Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

KYTHNOS. - Vryokastro
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 7
Fig. 8
Fig. 9
Fig. 10
Fig. 11
Informations générales
Numéro de notice 2983
Année de l'opération 2012
Date de modification 2013-03-28
Nature de l'opération Fouille - Programmée
Institution(s) Université de Thessalie
XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques (KA' ΕΠΚΑ)
Fiche(s) associée(s) 2005 - 2008 - 2009 - 2009 - 2010 - 2010 - 2011 - 2011 - 2012 - 2013
Notice
Dans la ville haute de Kythnos, A. Mazarakis-Ainian (Université de Thessalie) a poursuivi en 2012 les recherches sur la colline de Vryokastro, en collaboration avec Th. Papaggelopoulou et M. Koutsoumpou (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques). La fouille s’est concentrée sur la partie occidentale du bâtiment public d’époque hellénistique (fig. 1-2) dont l’exploration est en cours depuis 2009 (bâtiment 5, pièces Z, ΣΤ, Ε, Δ, du Nord vers le Sud ; fig. 3).

Pièce Z.
– Dans l’angle Nord-Ouest du bâtiment, un sondage a été effectué en contact avec la paroi interne des fondations des murs T2 et T3 (fig. 4). Cette opération a confirmé que le bâtiment est directement fondé sur la roche naturelle, qui présente une forte déclivité vers l’Ouest. La roche a été atteinte à une profondeur de 0,50 m sous le niveau du sol ancien. Les couches enlevées, composées d’une terre de couleur marron-rouge, comportaient une importante quantité de déchets de taille, mais pas d’objets caractéristiques qui auraient permis la datation du bâtiment. Aucun niveau de circulation plus ancien que ceux mis au jour en 2009-2011 dans la partie orientale du bâtiment (pièces A à Γ) n’a été dégagé. Le maintien d’une berme n’a pas permis de connaître encore la limite entre la pièce Z et la pièce ΣΤ qui la jouxtait au Sud, mais à un niveau plus bas de 2 m.

Pièce
ΣΤ. –L’accès à cette pièce se faisait par une porte d’une largeur de 1,20 m, située au centre du mur Ouest du bâtiment (T3, fig. 5). Le seuil monolithique et monumental est conservé en place (long. 1,20 m ; larg. 0,76 m ; haut. 0,25 m). Près de l’angle Sud-Est du seuil, on a dégagé une série de cavités creusées dans la roche, dont on ignore la fonction (fig. 6). Au centre de la pièce, une couche de  couleur sombre, parfois noire, comportait des petits objets, similaires à ceux du dépotoir fouillé dans la pièce Δ. On a recueilli dans cette pièce de nombreux fragments de pithoi à relief appartenant aux types connus à entrelacs composites ou à décor de métope (lignes incisées et cercles inscrits ; fig. 7). Le mobilier recueilli appartient principalement à l’époque hellénistique. Parmi les objets plus anciens, on identifie peut-être une tablette à figures noires représentant une tête de panthère de face, datée de la fin du VIIe s. av. J.-C.

Pièce E.
– Cette pièce rectangulaire (dim. int. 3 x 1,50 m ; fig. 8) s’ouvrait elle-aussi vers l’Ouest, par une porte aménagée dans le mur Ouest du bâtiment (T3). Le seuil monolithique, de facture moins soignée que celui de la pièce voisine ΣΤ, est conservé en place (long. 2 m ; larg. 0,60 m). La relation de la pièce avec les espaces adjacents au Nord et au Sud n’est pas claire. Les objets qui y ont été trouvés étaient néanmoins similaires à ceux recueillis dans la pièce ΣΤ : de nombreux fragments de pithoi et d’amphores, ainsi que des clous en bronze. Il se pourrait que ces pièces soient des annexes ou des pièces de stockage, qui auraient communiqué par un escalier interne avec l’espace principal, à l’étage, où devaient se situer les pièces officielles de ce bâtiment public.

Pièce
Δ. – Dans l’angle Sud-Ouest du bâtiment, dans la pièce trapézoïdale Δ, la fouille du dépotoir découvert en 2011 s’est poursuivie (fig. 9). Recouvrant l’ensemble de la pièce, il se caractérise par des sédiments de couleur sombre, brûlés, qui comportaient des charbons de bois, de nombreux os et des coquillages, ainsi que de nombreux vases entiers et des petits objets (fig. 10). L’épaisseur de la couche, qui reposait pratiquement sur la roche naturelle,  était d’environ 0,50 m : il pourrait s’agir d’un remblai destiné à rehausser le niveau du sol dans une deuxième phase d’aménagement de la pièce Δ. En effet, l’angle Sud-Ouest du bâtiment semble présenter une réparation de la fin de l’époque hellénistique.
La céramique recueillie dans cet espace date de l’époque hellénistique (fin du IVe – milieu du IIe s. av. J.-C.). On a notamment recueilli des lampes, des bols à relief, de la céramique commune (des amphores à anses timbrées ou non et des ustensiles de cuisine), deux phiales en terre cuite avec un décor en relief représentant une scène dionysiaque, des lécythes et d’autres vases miniatures. Les petits objets sont variés et avaient une fonction votive. On recense des figurines en terre cuite, des ustensiles de toilette (pyxides, peignes en os, pinces), des poids en plomb, une phiale en bronze, des bijoux (des épingles et des aiguilles en os, des perles en verre et un sceau, une perle en améthyste représentant un scarabée, un scarabée en faïence), mais aussi des os d’animaux et des coquillages. On mentionne tout particulièrement un petit vase à usage pharmaceutique destiné à contenir le lykion et qui portait l’inscription ΝΙΚΙΑΣ ΛΥΚΙΟΣ (connue par un parallèle d’Éphèse ; fig. 11).

La campagne de 2012 a montré que le bâtiment 5 a connu deux phases de construction, la première au milieu du IVe s. av. J.-C., la seconde, après une destruction, probablement au IIe s. av. J.-C. Il n’a pas encore été possible de déterminer la date de l’abandon de l’édifice, mais celle-ci semble se situer vers le Ier s. av. J.-C. Si la fonction de l’édifice demeure inconnue, sa localisation près du sanctuaire sur le Plateau Central, la monumentalité de sa construction et le mobilier évoquent un bâtiment public avec une fonction votive également, peut-être le prytanée.
Mots-clés Édifice Public - Figurine - Inscription - Parure/toilette
Chronologie Antiquité - Hellénistique
Bibliographie
Référence bibliographique
D’après A. Mazarakis-Ainian, dans le rapport de fouilles à Kythnos en 2012 (http://extras.ha.uth.gr/kythnos/index.php?page=report-2012).
Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.