Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

ARGILOS
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 7
Fig. 8
Informations générales
Numéro de notice 5064
Année de l'opération 2014
Date de modification 2015-09-10
Nature de l'opération Fouille - Programmée
Institution(s) Insitut Canadien en Grèce
XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques
Fiche(s) associée(s) 2000 - 2005 - 2010 - 2011 - 2013 - 2014 - 2015
Notice
À Argilos, J. Perreault (Institut Canadien en Grèce) et Z. Bonias (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené une nouvelle campagne de fouilles : les travaux se sont portés sur le portique et ses abords ainsi que sur l’acropole (fig. 1-2).
Dans le secteur de l’acropole, on a poursuivi le dégagement de la rue qui longeait la crête de l’acropole au Sud-Est et qui avait été mise au jour en 2013 (fig. 3-4). La rue donnait accès à une structure rectangulaire arasée au niveau des fondations : le plan de la construction et les dimensions des assises de fondation laissent croire à une tour de garde et/ou d’observation. Au cours du dégagement de la rue vers l’Est et vers le Nord, on a observé que celle-ci était plus large que ce que l’on avait envisagé : à l’Ouest elle présente une largeur de 5 m et à sa jonction avec une deuxième rue, elle présente une largeur de plus de 7 m. Cette deuxième rue se dirige vers les bâtiments des époques archaïque et classique mis au jour en avant du «manoir » hellénistique. À l’Est, sa jonction avec la deuxième rue prend la forme d’une esplanade qui donne accès à un bâtiment conservé en fondations.
La fouille s’est  aussi poursuivie sur le terrain Koutloudis où, en 2013, on avait dégagé les vestiges d’un long portique dont cinq pièces avaient reconnues. La longueur dégagée du portique atteint désormais 50 m, mais son extrémité orientale n’a pas encore été mise au jour. En 2014, cinq nouvelles pièces ont été reconnues (fig. 5). Elles sont toutes de dimensions identiques (dim. 5 x 7,50 m). Dans ces nouvelles pièces, la fouille a atteint la surface des niveaux de destruction. Deux pièces reconnues en 2013 ont été fouillées, les pièces L1 et L3.
Dans la pièce L1, on a atteint un niveau de circulation sous une épaisse couche de destruction compacte et riche en mobilier datant des deuxième et troisième quarts du Ve s. av. J.-C. Près du mur oriental de la pièce, on a mis au jour une large vasque enfoncée dans le sol et contenant une amphore de table (fig. 6), un stamnos, un skyphos et une coupelle à vernis noir.  
Dans la pièce L3, le sol récent a été atteint également. On a dégagé la baignoire qui se trouve dans l’angle Sud-Ouest et qui comportait un bouchon en plomb sur le trou d’évacuation. Une seconde baignoire, mise au jour dans l’angle Nord-Ouest, a été remployée dans la construction d’un petit réduit rectangulaire. En avant de la pièce, on a dégagé le sol extérieur, recouvert par une couche de tuiles. Au-dessus du sol, on a également trouvé de grosses pierres plates qui ont été identifiées comme des « tables » pour les commerçants.
Parmi le mobilier, on signale des centaines de monnaies (fig. 7), ainsi qu’un petit autel de marbre comparable à ceux mis au jour en 2013 et dont des parallèles existent notamment à Pella (fig. 8). La fouille de 2014 a permis de dater la construction du portique au plus tôt à la fin du VIe s. ou dans le premier quart du Ve s., étant donné que le mode de construction est comparable à d’autres édifices archaïques à Argilos.
Mots-clés Habitat - Stoa - Voierie
Chronologie Antiquité - Archaïque - Classique
Bibliographie
Référence bibliographique
D’après J. Perreault et Z. Bonias, dans le rapport d’activités remis par l’Institut Canadien en Grèce pour 2014.
Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.