Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

DESPOTIKO. - Mandra
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 7
Informations générales
Numéro de notice 551
Année de l'opération 2005
Date de modification 2014-07-25
Nature de l'opération Fouille - Programmée
Institution(s) XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques (ΚΑ' ΕΠΚΑ)
Fiche(s) associée(s) 1999 - 2000 - 2005 - 2007 - 2007 - 2008 - 2010 - 2011 - 2012 - 2014 - 2015
BCH 128-129 (2004-2005), p. 1560-1562
Notice
La fouille systématique de I. Kouragios s’est concentrée en 2005 sur l’exploration des bâtiments au Sud du bâtiment A, le long de son mur Sud, où des constructions d’époque classique avaient été mises au jour, remployant largement des blocs des édifices plus anciens et notamment du marbre provenant du temple dorique de Despotiko (fig. 1-3).
Au total, 14 pièces ont été explorées. Certaines de ces pièces sont fondées sur les ruines du bâtiment A et de ses pièces. On signale que dans deux des murs (T40 et T37), une grande quantité de blocs antiques ont été remployés (triglyphe, chapiteaux, fragments de fûts de colonnes, blocs d’architrave etc.). Dans un espace défini par une sorte de péribole, deux complexes de bâtiments ont été dégagés, le complexe Θ (deux pièces) et le complexe Ι (11 pièces).
Dans un mur de la pièce 4 du complexe I, ont été découverts en remploi la partie inférieure de deux kouroi en marbre parien destinés à renforcer l’aménagement d’une grande porte à double battant. (fig. 4) Les kouroi sont conservés des genoux à la taille. Dans un autre mur du complexe I, entre les pièces 1 et 3, a été découvert un kouros archaïque remployé (fig. 5-6), conservé dans sa partie supérieure (jusqu’à la poitrine).
Le péribole autour du bâtiment Δ a également été dégagé et a fait apparaître un vestibule avec une porte double en avant de l’édifice. L’édifice est conservé à faible hauteur ou au niveau de ses fondations. La céramique peinte associée au vestibule date des VIIe-VIe s. av. J.-C. L’ensemble de l’édifice a livré de grandes quantités de céramique archaïque ainsi que des tuiles. Au Nord du bâtiment Δ et au niveau de l’assise de réglage, a été découvert un fragment de la jambe gauche d’un kouros (le quatrième).
La fouille de la pièce A2 de l’édifice A a livré deux bases de statues et trois blocs appartenant à une base ou un autel, auquel peut-être appartient également le grand nombre de blocs architecturaux dégagés dans les remblais.
Signalons aussi qu’une quantité importante de figurines a été découverte : certaines d’entre elles représentent des femmes assises ou debout, d’autres représentent un homme agenouillé, ou des formes d’oiseaux. La céramique peinte archaïque mérite également mention, notamment une plaque « mélienne » (parienne) et un tesson représentant un guerrier (fig. 7).
Mots-clés Bains - Édifice religieux - Figurine - Péribole - Pierre - Sanctuaire - Sculpture
Chronologie Antiquité - Archaïque - Classique
Bibliographie
Référence bibliographique
Rapport de fouilles fourni par Y. Kourayos.
AD 60 (2005), p. 928-934.
Pour les années 2001-2004, voir Y. Kourayos, AD 56-59 (2001-2004) [2012], 116-127.
Auteur de la notice Pavlos KARVONIS
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.