Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

DÉLOS. - Hippodrome
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 5
Informations générales
Numéro de notice 6201
Année de l'opération 2016
Date de modification 2017-10-18
Nature de l'opération Géoarchéologie
Institution(s) École française d'Athènes
Notice
À Délos, A. Chabrol (EfA), J.-C. Moretti (CNRS, IRAA, Université Lyon 2) et L. Fadin (EfA) ont mené en 2016 une mission géomorphologique dans le secteur entre les Palestres et le sanctuaire Anios, afin de caractériser la piste de l’ancien hippodrome de Délos. Huit carottages, alignés selon cinq transects principaux, ont été effectués afin de compléter l’étude de l’hippodrome, qui s'était concentrée en 2015 sur l’étude architecturale du long mur de soutènement formé de grands blocs de granit qui limite la piste sur son flanc Ouest. Les huit forages se situent tous à l’Est du mur de soutènement Ouest, entre le mur et l’Archégésion (fig. 1). Le contexte lithologique local est constitué du classique binôme socle cristallin/poros d’origine sédimentaire. La zone d’étude, relativement plane, n’est entrecoupée que par de bas murs de pierre sèche, délimitant vraisemblablement d’anciens champs agricoles. Des forages préliminaires ont été effectués à la tarière à main afin de sonder le sol et de définir les endroits les plus propices aux carottages profonds.
Les carottes ont été ouvertes dans le laboratoire de restauration de l’Ecole française d’Athènes, sous atmosphère protégée, à l’aide d’une disqueuse Dremel (fig. 2). Plusieurs grandes unités stratigraphiques apparaissent de manière cohérente dans les forages : la roche ou le sol naturel, une couche de remblai, une couche de sédiments pulvérulents, interprétée comme les restes de la piste de course, puis un niveau de terre végétale. D’un point de vue géomorphologique et topographique général, on sait maintenant que toute cette zone « plane » a en réalité été artificiellement créée, par l’ajout de remblais successifs (piste y compris) qui ont pu atteindre parfois quatre mètres, et dont l’épaisseur totale reste inconnue (fig. 3-5). La zone de l’hippodrome aurait donc été entièrement construite, ce qui a dû être un travail considérable, et explique la présence d’un mur de soutènement à l’Ouest. Concernant l’hippodrome en lui-même, les indices stratigraphiques sont encourageants. Un niveau semble clairement s’individualiser dans la majorité des carottages : celui qui présente des limons blancs/beiges pulvérulents et stériles, qui pourraient très bien être considérés comme les lambeaux de cette piste. Celle-ci devait certainement être entretenue en fonction des compétitions, de manière à rendre le spectacle plus impressionnant ou à faciliter la course des chevaux en proposant un sol vierge de toutes aspérités et cailloutis. Toutes ces hypothèses préliminaires seront discutées et vérifiées en laboratoire.
Mots-clés Établissement de spectacles - Établissement sportif
Chronologie Antiquité - Hellénistique
Bibliographie
Référence bibliographique D’après le rapport de mission à Délos en 2016 remis par J.-C. Moretti et A. Chabrol.
Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.