition to a handmade kantharos, gold spirals and a large quantity of bronze jewellery (fibulae, beads, pendants and 3 bracelets).  The assemblage has been handed over to the local authorities.  

Lire la suite
Thessaloniki, E cemetery.  C. Papageorgopoulou (Zurich) reports on analyses of the body of a woman in a sarcophagus dating to ca. 300 AD, discovered in 1962 in the E cemetery of the city.  The body, of a tall woman 50−60 years old and of high status (covered by a purple-dyed, gold-ornamented silk cloth), was embalmed using a mixture of resin, myrrh, olive and aromatic substances −the earliest attestation of this practice in Greece.  The body was then placed in cotton and linen wrappings and laid on a wooden palette inside the sarcophagus.  Shreds of skin, hair, reddish eyebrows, arm muscle etc. are preserved in very fragile condition, in addition to the skeleton.

Lire la suite
Thessaloniki, Toumba. S. Andreou (Aristotelian University, Thessaloniki) presents an overview of continuing study following excavations which took place between 1984 and 1998, and again from 2006−2008.  The goal of the latter phase of excavation was a close understanding of the settlement from the end of the BA and the transition to the EIA. Study of old excavation material revealed that the earliest occupation on the slopes of the Toumba spans the MH period (building phases 14−9) and is characterized by monochrome pottery in a significant variety of shapes.  With the start of the LH (phases 8−6), settlement was confined to the upper terraces, and the pottery enriched with a small number of decorated vases (with incised decoration in phase 7 and in phase 6, incised and matt-painted examples and one LHII Myc sherd).  Primary studies of the pottery are: K. Psaraki, Υλική και κοινωνική διάσταση του στιλ της κεραμεικής: η χειροποίητη κεραμεική της εποχής χαλκού από την Τούμπα της Θεσσαλονίκης (PhD thesis, Aristotelian University, Thessaloniki 2004; http://cds.lib.auth.gr//archive.shtml?base= Griza&id=gri-2004-444); S. Andreou and K. Psaraki, ‘Tradition and innovation in the Bronze Age pottery of the Thessaloniki Toumba’, in M. Stefanovich, H. Todorova and G. Ivanov (eds), The Struma/Strymon River Valley in Prehistory. Proceedings of the International Symposium ‘Strymon Prehistoricus’, 27 September to 10 October 2004. Blagoevgrad (Sofia, Gerda Henkel Stiftung 2007), 397−420. The plan of the settlement on the top of the Toumba (Fig. 1), with narrow cobbled streets between multi-roomed mud-brick complexes, remained stable throughout the later stages of the LBA (phase 2A).  LHIIIB wheelmade vessels remained few in phase 5, but wheelmade pottery was much more common in phases 4−2A (LHIIIC E and M in the 4 subphases of phase 4, LHIIIC M and L and perhaps SubMyc in phases 3 and 2B, and EPGeo with concentric circle decoration in phase 2A).  See S. Andreou, ‘Stratified wheelmade pottery deposits and absolute chronology of the LBA to the EIA transition at Thessaloniki Toumba’, in S. Deger-Jalkotzy and A. Bächle (eds),  LH III C Chronology and Synchronisms III, LH IIIC Late and the Transition to the Early Iron Age: proceedings of the international workshop held at the Austrian Academy of Sciences at Vienna, February 23rd and 24th, 2007 (Vienna, Österreichische Akademie der Wissenschaften 2009), 15−40. From 2006 onwards, excavation focused on uncovering building complexes B and E on the E part of the hill, of which only small parts were previously known.  The aim was a better understanding of changes in the organization of the settlement and in these particular complexes during phases 4−2A, via comparison between the 2 new buildings and complex A, which was almost completely excavated between 1985 and 1998 (this consists of more than 15 rooms and covers an area of some 230m2).  A further aim of this excavation was better understanding of the transition to the EIA through the location of stratified assemblages of phases 3, 2B and 2A, which are rare or completely absent from complex A and the other areas of the previous excavations. Non-joining parts of well-built stone foundations which are associated with fill containing Ar and Cl pottery, domestic material and animal bone, although with no secure link to particular floor levels, were partially uncovered in the surface level.  This appears to be the abandonment and destruction layer of 2 or 3 houses which were built during the 2nd half of the 6th Ct and into the M5thCt.  An irregularly shaped pit (maximum di. 5m, d. 1.5m), which was perhaps intended to hold material with which to make brick for later houses, destroyed older walls and fills back to the end of the LBA in the SE part of building B.  It contains building material and pottery of the end of the 5th and the E4thCts. The walls of the Ar and Cl periods sit directly on, or have partially destroyed, the walls and fills of the later phases of complexes B and E, complexes which are bounded on 3 sides by roads which divide them from each other and from the other  buildings located to the S and N (Fig. 1).  The building techniques, and the extent and spatial organization of complexes B and E (to date, 7 and 11 rooms or spaces, respectively, have been excavated), show similarities with complex A. Successive rebuilding, floors and stratified fills of the end of the LBA and beginning of the EIA have been located in both complexes (phases 2A−4A). The fills associated with the latest construction phase of the foundations of complex B are disturbed.  However the floors in rooms B7−B9 are preserved (ca. 2.15−2.20m d.), as well as part of the fill of the immediately preceding phase, which is linked to the first appearance of several EPGeo closed vessels and skyphoi decorated with concentric circles (phase 2A), the presence of bone and stone tools, and the debris of stoneworking.  A large pithos stood in situ in room B9 and room B7 contained traces of constructions for heating.  Remains of this period were less well preserved in rooms B2−B4, which had previously been partially excavated. A floor of the immediately preceding phase (2B) with LHIIIC L wheelmade pottery, which can be easily distinguished in rooms B2/3 of the older excavations, was traced only in area B9.  This is due to the fact that in the course of phase 3, the NW part of the building complex (B9) was demolished and reused only in the 2nd half of phase 2B (traces of use are found at a d. of  ca. 2.5m).  Notable fills of phase 3 (floors at a d. of ca. 3.3m) have so far been located only in the S part of the building (B4), where 2 very regular shallow pits probably indicate the existence of 2 more baskets next to one of which traces were clearly visible in the 1990 excavation, plus a pithos which remained in position from phase 4.  A notable quantity of fragmentary murex shells, which must be linked to the production of purple dye in B2/3, complete the picture from the older excavations of phase 3.  For a study of this dye production, see R. Veropoulidou, S. Andreou and K. Kotsakis, ‘Small scale purple-dye production in the Bronze Age of Northern Greece: The evidence from the Thessaloniki Toumba’, in C. Afrano and L. Karali (eds), Vestidios, Textiles y Tintes. Estudios Sobre la Produccion de Bienes de Consume en la Antiguedad. Actas del II Symposium Internacional Sobre Textiles y Tintes del Mediterraneo en el Mundo Antiguo (Atenas, 24 al 26 de Noviembre, 2005) (Valencia, Universitat de València 2008), 171−80. A large pithos lay exactly below the later one in B9, while in the W part of B7, a layer was located with large pithos sherds and red clay.  Large pithos sherds and red clay also covered and went partially under the skeleton of an adolescent male which had been carefully placed, extended, face down, and with the arms by the sides, partially in the opening in the N wall of the room and partially in the road outside. The deceased, who was perhaps placed inside a pithos, was accompanied by a spondylus shell, a whetstone and 2 LBA handmade vessels (Fig. 2), while a bronze knife which was found slightly further inside the room could also belong to the same assemblage.  The burial was probably placed here and covered with clay at the end of phase 3 or at some point in phase 2B, in the course of which the N part of building B seems to have been unused. Excavation continued down further into the fills of phase 4 only in the unexcavated parts of rooms B2/3 and B4.  To the significant number of pithoi located in rooms B1 and B2/3, should be added one more in B2/3 and one in B4. Only fills of phases 3 and 4 were preserved in building complex E, since the more recent levels had been destroyed by Ar and Cl construction.  The fills and floor of phase 3, with LHIIIC M pottery, were themselves partially disturbed by more recent building activity, while it is likely that part of the complex was abandoned in phase 2B.  There was a bin or basket in E8, while quantities of fragmentary murex shells, part of a metallurgical crucible and traces of burning in room E3 are associated with the production of purple dye and with metal-working inside the complex, similar to those activities located in other buildings.  See M. Vavelidis and S. Andreou, ‘Gold and gold working in Late Bronze Age northern Greece’, Naturwissenschaften 95 (2008), 361−66.  The beginning of phase 3 and phase 4A are characterized by particularly intense activity, with many and frequent relaying of floors.  To phase 4 belongs a structure made of stone slabs with a flat top which may be linked to food production (B9) and an oven (B7) which continued in use into phase 3 and is associated with a thick layer of ash rich in archaeobotanical remains.  In the E part of the complex, which had been partially excavated previously, there is a striking presence of storage spaces with quite large pithoi in situ.  From this view, building complexes E and B reinforce the picture of centralized, large-scale storage which is plain in building complex Ain phase 4, but which stands in contrast to the small-scale and dispersed storage of phases 3, 2B and 2A in the 2 recently excavated complexes.  

Lire la suite
Mt Menoikio. A chance discovery was made by cavers of rock art in the entrance of a cave in the area of Nea Zichne, outside the village of Anastasia.  This horizontal cave, ca. 0.4−0.5m h., was flooded after the first 350m.  Within the cave was a network of water courses in use from antiquity until recent decades.  Ca. 500m inside the cave was an area of ferrous metal extraction ca. 150m l.  A human skeleton discovered here may date to the Civil War.

Lire la suite
Skete of Agios Demitrios (Vatopedi).  P. Androudis presents a new study of the architecture and decoration of the kyriako of the skete of Ag. Dimitrios of Vatopedi (the katholikon of the monastery of Ag. Dimitrios Chalkeos), reconstructing a building sequence which dates back to the first half of the 11thCt AD.

Lire la suite
La fouille de l’abri-sous-roche à Katarraktes, près de Sidirokastro s’est poursuivie de 2006 à 2008 dans la cavité B. Les vestiges de trois phases d’occupation distinctes ont été mis en évidence. Elles sont caractérisées par des sols en argile compactée, des foyers, un four et des structures à poteaux. La céramique recueillie dans les couches de la dernière phase – des fragments de pithoi à décor estampé et de la céramique à surface lustrée – situe cette phase au Bronze Ancien, tandis que des échantillons datés par carbone 14 en 2004 situent la phase d’occupation la plus ancienne à la fin du Néolithique Final et au début du Bronze Ancien. Cette datation est confirmée par la céramique, comparable à celle de Dikili-Tash IIIA et Sitagroi IV.

Lire la suite
À l’Est de la ville d’Édessa, dans le quartier traditionnel de Varossi, A. Chrysostomou (XVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a effectué en 2008 des travaux de mise en valeur du rempart d’Édessa qui ont révélé plusieurs tronçons fortifiés, de l’époque hellénistique à l’époque byzantine (fig. 1). Un nouveau segment du rempart antique a été mis au jour sur une longueur de 17 m et une hauteur de 5 m. Le rempart présente une largeur de 2,20 m. Des blocs remontés et joints à des moellons et des briques avec du mortier épais témoignent de réparations au IIIe s. apr. J.-C., après une période d’abandon. Le proteichisma, d’une largeur de 2,40 m, a été retrouvé sur une longueur de 20 m et à une distance de 6 à 7 m du rempart, comme il avait été mis au jour au cours de sondages antérieurs sur d’autres terrains. Un sondage contre son parement interne a révélé une assise de travertin posé sur une fondation de poteaux, sous la couche de circulation entre le proteichisma et le rempart. Le peu de céramique recueilli dans ce sondage indique une date de construction postérieure à l’enceinte elle-même, à l’époque protobyzantine. La fouille a également livré un tronçon de mur d’époque byzantine, dont le tracé se trouve le plus à l’Ouest. Il a été dégagé sur une longueur de 19,30 m, pour une largeur de 1,90 m, et est construit en blocs de taille et mortier blanc, avec des fragments de briques aux joints. Des remplois ont été observés : bases de colonne, fragment de stèle funéraire, etc., ainsi que des réparations et renforcements de la maçonnerie. Il n’a pas encore été possible de déterminer s’il s’agit bien du rempart byzantin ou d’un mur de protection contre la montée des eaux du cours d’eau voisin.

Lire la suite
Dans la ville de Giannitsa, sur le terrain O.T. 10 (rue Egnatia), G. Skiadaresis (11e éphorie des antiquités byzantines) a effectué une fouille préventive qui a livré les vestiges d’un atelier de l’époque post-byzantine et d’un bâtiment de l’époque ottomane. La première phase d’occupation est matérialisée par cinq fosses dont trois étaient très rapprochées et dans lesquelles on a recueilli une grande quantité de céramique commune et de céramique à glaçure datée de la fin du XVe et du XVIe s. Les lambeaux de cuir et les restes de chaux également trouvés dans ces fosses suggèrent un atelier de tannerie dans lequel plusieurs stades du travail du cuir sont représentés. Une rangée de trois piliers appartient à un bâtiment relevant d’une deuxième phase d’aménagement du site, qui peut être datée du XVIe s., après l’abandon des fosses de la tannerie, d’après la céramique contenue dans les fosses. Ce bâtiment connut lui-même un second état, matérialisé par deux autres piliers, des murs d’une construction peu soignée et des fragments de sols en mortier de chaux aménagés sur un lit de galets. Il s’agit d’un bâtiment allongé d’environ 248 m2 divisé en deux nefs par une rangée de piliers sur sa longueur, reprenant le plan d’un état antérieur. Il peut être identifié à une étable pour des animaux, au caravansérail de Giannitsa ou à une auberge de la ville.

Lire la suite
À Giannitsa, G. Skiadaresis (11e éphorie des antiquités byzantines), dans le cadre du projet de valorisation de la mosquée de Seïhi Ilahi, a effectué plusieurs sondages sur les bains construits à la fin du XVe s. ou au début du XVIe s. par Ahmet Bey, le petit-fils de Gazi Evrenos, premier commandant de la ville sous domination ottomane. Ces recherches ont apporté des précisions sur les niveaux de circulation dans les salles chaudes, et ont permis de mettre au jour le vestiaire, de plan carré (fig. 1).  Les murs de la pièce étaient bordés d’une marche, le sol était dallé et le centre était occupé par une fontaine, comme c’est le cas dans des bains de la même période, notamment à Rhodes et à Mytilène.

Lire la suite
Dans la ville de Giannitsa, G. Skiadaresis (11e éphorie des antiquités byzantines) a effectué, en 2008, des sondages sur le mausolée construit et remanié entre le XVe et le début du XXe s. au-dessus de la tombe ottomane de Gazi Evrenos (fig. 1). Les recherches ont mis en évidence trois phases de construction : - le noyau principal, de plan carré, a été construit au-dessus de la tombe, au XVe s. La fouille y a mis au jour une tombe à ciste. Les murs étaient ornés de peintures aniconiques qui imitent un placage de marbre. L’accès à cette pièce était restreint, comme l’indique un seuil en marbre pour une porte étroite au centre du côté Sud. - Lors d’une deuxième phase de construction, le monument s’étend vers le Sud - La troisième phase de construction, qui correspond à l’ajout vers l’Est d’une grande pièce trapézoïdale et d’un petit espace carré au Sud-Est, peut être datée de la fin du XIXe s. ou du début du XXe s. C’est à ce moment que le monument est couvert d’un toit plat et de trois petites coupoles.

Lire la suite
Près de la commune d’Archontiko Giannitson, A. Papanthimou et E. Papadopoulos (XVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi en 2008 la fouille de la partie occidentale d’une zone d’habitat préhistorique. Les travaux se sont concentrés sur l’horizon IV, auquel sont principalement associés les vestiges de trois bâtiments dénommés, du Nord vers le Sud, Γ, Δ et Ε (fig. 1-2). Le tracé du mur Sud du bâtiment Γ, matérialisé par une rangée de trous de poteaux, a été suivi dans sa partie orientale sur une longueur de 7 m. Au Nord de ce mur et à l’intérieur du bâtiment, la fouille d’une couche de destruction a livré huit poutres parallèles, d’épaisseur à peu près homogène (7 à 8 cm), carbonisées, effondrées sur le sol, et liées à une couche d’argile et de branchages. Cette structure, qui recouvre une surface d’environ 2,8 m2 pourrait s’identifier à une partie du toit. Repéré sous la couche de destruction, le sol était en argile compacte et légèrement incliné vers l’Ouest. Une lekanis a été trouvée entière, reposant sur le sol. Au Sud, un étroit couloir (0,50 – 0,60 m) séparait le bâtiment Γ du bâtiment Δ et servait vraisemblablement de dépotoir : une concentration de tessons et d’os y a été observée, ainsi que des groupes de pierres, disposées le long du couloir par trois. La fouille du bâtiment Δ a aussi mis au jour sa limite occidentale, constituée d’une rangée rectiligne de trous de poteaux et de pierres. À l’intérieur, le sol est légèrement incliné vers l’Ouest. De même, la limite occidentale du bâtiment E, au Sud de Δ, est matérialisée par une série de pierres posées de chant et trois trous de poteaux assez profonds. À l’Ouest de ces édifices, une accumulation de déchets a été trouvée (os, arêtes de poisson, tessons etc.). On constate, au demeurant, l’absence d’ouverture sur le côté occidental de Γ, Δ et Ε, ce qui suggère que l’accès se faisait par le côté oriental, qui n’a pas été préservé. Les vestiges d’un autre bâtiment ont été identifiés au Nord-Ouest du bâtiment E : ils se composent d’un sol, limité au Sud et à l’Est par des pierres et une rangée de trous de poteaux. Il n’a pas encore été possible d’établir la relation stratigraphique entre ce bâtiment et les bâtiments Δ et E.

Lire la suite
Sur le site de l’antique Pella, dans le cadre de travaux de mise en valeur du site en 2008, I. Akamatis, M. Lilibaki-Akamati et N. Akamatis (Université de Thessalonique) ont découvert, lors de sondages profonds sur la voirie ou à l’intérieur de différentes maisons, des éléments de l’occupation pré-hellénistique de Pella. Les vestiges mis au jour sous les niveaux hellénistiques appartiennent à des nécropoles. La plus ancienne est située sous la rue hellénistique qui mène de l’îlot des thermes et de l’atelier de potier (voir Chronique, notices 819 ; 2928) au sanctuaire de Darron. Plusieurs tombes en pithos, et tombes à fosse simple ou entourée de pierres ont été mises au jour. Elles comportaient de la céramique comparable à celle trouvée dans les couches de destruction de la toumba d’Archontiko, qui ont été datées par C14 de la fin du Bronze Ancien. On estime que cette nécropole est peut-être associée à l’habitat de Phakos, au Sud : ceci semble se confirmer, dans les sondages effectués, par la présence de tessons de céramique qui ne proviennent pas de contextes funéraires. Dans le secteur des îlots d’habitation de la nouvelle entrée du site archéologique, des sondages ont par ailleurs livré, pour la première fois à Pella, des sépultures de l’Âge du Fer et de l’époque classique, dont les plus récentes datent du troisième quart du Ve s. et sont datables par la nature des offrandes, qui comportaient de la céramique d’importation attique et corinthienne. Cette nécropole, dont les limites n’ont pas encore été définies, pourrait appartenir à l’habitat de Vounovos, qui a précédé Pella. Dans l’angle Sud-Ouest de l’agora, un nouvel ensemble funéraire daté de la fin du Ve s. et du début du IVe s. a été découvert sous le bâtiment des archives.

Lire la suite
Sur le site de l’antique Pella, des travaux de mise en valeur du site en 2008 ont permis à I. Akamatis (Université de Thessalonique) de mettre au jour de nouveaux éléments de la ville hellénistique. La fouille de l’angle Nord-Est de l’îlot d’habitation situé près du chemin moderne entre le musée archéologique et les réserves, a livré deux puits et des encadrements de porte en bois qui permettent de restituer une fontaine publique, accessible par la rue à l’Est et par une colonnade sur son côté occidental. Dans le secteur de la rue antique qui borde au Nord  l’îlot des thermes et de l’atelier céramique, la surélévation du trottoir en avant des murs de façade, ainsi que la découverte de fûts de colonnes non cannelés sur le bord de la chaussée, suggèrent que des bâtiments à colonnade bordaient la rue. Cette colonnade date de la fin du IVe s. av. J.-C. La même observation a pu être faite dans le secteur de l’agora, sur une large rue Nord-Sud qui menait à l’angle Sud-Est de l’agora, mais aussi sur la rue centrale au Nord de la maison aux pavements de mosaïque. Au Sud de l’agora, dans la rue au Sud de la nouvelle entrée du site, ainsi qu’au palais, un réseau complexe d’égouts et de canalisations d’approvisionnement en eau a été mis au jour.

Lire la suite
Sur le site de l’antique Pella, M. Lilibaki-Akamati et N. Akamatis (Université de Thessalonique), dans le cadre de travaux d’aménagement du site en 2008, a procédé à la fouille de l’îlot sur lequel a été mis au jour en 2007 un complexe thermal. La fouille s’est concentrée sur l’angle Nord-Ouest et a dégagé un atelier de potier. L’édifice est organisé autour d’une cour rectangulaire au sol pavé, équipée d’un puits pour la récolte des eaux de pluie, d’un autel et de deux citernes reliées entre elles par un tuyau en terre cuite. À l’Est de la cour, se trouvent deux pièces oblongues interprétées comme des entrepôts à cause des quantités de céramiques communes qui y ont été trouvées. Au Nord, un portique ouvre sur trois pièces contiguës (IV, V, VII, d’Est en Ouest ; fig. 1). La pièce IV, dans l’angle Nord-Est du complexe, a révélé deux fours de potier de forme ovale, conservés dans leur partie inférieure. Leur parois ont été trouvées effondrées en place et recouvrant des vases brisés. La pièce V comportait une amphore pour le stockage ; trois figurines féminines assises presque entières et un moule pour la fabrication d’un médaillon de pyxide représentant une Ménade ont été retrouvés sur le sol. Une importante couche d’argile retrouvée sur le sol de la pièce VII, suggère que c’est en ce lieu qu’était stockée l’argile de l’atelier. Cet espace ouvrait lui-même sur deux autres petites pièces : l’une d’elles a livré une abondante céramique dont une amphore macédonienne portant le graffito ΛΕΥΚΟ, l’autre avait un sol de mortier hydraulique. D’après la céramique et les monnaies retrouvées dans les couches scellées par les sols du complexe, l’atelier a été aménagé dans le dernier quart du IVe s. av. J.-C. Le mobilier contenu dans la couche de destruction du bâtiment indique qu’il fut abandonné dans le troisième quart du IIIe s. av. J.-C., mais partiellement occupé au courant du IIe s. av. J.-C.

Lire la suite
Dans la région de la commune de Kopanos, N. Poulakakis (XVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a effectué en 2008 des sondages complémentaires sur le théâtre de la ville antique de Miéza (fig. 1). Ceux-ci ont permis d’identifier trois phases de construction du monument. Une première phase intervient à l’époque hellénistique, une deuxième dans la deuxième moitié du IIe s. av. J.-C. ou au début du Ier s. Enfin, des réparations ont eu lieu après une destruction au IIe s. apr. J.-C. – le théâtre reste en usage jusqu’au IVe s. apr. J.-C. 

Lire la suite
Dans la ville de Verria, I. Graikos (XVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a fouillé en 2008 le terrain Petrou (rue G. Seferi) et mis au jour la suite de la nécropole occidentale hellénistique et romaine de Verria, organisée de part et d’autre de la voie qui mène à la porte Euiastikè. Dix-huit tombes à tuiles individuelles, datées par les monnaies et la céramique aux IIe-IIIe s. apr. J.-C., ont été explorées. Dans le même secteur, deux tombes à chambre creusée ont été fouillées : elles présentent deux phases d’utilisation, une à l’époque hellénistique, l’autre à l’époque romaine tardive. La voûte de l’une d’elles (tombe 3) était effondrée. Sous une épaisse couche constituée d’os déposés durant l’Antiquité tardive, la fouille a dégagé le vestibule de la tombe hellénistique, à l’intérieur duquel se trouvaient les éléments architecturaux composant la façade du monument : deux demi-colonnes avec parastade, en poros, et un linteau à trois fasces. Ces éléments étaient recouverts d’un stuc blanc qui comportait des traces de pigment rouge. Une comparaison stylistique avec la façade de la tombe du Jugement à Miéza suggère une datation au début du IIIe s. av. J.-C., tandis que deux pyxides à vernis noir indiquent que la tombe à continué d’être utilisée dans le courant de l’époque hellénistique.

Lire la suite
À Verria, I. Graikos (XVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mis au jour, lors de la fouille de différents terrains, plusieurs tombes d’époque hellénistique et romaine appartenant à la nécropole Sud de la ville antique. Sur le terrain Kolyvopoulou, six nouvelles tombes à fosse creusées dans la roche ont été explorées. Toutes sont orientées Est-Ouest et comportent une couverture en pierre. L’une d’elles (tombe 3) est recouverte d’une dalle ayant appartenu à un sarcophage romain. Au Sud de Verria, la fouille du terrain sur lequel doit être construit un bâtiment administratif a livré d’autres tombes appartenant à la même nécropole. Parmi cet ensemble, deux tombes à fosse du IIe s. av. J.-C. comportent les sépultures d’un homme et d’une femme. Deux boucles d’oreilles en or et en pâte de verre ont été retrouvées dans la tombe féminine et une danakè en or sur le torse masculin, surfrappée sur une monnaie de Philippe V. À peu de distance, la fouille a livré des creusements (fosses ou citernes ?) identifiés à des vestiges d’ateliers, que le mobilier associé permet de dater du IIIe s. av. J.-C. Sur le terrain Skabardoni, on a fouillé une grande tombe à ciste de l’époque romaine tardive. La tombe, orientée Nord-Sud, comportait huit inhumations sans mobilier. La datation s’établit néanmoins par comparaison à des découvertes similaires à Verria. Par ailleurs, un bloc de marbre portant une inscription honorifique pour Lucius Cornelius Sylla et provenant d’une base honorifique a été remployé pour sa couverture.

Lire la suite
Aux abords et sur le sommet du site fortifié de l’ancienne Voénas (lieu-dit Kastro), sur la commune moderne de Néokaisaria, les recherches menées par St. Gimatzidis, R. Jung, G. Velenis et E. Papathanasiou (Université de Thessalonique) ont livré différentes structures archéologiques dont la datation s’échelonne entre l’Âge du Bronze et l’époque byzantine. Au pied de la colline, des tombes appartenant à trois nécropoles datées de l’Âge du Fer à l’époque hellénistique ont été mises au jour. Elles sont liées à un habitat installé à proximité du cours d’eau Aisonas (Mavronéri). Dans le secteur de la forteresse byzantine bâtie au sommet de la colline, deux sondages implantés au centre de l’habitat médiéval ont révélé de la céramique datée du Bronze Ancien au Bronze Récent, ainsi que les vestiges d’un espace de stockage de l’Âge du Fer, identifiés d’après la base d’un pithos trouvé en place et le trou de fixation d’un deuxième pithos. La céramique et les monnaies recueillies dans les couches supérieures des sondages témoignent d’une occupation poursuivie jusqu’à l’époque hellénistique, tandis que le mobilier de surface indique que le site est réoccupé à l’époque byzantine, dans sa partie occidentale, la plus élevée. Par ailleurs, les vestiges d’une fortification et peut-être d’une tour à l’extrémité Nord de la colline, constitués d’une élévation de briques et de moellons, datent probablement des XIe-XIIe s. Les vestiges d’une tour au Sud-Ouest appartiennent à un aménagement antérieur. Quatre monnaies des Xe-XIe siècles ont été recueillies, ainsi qu’un peu de céramique et deux fragments jointifs d’une brique ou d’une tuile inscrite (dimensions : 33-36 cm de longueur, 27,6 cm de hauteur, 4,30 cm d’épaisseur ; fig. 1). Le texte inscrit mentionne la fondation du fort de Voénas par le protopappas Paul, au XIe s.

Lire la suite
Au lieu-dit Kato Agiannis, dans la commune de Korinos, M. Besios et Ph. Adaktylou (XXVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont effectué une fouille de sauvetage qui a fait connaître deux fossés datés du Néolithique Final (fig. 1). Un mur de pierres effondré a été mis au jour à l’intérieur du premier fossé, sur une longueur de 33 m, pour une largeur qui varie entre 3 et 9 m. Trois sépultures ont été trouvées à l’intérieur de ce fossé. Un collier de coquillages était associé à l’une d’elles. Le mobilier recueilli sur l’ensemble de la fouille comprend de la céramique, des ossements animaux, des outils en pierre, des bijoux en pierre, en argile et en os. La céramique recueillie assure la datation au Néolitihique Final.

Lire la suite
À Thessalonique, E. Marki et A. Hatziioannidis (9e éphorie des antiquités byzantines) ont procédé en 2008 à la fouille préventive du terrain situé au numéro 28 de la rue Fragkon. Les vestiges de quatre phases d’occupation publique ou privée, datées de l’époque protobyzantine à la période ottomane, ont été mis au jour (fig. 1). Les vestiges d’un bâtiment public qui remonte au VIe s. apr. J.-C. ont été identifiés comme les structures les plus anciennes, d’après le mobilier retrouvé : une imposte en marbre du VIe s. remployée comme base de colonne, une stèle constituée de dalles de marbre, ainsi que la céramique contenue dans une petite citerne carrée à l’angle Nord-Est du terrain. Ces structures sont à mettre en rapport avec les activités du port byzantin de la ville, identifié au Sud-Ouest du terrain, notamment avec les entrepôts et les vestiges de hangars à bateaux fouillés sur des terrains voisins (cf. ΑΔ 51 [1996], p. 493-495 et ΑΔ 60 [2005], à paraître). La deuxième phase d’aménagement, datée de l’époque médiobyzantine, comporte des vestiges de murs et de sols de construction moins soignée. Les déchets métallurgiques recueillis dans des fosses-dépotoirs suggèrent qu’on a affaire à des structures artisanales installées sur les ruines protobyzantines. Une troisième phase est caractérisée par la présence, dans la partie Nord-Est du site, de murs de terre de différentes longueurs (3,10 m à 7,70 m) qui délimitent des pièces et une grande fosse-dépotoir, laquelle concentrait de nombreux ratés de cuisson. L’ensemble est interprété comme un atelier de potier. Les nombreux fragments et déchets de céramique à glaçure et les monnaies permettent de le dater de l’époque tardobyzantine.  La quatrième phase est caractérisée par treize puits d’une profondeur de 4 m environ. Ceux-ci sont datés de la fin de la période ottomane.

Lire la suite
À Thessalonique, E. Marki et St. Vasileiadou (9e éphorie des antiquités byzantines) ont poursuivi les fouilles dans le secteur de la rue Monastiriou, en vue de la construction de la station de Métro Dimokratias. Les travaux ont mis au jour des installations funéraires et urbaines datées entre l’époque impériale romaine et l’époque moderne. Dans les couches supérieures, les fouilles ont révélé des murs modernes en moellons, appartenant aux divers ensembles d’auberges, magasins et ateliers du quartier de Vardar. Elles ont aussi fait apparaître un tronçon d’égout maçonné et couvert d’une voute en berceau, qui laisse penser que le tracé de la rue ancienne était plus étroit et plus au Sud que celui de la rue moderne. Au Sud de la rue Monastiriou, dans le secteur appartenant à la nécropole, on a découvert une tombe voutée à dromos et porte d’entrée, datée de l’époque protobyzantine. Dans le secteur Nord du site de construction de la station, un sarcophage en marbre d’époque impériale a été mis au jour (fig. 1): sa face principale porte un décor en bas-relief de guirlande, orné d’une tête de taureau au centre et de deux têtes de bouc aux angles, qui sont aussi visibles sur les petits côtés.

Lire la suite
À Thessalonique, dans le secteur de la rue Egnatia, E. Marki et St. Vasileiadou (9e éphorie des antiquités byzantines) ont poursuivi la fouille de sauvetage du chantier de construction de la station de métro Aghia Sophia, mettant au jour les niveaux de la ville d’époque romaine, protobyzantine et byzantine. Un segment du decumanus maximus a été découvert sur une longueur de 22 m pour une largeur de 1,90 m (fig. 1-2). Sa surface était dallée de marbre. Les dalles avaient une épaisseur moyenne de 0,15 m et reposaient sur une couche de moellons, tuiles et briques, au-dessus du système d’égout central. On a découvert le trottoir Nord de la rue antique, sur une longueur de 7,20 m, construit en blocs de marbre d’une longueur de 1,10 m à 1,30 m, tandis que deux blocs de taille seulement indiqueraient la présence du trottoir Sud. À l’époque protobyzantine, la surface de la rue a été recouverte d’une épaisse couche de mortier rose À l’époque byzantine, La limite de l’îlot d’habitation s’est déplacée vers le Nord, comme en témoignent les vestiges de murs attribués à cette période. Une succession de dix niveaux de terre compacte ont été identifiés au-dessus de la chaussée. Les trottoirs correspondant aux niveaux byzantins sont constitués de blocs de remploi (des colonnes et autres éléments en marbre). Par ailleurs, au Sud de la rue Egnatia, la fouille a mis au jour une section du grand égout maçonné, ainsi que des vestiges d’une salle d’époque romaine dont le sol est pavé de carreaux de marbre et d’une mosaïque luxueuse (fig. 3). La salle, bordée de deux murs en opus mixtum au Nord-Est, appartenait à un bâtiment public ou une villa urbaine de la première moitié du IVe s. apr. J.-C.

Lire la suite
Au Sud de Thessalonique, dans le quartier Karabournaki de la commune moderne de Kalamaria, M. Tivérios, E. Manakidou et D. Tsiafaki (Université de Thessalonique) ont poursuivi en 2008 les fouilles d’un secteur domestique et artisanal antique (époques géométrique et archaïque). Les niveaux supérieurs de la fouille ont révélé des sépultures de chevaux et des objets métalliques modernes. Les couches antiques ont livré des fosses de stockage et des pithoi, d’une part, et deux fosses liées à l’atelier de métallurgie du fer qui avait été découvert en 2007, d’autre part. Les fosses fouillées en 2008 comportaient de la céramique géométrique et archaïque d’importation, ainsi qu’une grande quantité de céramique commune locale de l’Âge du Fer et de l’époque archaïque. Elles comportaient également d’autres objets : tiges en fer, lamelles de bronze, pâtes de verre, éléments de revêtement de foyer en argile, mais aussi une figurine en terre cuite représentant un bateau, des perles de verre et une boucle d’oreille en or à deux anneaux et trois tiges, qui représente un des exemples les plus anciens de la technique de la granulation.

Lire la suite
Au Sud de Thessalonique, M. Pappa, A. Antonaras, E. Vliora, S. Nanoglou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi les fouilles préventives sur le site de l’habitat néolithique de Thermi en 2008-2009, mettant également au jour des vestiges des époques classique, romaine et ottomane. De nouvelles tombes à fosse postbyzantines fouillées dans le secteur Sud de l’habitat, portent le nombre de sépultures à 60 : leur orientation, le visage du défunt tourné vers l’Est, l’absence de mobilier (à part une bague et une perle de cornaline) et la faible profondeur des fosses suggère qu’elles appartiennent à une nécropole musulmane. Pour la période antique, de nouvelles tombes ont été fouillées : un sarcophage en poros comportant des vases en terre cuite, un strigile et une lance du IVe s. av. J.-C., ainsi que des tombes à fosse romaines du Ier s. apr. J.-C., recouvertes de pierres. Deux fosses-dépotoirs antiques ont également été fouillées : elles comportaient une quantité importante de céramique et des pierres.   En ce qui concerne les vestiges de l’habitat néolithique, la fouille a d’abord permis d’en définir les limites Nord et Sud, grâce à la découverte de petits tronçons du fossé extérieur. Dans le secteur Est du chantier, un autre fossé, large de 5 m, a été exploré sur une longueur de 11 m. La fouille a également livré une grande fosse de plus de 15 m de diamètre, constituée d’une succession de petites fosses. La fosse principale est bordée de petites cavités et comporte un pavement de pierres. Sur la surface pavée, un grand nombre de tessons a été recueilli. Dans le secteur Ouest de la fouille, des vestiges de bâtiments à fondations de pierre et élévation de brique du Néolithique Récent ont été mis au jour. On a fait apparaître également les vestiges d’un sol qui scelle les niveaux d’occupation antérieurs. Cette observation permet de conclure à une modification dans l’occupation de cet espace primitivement commun et à ciel ouvert, qui devint un espace privé et couvert. L’analyse de la céramique permet de dater les différentes phases de l’habitat : trois catégories de céramique (noire lustrée, à engobe blanc et brune lustrée) identifiées dans l’espace à ciel ouvert invitent à dater cet ensemble du Néolithique Récent I, qui correspond à la plus ancienne occupation du site ; les fosses cylindriques comportaient des quantités de céramique grossière et des tessons de céramique locale à peinture noire sur rouge (Black on Red), qui permettent de dater cette phase du Néolithique Récent II.

Lire la suite
À l’Ouest de la commune de Souroti, V. Allamani-Souri (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi entre 2006 et 2008 la fouille de la nécropole antique : un total de 530 tombes, datées entre l’époque archaïque et l’époque hellénistique, ont été mises au jour depuis le début des fouilles en 1999. La fouille du terrain Goggou (O.T. 44), en particulier, a livré 216 tombes (fig. 1). Elles sont disposées de manière très serrées et quelque fois superposées de part et d’autre d’un passage, de sorte que l’aménagement de tombes plus récentes a détruit les précédentes. On compte une majorité de tombes à fosse, mais on dénombre également 25 tombes à ciste, une inhumation simple, une en jarre et deux crémations. Environ 35% des sépultures sont celles de nourrissons ou d’enfants et ne comportent pas d’offrandes. En revanche, le mobilier recueilli dans la moitié des tombes compte un grand nombre de marmites et des bijoux métalliques ainsi que des poignards et des pointes de lance. Une phiale à bec monochrome d’un type commun à Sindos (tombe 126) et les fragments d’un skyphos protogéométrique à demi-cercles concentriques pendants (tombe 206) permettraient peut-être de dater deux tombes du VIIIe s. av. J.-C., tandis que de la céramique d’importation (aryballes corinthiens et coupes ioniennes) permettent d’en dater certaines du VIe s. De la céramique et des monnaies permettent de dater 17 autres tombes entre le premier quart du IVe s. et le début du IIIe s. av. J.-C. La comparaison avec la nécropole voisine d’Aghia Paraskévi, où le mobilier d’importation est plus nombreux durant la période archaïque, révèle, dans le cas présent, un attachement plus fort aux productions locales, peut-être lié à la position en arrière-pays du site de Souroti.

Lire la suite
Sur le site antique de Kalindoia, près de Zagliveri, K. Sismanidis (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi en 2008 la fouille du Sebasteion (époque impériale romaine). La fouille de l’espace Z s’est achevée, en vue d’en préciser l’identification (fig. 1). Aucun sol n’a été trouvé, mais les restes de mortiers observés pourraient avoir appartenu au substrat d’un dallage de marbre, de même que des fragments de marbre, au décor pariétal. Un seuil maçonné indique la présence d’une ouverture entre la pièce Στ et l’espace Z. Une banquette, d’une hauteur de 1,10 m pour une largeur de 0,80 m, a été mise au jour contre le mur arrière : elle est posée sur une base de granit moulurée qui repose elle-même sur une assise de blocs de taille. L’identification de cet espace avec l’exèdre aux statues connue par une inscription semble se confirmer. La poursuite de la fouille vers le Sud a permis de mettre au jour deux nouvelles pièces (Η, Θ). Les dimensions de la pièce H ont pu être mesurées (5 x 6,50 m). Le grand nombre de fragments de marbre retrouvé indique qu’un riche décor de placage ornait les murs. La fouille de la pièce Θ, seulement entamée en 2008, a livré des fragments de statues : un fragment du mollet à calceus patrii, appartenant probablement à une statue d’empereur, et un fragment d’un éphèbe nu, renversant une amphore. La tête et les jambes sont manquantes (hauteur conservée : 0,56 m). Parmi le mobilier, on signale de nombreux autres fragments de statues (fig. 2) et de sculptures architecturales, de nombreux fragments de lampes et de figurines en terre cuite, des fragments de vase en verre, des clous en fer, des fragments d’inscriptions. On compte aussi six monnaies de bronze et un denier romain en argent de l’époque républicaine, qui porte la tête d’Aphrodite au droit, et un char conduit par une Victoire avec l’inscription C. Naevius Balbus (consul en 79 av. J.-C.) au revers.

Lire la suite
Près de la commune moderne de Palaiokastro, sur la colline de Kastraki, au lieu-dit Limoria, K. Papastathis, O. Nasioka, M. Violatzis et K. Amanatidou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) mentionnent la fouille une tombe à ciste datée du Bronze Récent.  La tombe, de petites dimensions (l. 0,90 ; larg. 0,70 m) comportait deux vases cinéraires brisés, qui permettent la datation : une amphore et un vase ouvert à deux anses verticales et bec horizontal, provenant d’ateliers locaux.

Lire la suite
Sur le site de la ville antique d’Akanthos, près de la commune moderne d’Ierissos, K. Papastathis, O. Nasioka, M. Violatzis et K. Amanatidou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi en 2008 la fouille de la nécropole, sur les terrains Kasambali (no 123) et Psychogiou (no 181). Elle a mis au jour 222 nouvelles tombes, disposées sur trois niveaux, et dont la datation s’échelonne entre le début du Ve s. av. J.-C.  et l’époque romaine. Les tombes du terrain le plus au Sud (no 181 ; fig. 1) présentent un intérêt particulier, puisqu’on y a dégagé une majorité d’enchytrismes de nourrissons (fig. 2), ainsi que trois sépultures de chevaux et trois de chiens qui accompagnaient leur maître (fig. 3). Parmi ces tombes, 20 % seulement comportaient du mobilier (contre 40% dans la partie centrale de la nécropole). On signale notamment des vases à boire, des vases à parfum, ainsi que des figurines animales en terre cuite dans les tombes d’enfants, une base de skyphos attique du premier quart du IVe s. av. J.-C. comportant l’inscription ΑΓΑΘΟΔΑΙΜΟΝΟΣ, des bijoux dont un bracelet en bronze aux extrémités en tête de serpent, et un trésor de trois monnaies de bronze et 16 hémioboles d’Akanthos de la première moitié du IVe s. av. J.-C.

Lire la suite
Au pied de la colline Elaionas, sur la commune moderne de Stratoni, K. Papastathis, O. Nasioka, M. Violatzis et K. Amanatidou et E. Trakassopoulou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi en 2008 la fouille de l’agora de l’antique Stratonikè, et mis au jour de nouvelles pièces des ailes Ouest et Nord du complexe commercial d’époque romaine (fig. 1). Dans l’aile Ouest, à l’Ouest de la pièce dédiée au stockage, dans laquelle deux pithoi avaient été dégagés, la fouille a mis au jour un petit espace (dim. 1,64 x 1,50 m), dont les parois étaient recouvertes d’un mortier contenant de la pyrite et qui a été identifié à une citerne ou à un pressoir à vin. L’ensemble de l’aile Nord (dim. 22,70 x 5 m) a été dégagé en 2008. Quelques monnaies attestent un état hellénistique de ce secteur, mais aucune construction appartenant à cet état n’a été retrouvée. Les quatre pièces fouillées (H, P, Σ, Τ) correspondent à l’époque romaine (Ier s. av. J.-C. – IVe s. apr. J.-C.). On distingue deux phases de construction, les pièces ayant été élargies vers le Sud au cours du second état. La fouille de la pièce P a livré une importante couche de destruction constituée de moellons et de tuiles laconiennes et corinthiennes, sous laquelle on a retrouvé de nombreux pesons en terre cuite. La pièce adjacente (Σ) a livré une base maçonnée pour un pilier en bois qui devait soutenir la toiture, ainsi qu’un trésor de 82 monnaies de bronze, des fragments de petits vases en verre et de nombreux fragments d’outils en bronze dont une spatule ouvragée. Dans la pièce T, des couvercles circulaires de vases, un mortier en marbre ont été mis au jour. Cet ensemble de pièces a été identifié à un espace de production et de vente de produits de toilette et/ou de produits pharmaceutiques. Au Sud de la pièce T, la fouille a révélé un deuxième four de potier de plan circulaire (le premier avait été découvert dans la pièce Γ de l’aile Sud en 1993, cf. BCH 123 [1999], 769). La fouille de l’agora, qui atteste trois phases de construction entre le Ier s. av. et le IIIe apr. J.-C., s’est terminée en 2009. 

Lire la suite
Dans le secteur Sud de la commune moderne de Néa Potidaia, V. Misaïlidou-Despotidou et D. Germenis (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont effectué une fouille de sauvetage sur le terrain I. Mantzouka (O.T. 94), qui se situe près des vestiges du métroon de la ville antique. Elle a mis au jour une villa urbaine de l’époque romaine (fig. 1). La maison s’organise autour d’un impluvium, ceint d’un portique ouvrant sur plusieurs pièces. Le bassin de l’impluvium était recouvert d’un épais pavement d’opus sectile (fig. 2). Les colonnes du portique reposaient sur quatre bases aux angles. L’entrée de la maison, du côté oriental, donne sur un couloir décentré par rapport à la cour. Parmi un ensemble de pièces aux dimensions variables, on identifie un espace de stockage des amphores, ainsi qu’une salle de réception aux murs peints et au sol dallé. Les détails architecturaux ainsi que la céramique à vernis noir et de type West Slope recueillie dans les couches plus anciennes de la maison suggèrent qu’une maison hellénistique à cour péristyle a été transformée en maison romaine à impluvium. Parmi le restant du mobilier issu de la fouille, on recense de la céramique à figures rouges et un tesson à vernis noir comportant six noms incisés, de la céramique sigillée, des lampes, des anses d’amphores timbrées, des fragments de figurines, des balles en pierre, des chaînes en fer, une fibule, des disques et un aulos en os, ainsi que six monnaies d’argent et 59 de bronze. On signale également une petite statue d’Artémis dont la tête est brisée et une plaque à relief représentant Héraklès – les deux fragments sculptés datent de la première moitié du IIIe s. apr. J.-C. et proviendraient peut-être du lieu de culte domestique de la maison. Le mobilier provenant de la couche de destruction de la maison, situe l’effondrement au courant du IIIe s. apr. J.-C.

Lire la suite
Au pied de la colline appelée « Trapézi », dans la commune de Mikro Dasos, V. Magdalini, E. Micha, M. Nasioula, A. Pexaras (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a procédé en 2007 à des opérations de sauvetage dans le cadre de la construction d’une voie ferroviaire, mettant au jour une nécropole étendue sur près de 3000 m2. Sa période de fréquentation s’échelonne entre le IIe s. av. J.-C. et le IVe s. apr. J.-C. (à l’exception d’une sépulture du VIe s. apr. J.-C.). Sur les 110 tombes qui ont été fouillées, 99 correspondent à des crémations (IIe s. av. J.-C. – IIe s. apr. J.-C.), et 11 à des inhumations (IVe s. apr. J.-C.). Elles sont généralement organisées en groupes qui se distinguent parfois par un enclos de forme circulaire, ellipsoïdale ou rectangulaire, constitué de murets. Le riche mobilier contenu dans les tombes permet une discrimination par genre des sépultures : les tombes masculines comportaient des armes, les tombes féminines des boucles d’oreilles en or, des pesons, des fusaïoles, des figurines en terre cuite, tandis que la tombe d’un nourrisson contenait trois biberons en terre cuite. Parmi la céramique trouvée dans les tombes, on remarque certaines formes façonnées à la main, produites dans cette région depuis la préhistoire, et jusqu’à l’époque hellénistique. Dans le contexte funéraire du terrain de Mikro Dasos, ces formes peuvent être datées du début du IIe s. av. J.-C.

Lire la suite
Près de la ville de Serres, dans le cadre de travaux routiers de l’Egnatia moderne, M. Tolia-Christakou, (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a effectué une série d’opérations de sauvetage qui ont mis au jour des vestiges de diverses périodes, de la préhistoire à l’époque romaine tardive. Sur le tronçon au Sud-Ouest de la commune de Kato Ambela, les sondages ont livré les vestiges d’une petite installation d’époque romaine tardive, composés des fondations d’un mur de moellons et d’une citerne, ainsi que des tranchées pour canaliser l’eau. Dans le secteur de la commune de Melenikitsi, on a mis au jour une structure en brique crue ainsi qu’un grand nombre de tessons de céramique préhistorique façonnée à la main. Au lieu-dit Lagokoryphi, près de Melenikitsi, une nécropole de datation incertaine a été mise au jour. On a découvert aussi une installation agricole constituée d’un bâtiment sur poteaux, auquel sont associés de la céramique à vernis rouge, des fragments de lampe dont un fragment du type d’« Éphèse » et une monnaie de Thessalonique de la fin de l’époque hellénistique ou du début de l’époque romaine.

Lire la suite
Autour de la commune de Christos, M. Tolia-Christakou, (XXVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené des travaux de prospection qui ont fait connaître différents vestiges d’occupation, datés entre la préhistoire et l’époque romaine. On signale une petite installation préhistorique, une nécropole de datation incertaine, un groupe de tombes à fosse comportant de la céramique à vernis noir, un fragment de cratère à figures rouges, ainsi que des tessons d’amphores de Mendè et de Thasos, datés de l’époque classique. Au lieu-dit Aghios Antonios, un petit groupe de tombes datant de l’époque romaine et couvertes de dalles de poros a été trouvé. Au lieu-dit Aghia Paraskévi, on signale de la céramique de surface, datée de l’époque romaine. Des dalles de poros brisées à côté de la chapelle indiquent probablement la présence d’une nécropole antique.

Lire la suite
Près de la commune de Leukonas, au lieu-dit Vysiani, M. Tolia-Christakou (XXVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) signale la présence de mobilier en surface daté de l’époque romaine tardive ou de l’époque protobyzantine. À 2,5 km au Nord du village, de la céramique romaine à vernis rouge et de la céramique ottomane à glaçure a été repérée en surface.

Lire la suite
Dans le secteur de la commune de Strymoniko, M. Tolia-Christakou (XXVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a effectué plusieurs prospections et fouilles préventives dans le cadre des travaux routiers de l’Egnatia. Plusieurs sites de nécropole ou d’habitat ont été localisés et datés entre la préhistoire et l’époque ottomane. à 500 m au Nord du village, un habitat de l’époque romaine a été découvert, ainsi que de la céramique ottomane en surface. à environ 1 km à l’Ouest du village, sur le sommet d’une colline, une occupation du début du Néolithique Récent a été identifiée grâce au mobilier présent en surface : des tessons de céramique, des outils lithiques et éclats de silex. au pied de la même colline, vers le Sud, un habitat de l’époque romaine est signalé et, à proximité, un site de la fin de l’époque classique ou de l’époque hellénistique, qui a livré une anse d’amphore timbrée d’Akanthos (fin IVe – début IIIe s. av. J.-C.). au Sud-Ouest du village, et à l’Est de la colline de Kalè, la prospection a localisé un site présentant plusieurs phases d’occupation avec du matériel datant de l’Âge du Bronze à l’époque hellénistique ; les dalles brisées, les tessons et les os dispersés à proximité indiquent la présence d’une nécropole. au Nord-Est de la colline de Kalè, une autre nécropole a été localisée, mais sa datation reste incertaine. au Nord de la colline de Kalè et sur le tracé de la route, un habitat préhistorique a été identifié.

Lire la suite
Dans le secteur de la commune de Triada, M. Tolia-Christakou (XXVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a effectué une série de prospections dans le cadre des travaux routiers de l’Egnatia. Plusieurs sites de nécropole ou d’habitat ont été localisés et datés entre le Néolithique et l’époque ottomane. Sur une colline au Nord du village, un site présentant plusieurs phases d’occupation a été repéré. Au sommet de la colline, la prospection a identifié les vestiges d’une installation agricole de l’époque romaine, tandis qu’à peu de distance de celle-ci, la céramique présente en surface date du Néolithique Récent. Au Sud/Sud-Est du village, un habitat néolithique a été localisé. Au lieu-dit Tsopoglou Toumba, au Sud-Est du village, une nécropole étendue, fréquentée de la fin de l’époque archaïque à l’époque romaine tardive, a été identifiée. Autour de cette nécropole, au Nord-Est et à l’Ouest, l’importante dispersion de tessons de céramique, sur 0,6 et 0,5 ha respectivement, indique la présence d’un habitat lié – dans certains de ses états – à la nécropole. Son occupation s’échelonne entre le subgéométrique et la période postbyzantine, d’après le mobilier recueilli. Cet habitat est situé à proximité de la section navigable du Strymon, ce qui explique la présence en grand nombre de céramique importée dès la fin du VIIe s. av. J.-C.

Lire la suite
Dans la commune moderne de Néos Skopos, K. Péristéri (XXVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi la fouille du champ Digka-Mavroudi. Ces travaux prolongent l’exploration de l’habitat antique de Vergè (connu à présent sur une étendue de 0,6 ha), dont la période d’occupation s’échelonne entre l’époque archaïque et l’époque romaine tardive. La fouille s’est concentrée sur les pièces d’une maison de plan rectangulaire organisée autour d’une cour (fig. 1). Les sols de la maison étaient recouverts de mortier blanc et rouge, ses murs construits en moellons. Les fosses creusées dans le sol d’une des pièces, où sont préservées les parties inférieures de pithoi ainsi que des amphores entières, permettent d’identifier un espace de stockage. Dans une autre pièce, la présence d’un four permet de reconnaître la cuisine. Le mobilier recueilli comprend de la céramique de cuisson, de la vaisselle de table et des vases de stockage, datant du VIe s. au IVe s. av. J.-C. On a découvert également un trésor monétaire contenu dans un aryballe à figures rouges. Le trésor était constitué de 80 monnaies d’argent, dont 57 sont thasiennes (un silène tenant un canthare au droit, et une amphore au revers, ou une tête féminine et un dauphin) ; les autres sont des frappes d’Amyntas III (une tête d’Héraklès au droit et un cheval ou un aigle au revers, première moitié du IVe s. av. J.-C.). En dehors de ce trésor, la fouille a livré d’autres monnaies thasiennes en argent (début Ve s.-début IVe s. av. J.-C.) et plusieurs monnaies de bronze portant l’inscription « BEΡΓ » (début IVe s.).

Lire la suite
Près de la commune moderne d’Aghio Pneuma, M. Tolia-Christakou et S. Siopi (XXVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a effectué une fouille de sauvetage sur le terrain Phloris, mettant au jour les vestiges d’un habitat d’époque néolithique (fig. 1-2). Dans le secteur Ouest du terrain fouillé, on a dégagé un mur de terrasse orienté Nord-Sud, sur une longueur de 22 m. Il présente un parement vers l’Est et retient les remblais d’une terrasse qui se trouvait à l’Ouest. Un fossé d’une largeur de 2 à 2,50 m avait été creusé à l’Est du mur de terrasse. Il suivait le tracé du mur et a été mis en évidence sur toute la longueur du terrain. Son remblai comportait une grande quantité de tessons de céramique grossière et quelques tessons de céramique fine qui permettent une datation au Néolithique Récent II. Dans la partie Nord du terrain et à l’Ouest du mur de terrasse, deux fossés parallèles ont été mis au jour : ils correspondent vraisemblablement aux fondations de bâtiments construits sur la terrasse. En contrebas (à l’Est du mur), la fouille a révélé deux structures en creux. La plus au Sud présente un plan grossièrement rectangulaire (dim. 7 x 4.50 m), pour une profondeur de 1,50 m. Ses limites Sud et Nord-Ouest étaient marquées par des trous de poteaux. Une petite fosse, scellée par un sol en terre compactée et cailloux, a été identifiée au centre de la structure. Quatre niveaux de circulation ont pu être identifiés, mais aucun mobilier ne permet d’en déterminer précisément la fonction (l’hypothèse d’une maison est proposée). La deuxième structure, au Nord de la précédente, a livré les vestiges de deux phases d’occupation, ainsi que du mobilier composé d’une table, d’un petit vase ouvert et d’une meule. Ces deux structures ont livré une grande quantité de céramique du Néolithique Récent I. Trois phases d’occupation se distinguent sur ce site : les deux structures creusées à l’Est du mur de terrasse appartiennent à la première phase (NR I). Une deuxième phase d’occupation a été observée à l’intérieur de ces structures : les sols ont été rehaussés. Enfin, une troisième phase d’occupation correspond à une réorganisation du site, lors de laquelle on aurait construit le mur de terrasse avec un fossé en avant (NR II).

Lire la suite
Dans la commune de Kryonéri, I. Zographou et I. Kyranoudi (XXVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont fouillé le terrain Kechagia en 2008 et mis au jour une tombe d’époque hellénistique, 30 tombes d’époque romaine, ainsi qu’une fosse et une structure circulaire dont le sol est pavé de tuiles. Les sépultures romaines comprennent des tombes à tuiles, des tombes à ciste et quelques fosses. Toutes sont individuelles, sauf deux sépultures doubles d’enfants et une sépulture double d’adultes. Une stèle funéraire a été utilisée en remploi dans la construction d’une tombe à ciste. Elle portait l’inscription suivante : ΘΕΟΔΩΡΟΣ ΑΡΠΑΛΟΥ (fig. 1). Le mobilier céramique présent dans les tombes se limite à des vases communs –  des oenochoés, des petites marmites et des gobelets – et à deux figurines en terre cuite représentant l’une Aphrodite, l’autre un taureau. On signale également un petit unguentarium en verre et une bague en bronze avec une palmette en relief sur le chaton, ainsi qu’une boucle de ceinture en bronze également, portant les lettres …NTI…. À part une monnaie d’argent de Philippe l’Arabe, datée du milieu du IIIe s. apr. J.-C., toutes les autres monnaies sont en bronze et permettent de dater l’ensemble des tombes romaines du IIe au IVe s. apr. J.-C. La tombe hellénistique n’a pas livré de monnaie.

Lire la suite
En 2008, A. Giorgiadou (XVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a réalisé la fouille de sauvetage d’une maison néolithique (fig. 1), repérée lors de travaux en 2007 dans la localité de Sosandra, sur le territoire de la commune d’Almopia. Cette maison de plan rectangulaire, orientée Nord-Est/Sud-Ouest, était structurée par des poteaux de bois (fig. 2). Une couche de destruction de 0,30-0,35 m, composée essentiellement de l’argile des murs, qui se sont effondrés lors d’un incendie, couvrait en même temps qu’elle protégeait les vestiges de la maison. Les murs extérieurs de la maison reposaient sur le sol aplani, sans fondations ; les mieux préservés sont le mur Est et le mur Nord dans sa partie orientale, à l’angle desquels se trouvaient un four : conservés sur une hauteur de 0,30 m environ, ils ont une épaisseur variant entre 0,20 et 0,25 m et se constituent de briques crues de formes irrégulières modelées à la main, placées dans les intervalles de la structures de bois. Cette structure se composait de poteaux de bois verticaux de section ronde (0,10-0,12 m de diamètre), dont l’extrémité inférieure légèrement taillée en pointe, s’enfonçait dans des cavités d’une profondeur variant de 0,15 à 0,25 m et d’un diamètre en surface de 0,20 m environ. La forme de certaines briques signale la présence, dans la structure des murs, de planches disparues qui, disposées horizontalement ou en biais, en renforçaient la structure. Des trous de poteaux ont également été découverts à l’extérieur de l’édifice : ils servaient à supporter le toit, qui était sans doute à deux pentes. Le sol où reposaient des vases, des meules et d’autres éléments de mobilier n’était pas aménagé, mais, si l’on en juge par les traces sur le fond des grands vases de stockage, il était couvert de paille. Cette maison de 9,20 m x 6,30 m comprenait deux pièces latérales (largeurs : 2,40 et 2,60 m) et une pièce centrale, large de 4,20 m, ouverte au Sud. La pièce Est où se trouve le four et la majorité des vases de stockage était probablement dédiée à la préparation de la nourriture. Le four en argile (0,80 x 0,56 m) était voûté et, devant son alandier, au Sud, se trouvait une plaque de schiste qui servait probablement à le fermer ou à déposer les produits avant de les enfourner. Immédiatement au Sud de cette plaque a été retrouvé un grand vase. Notons enfin la présence, dans la pièce Ouest, d’une construction circulaire (diam. : ca. 0,80 m) faite de galets empilés, d’usage indéterminé, mais qui pourrait avoir constitué une sorte de table. Beaucoup de vases de stockage monochromes ont été découverts, qui présentent un traitement de surface variable : elle peut être brute, lissée ou couverte d’un engobe rouge de bonne qualité. Sur les grands vases, cet engobe est limité à la partie supérieure et la partie inférieure présente des cannelures peu profondes. Des vases ouverts de plus petites dimensions ont également été mis au jour. Parmi le mobilier recueilli, on compte aussi un grand nombre de meules, de molettes et de polissoires. En revanche, l’absence presque complète de hache – trois seulement ont été retrouvées – et de lame – une seule lame complète a été retrouvée, ainsi qu’un éclat d’une seconde – indique que la maison a été abandonnée à temps avant l’incendie. La maison de Sosandra est datée du Néolithique Ancien et n’a connu qu’une seule phase d’occupation. La datation absolue obtenue par l’analyse (C 14) de quatre échantillons de charbon prélevés dans les trous de poteaux se situe, avec une probabilité de 95,4 %, entre 6066 et 5840 av. J.-C. L’analyse archéomagnétique d’échantillons prélevés sur le four indique quant à elle une datation entre 5860 et 5688, avec une probabilité de 95 %.

Lire la suite
En 2008, E. Psarra et K. Papazoglou (XVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi la fouille de sauvetage du centre monumental de l’ancienne Miéza (fig. 1-2). Les efforts se sont concentrés sur l’édifice à salles de banquets, au Nord du théâtre, que l’on croyait jusqu’alors en forme de Γ car on en connaissait que les côtés Nord et Est : la découverte de deux murs parallèles à l’Ouest, qui présentent des retours vers l’Est, suggère qu’il s’agit en réalité d’un édifice à péristyle de plan carré (67 x 62 m ; fig. 3). La mise au jour plus à l’Est, du côté Sud, de deux murs plus petits indique que le côté Sud de cet édifice était subdivisé en plusieurs pièces. L’entrée monumentale de cet ensemble, non identifiée, doit probablement être cherchée au milieu du côté Est. Le prolongement du mur Ouest au-delà de l’angle Sud-Est de l’édifice signale par ailleurs la présence d’un second ensemble au Sud, qui ouvrait peut-être sur le théâtre. La fouille de la pièce située à l’extrémité Nord-Est de l’aile Nord de l’édifice à salles de banquet a permis de mettre au jour un nouveau tronçon d’une canalisation de terre cuite déjà connue, qui pénètre dans l’ensemble par l’angle Nord-Est. À cet endroit, la canalisation, placée dans un canal taillé dans le rocher, se subdivise en deux : une branche suit le mur extérieur Nord de l’édifice, tandis que l’autre traverse la pièce de située à l’angle Nord-Est en diagonale, vers le Sud-Est. Ce second tronçon présente un état de conservation remarquable, car il était protégé par les déchets de taille. Les fouilleurs proposent d’associer cette canalisation aux entailles dans le rocher visibles à l’angle Nord-Est de la cour, qui sont peut-être les vestiges d’une fontaine. La présence d’une grande salle de service à proximité immédiate de cette structure renforce cette hypothèse. L’élévation en brique du mur Ouest de l’édifice n’est conservée qu’en de rares endroits. On sait cependant, grâce à des fragments d’enduit colorés, que le mur portait une décoration peinte de type architectonique. Dans les pièces de l’aile Ouest ont été découvertes de riches couches de destruction, contenant les tuiles laconiennes du toit ; dans la deuxième pièce à partir du Nord ont par ailleurs été mis au jour un chapiteau dorique (fig. 4) et un tambour de colonne, qui appartenaient sans doute à la colonnade Ouest du péristyle. La découverte de deux chapiteaux plus petits, de modules différents, dans cette pièce et la pièce voisine, suggère la présence d’un étage à la colonnade et peut-être de colonnes à l’entrée de certaines salles. Le mobilier, notamment un trésor de 19 monnaies d’argent découvert dans l’aile Ouest de l’édifice, permet de situer la période d’utilisation de l’ensemble entre le deuxième quart du IVe siècle et le premier quart du IIIe siècle av. J.-C.

Lire la suite
À Stavroupoli, en bordure de la nécropole Ouest de l’habitat de la table de Lébèt, E. Iliopoulou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain Pousoulidi, situé au no 333 de la rue Langada (OT 409/4), et a mis au jour une pièce quadrangulaire appartenant à un bâtiment de l’époque romaine impériale. Les murs de la pièce (long. 5 m ; larg. 4,80 m) étaient construits en moellons ; une porte a été repérée sur le mur Nord, tandis que le bâtiment continuait vers le Sud. Sa datation a été établie grâce à trois monnaies et à la céramique découvertes. Ce bâtiment a été fondé sur des tombes d’époque hellénistique, comme le prouvent la céramique et les ossements présents dans les niveaux inférieurs.

Lire la suite
À Stavroupoli, à l’angle des rues Karaoli-et-Dimitriou et Iatrou Gogoussi, I. Ninou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain de la société Teliodomi et a mis au jour un grand réservoir circulaire. Construit en moellons bien agencés sans mortier, le réservoir (diam. 22 m) était recouvert, à l’intérieur, de mortier hydraulique. Une dépression cylindrique a été repérée au fond de la partie centrale. Une ouverture, éventuellement aussi un aménagement particulier pour l’évacuation de l’eau, devraient se trouver sur le côté Nord ; l’installation à cet endroit d’un réservoir à chaux carré plus tardif a cependant détruit tous les indices relatifs à ces dispositifs.

Lire la suite
À Stavroupoli, dans le domaine de la nécropole Ouest de l’habitat de la table de Lébèt, E. Iliopoulou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain Fessa, situé au no 341 de la rue Langada (OT 401/1), et a mis au jour 17 sépultures de la fin de l’époque classique et du début de l'époque hellénistique, deux fours, 14 fosses datant de l’Âge du Bronze et un puits. On a découvert douze tombes à fosse à couverture en dalles de schiste et trois dont l’ouverture était bordée de pierres, une tombe maçonnée en briques et un bûcher primaire. Treize de ces sépultures étaient dotées d’un mobilier abondant : monnaies en bronze, bijoux en bronze, en argent et en or, armes (on a surtout retrouvé des pointes de lance), vases attiques à vernis noir et à figures rouges (surtout des skyphoi et des lécythes aryballisques), protomés féminines et figurines en terre cuite. Les fosses sont circulaires (sauf une biconique), d’un diamètre de 1 m et contenaient du matériel du BR ; leur fonction n’a cependant pas pu être élucidée pour le moment.

Lire la suite
Au Nord de Thessalonique, dans le secteur de Polichni, É. Drakakis (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur le terrain Savvidi, situé au no 10 de la rue Chalkidikis (OT 1307/6), au sommet de la table de Lébèt, et a mis au jour des vestiges architecturaux d’époque classique. On a dégagé sept murets de fondations, construits en moellons bruts sans mortier. Un des espaces découverts pourrait être un entrepôt à pithoi (pitheonas), puisqu’il enfermait dix fosses circulaires contenant des tessons de pithoi. La céramique recueillie indique que ces vestiges appartiennent à la dernière phase de construction attestée dans l’habitat, datée au Ve et au IVe s. av. J.-C.

Lire la suite
Au Nord de Thessalonique, dans le secteur de Polichni, St. Kotsos (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain Markou (OT 1307/5), situé sur la rue Venizelou, au sommet de la table de Lébèt, et a mis au jour des vestiges architecturaux appartenant à toutes les cinq phases attestées dans l’habitat, entre le Xe et le IVe s. av. J.-C. Les phases les mieux conservées sont celles du IVe siècle et celle du IXe-VIIIe s. On a recueilli de la céramique de l’époque géométrique (surtout non-tournée), des époques archaïque et classique (dont des tessons de vases attiques à vernis noir et corinthiens) et de l’époque hellénistique en quantité importante. On a pu identifier des kylikes, des skyphoi, des cratères, des lékanès, des amphores, des oenochoés, des lampes à huile etc.

Lire la suite
Dans le domaine de Panorama, sur la toumba de l’habitat antique de Panorama B, Ch. Avgeris (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur deux terrains voisins, les propriétés Vakalis (no 608) et Giovanoglou, Karabassi, Gogou et Laskou (no 607β), et a mis au jour, sur une longueur de 70 m, un grand fossé. Large par endroits de plus de 6 m et d’une profondeur de 3,5-4 m, ce dispositif impressionnant était vraisemblablement destiné à assurer la défense de l’habitat qui s'étend à l'Est de celui-ci. La fouille a livré de la céramique abondante, surtout d’époque historique (céramique commune de stockage et quelques vases à vernis noir).

Lire la suite
Au Sud de Thessalonique, dans le secteur de Pylaia, M. Tsimbidou-Auloniti (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur une parcelle appartenant à la société Pharmakon V. Ellados, situé sur la rue Tombazi, et a mis au jour les vestiges d’un atelier de poterie, en activité entre le milieu du IVe et la fin du IIIe s. av. J.-C. On a dégagé les restes de quatre murs, dont les fondations étaient en moellons bruts et fragments de tuiles, tandis que leur élévation était construite en moellons plus petits. Des couches de destruction avec des tuiles, des briques et des amas d’argile ont également été découvertes. On a  surtout recueilli de la céramique commune, tandis que la présence de ratés de cuisson est notable ; on a également trouvé divers poids de tissage, ainsi que des cales, des anneaux et des trépieds utilisés dans la fabrication de céramique.

Lire la suite
Près de la commune de Vassilika, au lieu-dit Kyparissi, Ch. Tsagouli (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le champ Koutziari (no 1726α), situé dans le secteur de l’habitat néolithique de Vassilika C, et a mis au jour des vestiges architecturaux. On a découvert un pavement de moellons bruts, un sol (?) d’argile rougeâtre, des trous de poteaux, des amas d’argile. Le matériel recueilli comporte des tessons de céramique commune et polie noire du Néolithique Récent, des outils et noyaux en silex roux, des fragments de quartz, des outils polis (notamment trois haches), des os d’animaux, des bivalves, des fragments de crâne humain.

Lire la suite
À Souroti, V. Allamani (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur le terrain de la société Panellou (OT 59, terrain no 1), mettant au jour 33 tombes d’époque archaïque qui appartiennent à la nécropole antique connue depuis 1999, mais également 17 fosses et un tronçon de fossé (fig. 1). Il s’agit surtout de tombes à fosse (31), mais on a également retrouvé une tombe à ciste et une sépulture en pithos. Le mobilier, retrouvé dans 17 des tombes à fosse, comporte quelques vases (oenochoés, exaleiptra), des bijoux en argent (perles de colliers, boucles d’oreille, sphékotères), des poignards et lames d’épées et date les sépultures du  VIe et du début du Ve s. av. J.-C. Quant aux fosses, dont la plupart ont été repérées en regroupement, elles sont antérieures à la nécropole et vraisemblablement liées à des activités domestiques, tel le stockage de provisions, éventuellement dans des pithoi. Le fossé en revanche, découvert sur 12,40 m, serait, lui, plus tardif que les sépultures.

Lire la suite
Dans la région d’Épanomi, M. Apostolou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage dans le champ Papadopoulou (no 6536α) et a mis au jour une tombe à tuiles d’époque romaine, partiellement conservée. La défunte portait des boucles d’oreille en argent et un bracelet en bronze.

Lire la suite
Dans la commune de Drymos, A. Kéramaris (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur le terrain Kyratziakou (no 523) et a mis au jour huit sépultures d’époque romaine. Il s’agit de tombes à fosse et de tombes à tuiles, ainsi que d’un bûcher primaire. Parmi ces sépultures, six appartenait à des adultes et deux à des enfants. On y a recueilli des monnaies en bronze, des vases en céramique, dont des unguentaria, et des épingles en os.

Lire la suite
Dans la commune de Lagyna, K. Tzanavari et M. Pappa (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont conclu en 2008 la fouille de sauvetage menée sur le terrain Kathymiou-Karaïsaridi, mettant au jour environ trente sépultures datant de l’époque hellénistique et du début de l’époque romaine et faisant partie de la nécropole de l’antique Liti. Il s’agit surtout de tombes à tuiles, mais des bûchers primaires ont également été repérés ; le mobilier conmporte surtout de petits vases, des figurines et des monnaies.

Lire la suite
À Potidée, V. Misaïlidou-Despotidou, D Germenis, P. Kazantzi et E. Euthymoglou (XVIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené en 2008 des fouilles de sauvetage sur quatre terrains et ont mis au jour des vestiges d’époque hellénistique et romaine, ainsi que quelques sépultures plus tardives : Sur le terrain Mantzouka (no 94, OT 23), on a mis au jour les vestiges d'une villa urbaine de l'époque romaine (cf. Chronique, n. 2945) ; sur le terrain Sakali (no 44, OT 12) on a mis au jour un dépotoir contenant une grande quantité de céramique à vernis noir et à vernis rouge d’époque hellénistique et romaine, 43 monnaies en bronze, des fragments de figurines, de vases en pierre, des lampes à huile, des attaches en plomb, divers objets en bronze, des pesons, ainsi que des tuiles et des anses d’amphores timbrées ; sur le terrain Savva (no 45, OT 12) on a mis au jour des vestiges d’un bâtiment, dont les murs étaient construits en petits moellons et le sol était recouvert de fragments de tuiles (fig.1-2). On a également découvert un dallage de schiste et de calcaire, et des tronçons de conduits maçonnés ou en terre cuite. On a mis en évidence au moins deux phases dans le bâtiment, probablement construit au début de l’époque hellénistique et resté en utilisation à l’époque romaine ; à une époque plus tardive, vraisemblablement à la période byzantine, plusieurs fosses en ont détruit des parties. La fouille a livré de la céramique (dont des tessons à figures rouges, à vernis noir ou de style « West Slope »), des anses timbrées d’amphores, des lampes à huile, des fragments de vases en verre et de figurines, des objets et outils en métal (hameçons, spatule, aiguilles), des bijoux (perles), des monnaies en bronze ; sur le terrain Kaloudi (no 43, OT 173) on a mis au jour un ensemble de pièces, construit à l’origine vraisemblablement à l’époque hellénistique et présentant des structures appartenant à plusieurs phases (fig. 3). On a identifié de nombreux murs en pierres ou en briques de terre crue, des sols pavés de pierres, un seuil en marbre de remploi. Vers l’Est on a dégagé, sur 15,50 m, un conduit d’eau constitué de tuyaux en terre cuite (diam. 0,25 m). La destruction de la dernière phase du complexe, de laquelle datent au moins une douzaine d’amphores en place, est située à l’époque romaine. La fouille a également livré des éléments architecturaux et de sculpture (tambours de colonnes, une partie de statue), de la céramique commune (amphores, oenochoé et autres), à figures noires, à vernis noir « West Slope », à figure rouges, des lampes à huile, un fragment de broyeur, des monnaies en argent et en bronze, divers objets en métal ou en os, des fragments de figurines (dont des représentations de sanglier ou de Cybèle). La découverte de cet ensemble de figurines en particulier suggère une identification au complexe Est du Metrôon de la ville antique, qui avait été mis au jour auparavant sur un terrain voisin. Dans la partie Nord on a découvert six sépultures sans mobilier, avec la tête du défunt orientée à l’Ouest ; elles datent d’après l’abandon de cet espace.

Lire la suite
Dans la région de Méthoni, A. Athanasiadou (XXVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur le champ Kanakidi (no 1239) et a mis au jour deux tombes à tuile d’époque romaine, appartenant à une nécropole située entre les antiques Pydna et Méthoné. L’une des sépultures appartenait à une femme, enterrée avec ses bijoux (collier en verre, bronze et fer, bracelets en fer et bague en bronze), et l’autre, qui contenait une oenochoé en terre cuite et un vase en verre, appartenait à un enfant.

Lire la suite
Près de la commune de Petra, K. Noulas (XXVIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi en 2008 la fouille de sauvetage de l’habitat de la colline de Kastro Adrianou, occupé entre l’Âge du Bronze et l’époque byzantine, et a mis au jour des vestiges d’une fortification qui date du IVe s. av. J.-C. On y a recueilli de la céramique de l'époque classique et hellénistique (« West Slope », skyphoi mégariens), mais également de la céramique plus ancienne (Âges du Bronze et du Fer).

Lire la suite
Dans la ville haute de Thessalonique, A. Chatziioannidis (9e éphorie des antiquités byzantines) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur les terrains situés au 15-18 rue Amphilochias et a mis au jour des vestiges d’installation de la période romaine, une partie de villa protobyzantine, une  partie de cimetière médiobyzantin et des structures d’époque ottomane tardive (fig.1-2). Les niveaux de l’époque romaine tardive ou protobyzantine comportent les vestiges d’un bâtiment allongé (long. 14,20 m ; larg. 3,80 m) et ont livré de la céramique commune, de la céramique à vernis rouge et à vernis noir, des lampes à huile, des figurines (principalement d’Aphrodite), des monnaies, des clous et un crochet en bronze, ainsi que des pesons. On a également découvert une partie d’une villa protobyzantine : on en a dégagé deux pièces et un réservoir, délimités au Nord d’un mur épais construit en moellons bruts et mortier de chaux. Les sols des pièces étaient ornés de mosaïques. La fouille de ce bâtiment a livré de la céramique commune, des lampes à huile, des vases en verre, une lékané en pierre, des épingles en os, une monnaie en or ainsi que des autres en bronze, un clou, un rivet et un anneau également en bronze, une partie de mécanisme de suspension en fer. De la même époque datent, vers l’Ouest, un pilier carré et une partie de structure voûtée avec, à côté, un tronçon de conduit maçonné, ainsi que deux autres vers l’Est. Après la destruction des structures décrites, s’y est installé, à l'époque tardobyzantine, un cimetière : on a mis au jour en particulier quatorze tombes à ciste maçonnées dont les parois étaient enduites de mortier brun ou de mortier de chaux, tandis que les sols étaient dallés de schiste ou de terre cuite. Elles contenaient des inhumations successives, primaires et secondaires. On y a recueilli des bracelets en verre, une paire de boucles d’oreille en argent, des boutons, anneaux, lamelles et monnaies en bronze, des clous en fer, un gobelet fragmentaire à glaçure marbrée. Quant aux vestiges de la période ottomane tardive, on a découvert un puits de débordement circulaire construit en moellons bruts et dont l’ouverture était bordée de briques ; il était connecté à un grand conduit maçonné à voûte, dont un autre segment avait été découvert auparavant dans un terrain voisin. La fouille a également livré de la céramique commune et glaçurée des périodes protobyzantine à ottomane tardive, un poids de tissage, deux fragments de pipe, une bague et des monnaies en bronze.

Lire la suite
À Thessalonique, A. Chatziioannidis (9e éphorie des antiquités byzantines) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage au 25 rue Panagias Phanéroménis et a mis au jour six sépultures appartenant à la nécropole Ouest de la ville antique. On a découvert cinq tombes à tuiles, appartenant à des enfants, ainsi qu’une tombe à fosse et à inhumation double. Tous les défunts étaient déposés allongés sur le dos, la tête à l’Ouest. Le peu de mobilier recueilli consistait en un unguentarium à une anse, une monnaie en bronze et une perle en verre ; la fouille du terrain a également livré de la céramique commune et un bracelet en bronze, datés de la période protobyzantine.

Lire la suite
À Thessalonique, dans le quartier de Xirokrini, P. Mastora (9e éphorie des antiquités byzantines) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur deux terrains voisins situés à l’angle des rues Charitonymou et Stavrou et a mis au jour en tout 53 sépultures d’époque romaine tardive et protobyzantine, appartenant à la nécropole Ouest de la ville antique (fig. 1). On a découvert 39 tombes à ciste maçonnées, sept tombes à tuiles, quatre tombes à fosse et deux chambres à voûte. Ces dernières étaient de plan rectangulaire, avaient des parois revêtues d’enduit et leurs voûtes, détruites, avaient été construites en briques. L’une d'elles conservait sur ses parois une décoration de cadres de bandes rouges (fig. 2). Dans une phase ultérieure on y a rajouté, sur le côté Ouest, une deuxième chambre allongée et voûtée accessible par un passage arqué et on a utilisé la chambre funéraire initiale comme ossuaire. La fouille a livré des vases en céramique et en verre, des unguentaria, un fragment de lampe à huile, des monnaies en bronze, ainsi que des fragments d’inscriptions et d’éléments d’architecture.

Lire la suite
Près de la commune de Dimitra, G. Karamitrou-Mentésidi (XXXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage au lieu-dit Vrastera et a mis au jour de la céramique, des figurines (fig. 1) et des outils datés du Néolithique Ancien et Récent et indiquant l’existence, à cet emplacement, d’une installation durant ces périodes.

Lire la suite
Au Nord de la commune de Kopanos, au lieu-dit Aghios Nikolaos, A. Tsilipakou (11e éphorie des antiquités byzantines) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le champ 214 et a mis au jour un espace qui semble avoir servi à des activités agricoles entre le XVIe et le XVIIe s. On a découvert, un réseau de canaux perpendiculaires creusés dans le sol (fig.1-2), 25 fosses taillées circulaires, ovales et une rectangulaire (fig. 3), ainsi que quinze dépressions moins profondes, circulaires et souvent dotées d’une entaille rectangulaire au centre ou sur leur périmètre. On a aussi dégagé les vestiges de deux murs, construits en moellons bruts, quelques fragments de briques et mortier d’argile et formant un angle. Certaines fosses ont livré de la céramique commune et glaçurée datée entre le début du XVIe et le début du XVIIe s. apr. J.-C., des os, des tuiles des outils et des de portes. Une meule à perforation centrale et une monnaie en argent datée entre 1620 et 1630 ont également été recueillies.

Lire la suite
Dans la ville d’Édessa, A. Tsilipakou (11e éphorie des antiquités byzantines) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur le terrain de la 1ère École primaire (OT 131, rues A. Mélétiou, Koraï et Nikodimou) et a mis au jour des vestiges architecturaux d’époques hellénistique à ottomane, ainsi que des sépultures d’époque tardobyzantine (fig. 1). On a dégagé, sur 9,50 m, une construction puissante – probablement une fortification, voire une partie de tour – conservant six assises de moellons de poros avec du mortier blanc granuleux et datant de l’époque byzantine. On a également identifié des constructions d’époque ottomane, vraisemblablement des maisons, peut-être également un édifice publique ; une structure de stockage circulaire a également été repérée. Divers autres murs d’époques hellénistique, romaine tardive, et byzantine ont été dégagés, ainsi qu’un conduit maçonné en moellons de poros. Au Sud du terrain, les murs III et XXXIV, qui ont été associés à une activité artisanale ou de stockage (déchets de vases en verre, vase de stockage) aux XIIe-XIVe siècles, délimitent un espace au Sud de la fortification qui a eu une utilisation funéraire à la fin de l'époque tardobyzantine.

Lire la suite
Au lieu-dit Sykia Lakkou, dans le secteur côtier de Néa Kerdyllia, I. Zografou (XXVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain Bakirtzi-Kambéridi, et a mis au jour des vestiges de constructions d’époque classique appartenant à l’antique Argilos, en continuité de ceux découverts auparavant dans le terrain voisin (cf. Chronique, n. 411). On a dégagé neuf murs qui définissent cinq larges espaces, dont la fonction n’a pas encore pu être précisée. Les vestiges possibles d’un four ont également été repérés. La fouille a livré peu de céramique commune ou à vernis noir.

Lire la suite
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.