Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

ELEON. - Eastern Boeotia Archaeological Project
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 5
Informations générales
Numéro de notice 5442
Année de l'opération 2015
Date de modification 2016-07-08
Nature de l'opération Fouille - Programmée
Institution(s) Institut Canadien en Grèce
IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques
Fiche(s) associée(s) 2007 - 2008 - 2011 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Notice
Dans le cadre du programme de recherche sur les cités antiques de Béotie, B. Burke (University of Victoria / CIG), B. Burns (Wellesly College / CIG) et A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi en 2015 la fouille sur le site d’Eléon, près de la commune d’Arma. Les travaux se sont concentrés sur le complexe architectural nommé « Blue Stone Structure » au milieu de la  zone étudiée, ainsi que sur le mur polygonal (fig. 1-2).
L’année précédente, on avait mis au jour un complexe architectural dont trois murs avaient été mis au jour, deux tombes mésohelladiques qui ont été trouvées pillées, ainsi que deux surfaces pavées à des niveaux différents. On a trouvé de la céramique mésohelladique et de l’HR I en association avec ce complexe, attestant ainsi une date de construction très haute dans l’époque mycénienne.
En 2015, on a pu identifier cette structure à un enclos funéraire mycénien grâce à la découverte de quatre tombes à ciste, concentrées dans le quart Sud-Est du complexe et installées à l’intérieur du complexe construit (fig. 3) :
  • la première tombe (dim. 1,75 x 0,85 m) était maçonnée et couverte d’une dalle de calcaire. Elle contenait trois individus : un adulte, un adolescent et une personne âgée. Sur le sol de la tombe, on a recueilli un canthare lustré (burnished), daté de l’HR I.
  • la deuxième tombe est constituée de briques et contenait le squelette d’un enfant âgé de 2 à 3 ans, parfaitement bien conservé.
  • la troisième tombe était pillée, probablement durant l’Antiquité. Elle contenait très peu de restes osseux et la céramique qui y a été trouvée compte deux tessons du VIe s. av. J.-C., qui fournissent ainsi un terminus post quem pour la perturbation de la tombe.
  • la quatrième tombe était maçonnée et contenait des os en mauvais état de conservation : un squelette féminin en position fléchie accompagné d’une fusaïole. L’identification d’un métatarse supplémentaire indique la présence d’un deuxième squelette dans la tombe.
La datation des tombes au début de l’époque mycénienne est confirmée par la céramique recueillis dans une série de plateformes pavées, aménagées à divers niveaux au-dessus de chaque tombe. Le dépôt de quantités d’argile au-dessus de ces pavements a formé une masse au-dessus de la « structure en pierre bleue », ce qui suggère un tumulus de près de 10 m de diamètre. La fouille de ce complexe n’a pas été achevée : au centre de l’enclos, on a repéré un autre pavement qui recouvre probablement de nouvelles sépultures. Par ailleurs, la limite Nord du complexe n’a pas été mise au jour, ni détectée par la prospection géophysique ; la prospection de surface suggère néanmoins des dimensions totales de 8 x 15 m.
Dans le secteur Sud-Est, on a effectué un relevé et un nettoyage du mur polygonal qui se trouve au Sud et à l’Est de la zone de fouille (fig. 4). Le mur est visible et était exposé depuis l’Antiquité sur une longueur de 84 m en arc de cercle (rayon 41 m). Il repose sur la terre et par endroits sur la roche. Il est composé d’une euthyntéria et d’une assise de réglage qui s’élève jusqu’à 4,7 m selon le dénivelé du terrain. Au-dessus de l’assise de réglage, sont placés des orthostates de forme polygonale qui s’imbriquent l’un dans l’autre. On a relevé des traces d’un couronnement au-dessus des blocs polygonaux, de sorte qu’on restitue une hauteur de 3,3 m à l’ouvrage (fig. 5). Un sondage avait été ouvert au Sud-Est en 2014 et terminé en 2015 afin d’obtenir une datation plus précise de ce mur à la fin de l’époque archaïque : il s’est avéré que les fondations sont plus profondes que ce que l’on avait estimé. On a recueilli de la céramique mycénienne, qui est probablement résiduelle ; le mobilier qui peut être associé à la construction du mur date de la fin du VIe s. av. J.-C.
Mots-clés Fortification - Habitat - Sépulture
Chronologie Âge du bronze - Bronze moyen - Bronze récent - Antiquité - Archaïque
Bibliographie
Référence bibliographique

D’après le rapport de mission en Béotie par l’Institut Canadien en Grèce en 2015, remis par B. Burke, B. Burns et A. Charami.

Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.