Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

ELEON. - Eastern Boeotia Archaeological Project
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 7
Fig. 8
Fig. 9
Fig. 10
Fig. 11
Fig. 12
Fig. 13
Informations générales
Numéro de notice 5065
Année de l'opération 2014
Date de modification 2015-09-10
Nature de l'opération Fouille - Programmée
Institution(s) Institut Canadien en Grèce
IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques

Fiche(s) associée(s) 2007 - 2008 - 2011 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Notice
Dans le cadre du programme de recherche sur les cités antiques de Béotie, B. Burke (University of Victoria / CIG), B. Burns (Wellesly College / CIG) et A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi en 2014 la fouille sur le site d’Eléon, près de la commune d’Arma. Les travaux ont porté sur quatre secteurs (fig. 1) :
- Dans le secteur Nord-Ouest (fig. 2), on a dégagé un complexe architectural qui a été construit en trois phases, datées par les dépôts de céramique, à l’HR IIIB2, IIIC ancien et IIIC milieu. Le bâtiment n’a pas été entièrement fouillé (dim. provisoires 11,25 x 14,4 m). La partie Nord est constituée de deux pièces avec un foyer au centre de chacune. La phase intermédiaire est celle qui a livré le plus d’informations ; on identifie sa construction, son occupation et sa destruction par un incendie à l’HR IIIC ancien. Dans un troisième état de construction, seule une partie du bâtiment est reconstruit, alors qu’une masse de matériaux effondrés est laissée entre la pièce Nord-Ouest et la pièce immédiatement au Sud (fig. 3). Le niveau de sol qui était préservé sous cette couche de destruction a livré de la céramique fine, de la vaisselle de stockage et de cuisson, des lames en alliage de cuivre et des outils à textile (fig. 4). On a dégagé l’angle Sud-Ouest de cette pièce, marquée par un bloc qui fait saillie sur le mur Nord-Sud. On a recueilli de la céramique de l’HR IIIB et un fragment de moule à bijou en stéatite (fig. 5), attestant le travail du verre. Dans la pièce immédiatement à l’Est, une activité artisanale continue est attestée par la présence de six foyers (fig. 6) placés autour d’une pierre centrale (peut-être une base pour une colonne qui aurait soutenu le toit ?). La partie Sud de la pièce a pu être ouverte, puisque c’est à cet endroit que sont concentrés davantage de foyers, dont trois aménagés l’un sur l’autre.
- Dans le secteur Sud-Ouest (fig. 2 et 7), on a ouvert un sondage de 10 x 5 m et dans la partie Nord on a dégagé des vestiges de construction appartenant à un complexe plus large que le mobilier permet de dater de l’HR IIIC milieu. On compte notamment de la céramique figurée et des figurines de bovidés. Jusqu’à présent, le bâtiment le plus ancien mis au jour est le bâtiment A, auquel est associé un sol de galets mis au jour en 2013 et daté de l’HR IIIB. Immédiatement au Nord, le bâtiment C date de l’HR IIIC milieu 2, d’après des vases presque entiers. En 2014, on a mis au jour du mobilier du début de l’époque mycénienne : il s’agit des tessons d’une cruche bichrome datée de l’HR I/II (fig. 8).
Une tombe à ciste de l’Helladique Moyen avait été dégagée en 2013 : cette année, deux autres ont été mises au jour (fig. 9). Elles avaient été pillées et ne comportaient qu’une petite quantité de céramique mélangée, datant de l’HM à l’époque ottomane, ainsi qu’un fragment d’os animal.
À l’Est de ces tombes, on a dégagé la partie Sud d’un bâtiment, appelée « Blue Stone Structure », à cause de l’utilisation d’un calcaire bleu poli (fig. 10-11). Les angles sont marqués par des orthostates et sont reliés par un mur partiellement effondré et conservé sur une hauteur de trois assises. Dans les niveaux associés à la construction de cet édifice, la céramique date de la fin de l’HM au début de l’HR I. À l’intérieur, on a dégagé l’une quasiment à côté de l’autre deux surfaces pavées qui se trouvent à des niveaux différents (fig. 12). Un sondage a révélé que sous le niveau du pavement de pierres qui se trouve à l’Est et qui a été daté du début de l’époque mycénienne, se trouvaient des ossements humains désarticulés.
- Dans le secteur Sud-Est (fig. 2), on a effectué un sondage de deux mètres de profondeur le long de la façade du mur (fig. 13). Celui-ci a révélé des fondations plus profondes qu’attendues ; le mobilier associé date de la période mycénienne. Par ailleurs, un sondage contre la façade orientale de la tour a livré trois tessons de la fin du VIe s. av. J.-C., ainsi qu’une grande quantité de céramique mycénienne : la construction du mur en appareil polygonal s’est donc achevée vers la fin de l’époque archaïque.
Près du grand seuil mis au jour en 2012 et daté de la période archaïque-classique, la fouille a recueilli de nombreux fragments de figurines, de vases miniatures et de coupes à boire béotiennes qui attestent une activité cultuelle dans le secteur.
Mots-clés Figurine - Habitat - Os - Outillage/armement - Parure/toilette - Sépulture - Verre
Chronologie Âge du bronze - Bronze moyen - Bronze récent
Bibliographie
Référence bibliographique
D’après B. Burke, B. Burns et A. Charami, dans le rapport d’activités à Eléon en 2014.
Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.