Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

LOGAS ELATIS
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Informations générales
Numéro de notice 4564
Année de l'opération 2009
Date de modification 2014-09-05
Nature de l'opération Fouille - Sauvetage
Institution(s) XXXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques
Fiche(s) associée(s) 2009 - 2010 - 2011
Notice
Sur la rive droite du fleuve Haliakmon, dans le secteur qui doit être ennoyé après la construction du barrage d’Ilarion, G. Karamitrou-Mentesidi et D. Theodorou (XXXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi la fouille de sauvetage, commencée en 2006, du site de Logas Elatis (fig. 1), où ont été identifiés les vestiges d’une occupation hellénistique et d’une occupation le long du fleuve au Bronze Ancien, Moyen et Récent ainsi qu’à l’Age du Fer. Un premier secteur (secteur A), sur les rives et les pentes des collines bordant le fleuve, d’une étendue de 0,45 ha, a été perturbé par le glissement de terres depuis les collines et par trois sentiers modernes, qui le traversent du Nord au Sud. Des couches de surface perturbées a été tiré un important mobilier qui témoigne de l’occupation de la zone depuis l’époque néolithique jusqu’à l’époque hellénistique. Sous ces couches a été mise au jour une partie d’une installation de l’Age du Bronze et, plus au Sud, une installation d’époque néolithique. Les vestiges hellénistiques n’ont pas été découverts in situ.
Cinq édifices pré- et protohistoriques ont été découverts dans ce secteur, sous une couche de destruction de 0,30 m d’épaisseur environ : du Sud au Nord, on distingue deux édifices quadrangulaires à une seule pièce, dont le premier comprend un foyer ; un édifice à abside, où les vestiges d’un sol composé de tessons de céramique fichés dans la terre ont été découverts ; un édifice ellipsoïdal et un édifice non entièrement dégagé. Deux murs isolés, d’orientation Nord-Sud, méritent par ailleurs d’être mentionnés : le premier, dans la partie Sud du secteur fouillé, nommé par les fouilleurs « péribole A », présente un tracé incurvé et se déploie sur une longueur de 16 m (ép. : 0,40 m). À l’Ouest de celui-ci a été mise au jour une fosse limitée par des moellons, probablement destinée au stockage. Le second, nommé « péribole B », s’étend plus au Nord sur une longueur de 15,5 m (ép. : 0,80 m). Selon les fouilleurs, il pourrait s’agir d’un mur de soutènement, protégeant les habitations contre les glissements de terrain. Dans les couches plus profondes (entre 2,50 m et 5 m sous la surface), à 15 m au Nord du « péribole A » environ, ont été découverts les vestiges d’habitations antérieures au Néolithique Récent et, dans une fosse, deux vases contenant les ossements de deux adultes, ensevelis après crémation, ainsi que quelques ossements animaux. Sur l’ensemble du secteur, 19 tombes ont été découvertes, dont 11 sont des sépultures préhistoriques en vases, qui contenaient tous, à l’exception des vases mentionnés plus haut, des ossements de nourrissons et d’enfants. Les 8 autres sont plus récentes. Parmi le mobilier découvert lors de la fouille, mentionnons 24 figurines de terre cuite, dont 8 anthropomorphes et 14 zoomorphes.
Enfin, soulignons que, sur une zone assez large (5 ha), les fouilleurs ont réalisé dans l’urgence près de 800 sondages (3-4 m x 0,80-2,20 m) sur une profondeur oscillant entre 0,30 m et 2,50 m. Le mobilier et les vestiges architecturaux qu’ils ont découverts sur une surface de 4,55 ha prouvent que le secteur a été occupé d’une façon continue pendant plusieurs millénaires.
Mots-clés Figurine - Habitat - Maison - Sépulture
Chronologie Néolithique - Néolithique récent - Âge du bronze - Bronze ancien - Bronze moyen - Bronze récent - Âge du fer - Antiquité - Hellénistique
Bibliographie
Référence bibliographique Καραμήτρου-Μεντεσίδη, Γ., Θεοδώρου, Δ., Από την έρευνα στο Φράγμα Ιλαρίωνα (Αλιάκμων): η ανασκαφή στον Λογκά Ελάτης, ΑΕΜΘ 23 (2009), 53-62.
Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.