Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

SKIATHOS. - Kephala
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 7
Fig. 8
Fig. 9
Fig. 10
Fig. 11
Fig. 12
Informations générales
Numéro de notice 2688
Année de l'opération 2011
Date de modification 2017-05-19
Nature de l'opération Fouille - Programmée
Institution(s) Université de Thessalie - XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques (ΙΓ’ ΕΠΚΑ)
Fiche(s) associée(s) 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014
Notice
Une nouvelle campagne de prospections s’est déroulée sur le site de Kephala à Skiathos, en 2011 (fig. 1), sous la direction de l’université de Thessalie et de la XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques, dans le secteur du rempart archaïque et de la nécropole.
 
Le rempart. – Des nettoyages ont été effectués en plusieurs endroits du rempart pour faciliter les relevés en élévation et en plan (fig. 2).
- Dans le secteur T1.1 qui avait été exploré les années précédentes et où on avait identifié un dispositif particulier, les nettoyages se sont poursuivis et ont révélé trois nouveaux segments de murs qui forment un espace en arrière du rempart, de dimensions intérieures de 7 x 2 m approximativement (fig. 3-4). Le mur T 1.1.3, conservé sur une longueur de 12 m et une hauteur de 1 m, construit en blocs de taille (fig. 5-6), n’a pas été complètement dégagé sur sa largeur ; il est toutefois considéré comme le mur extérieur du rempart. À l’extérieur du rempart, au Sud-Ouest du segment T 1.1, on a recueilli de la céramique de l’époque géométrique et de l’époque archaïque, notamment des tessons à vernis noir et à figures noires, dont on signale un fragment de coupe de Siana du peintre de l’oiseau-griffon, daté du troisième quart du VIe s. av. J.-C. À la base du mur T 1.1.4, on a recueilli des tessons de céramique du début de l’époque archaïque.
- Dans le secteur 1.4 du rempart, un segment assez important du rempart est conservé sur une hauteur supérieure à 3 m, mais le parement externe s’est effondré dans sa majeure partie (fig. 7). L’objectif cette année a été de mettre en évidence le tracé du parement externe du rempart. Un nettoyage effectué à la base de la construction, jusqu’au niveau de la roche qui affleure à certains endroits, a révélé que le parement externe du rempart présente une structure à plusieurs degrés. Malheureusement, l’état de conservation des vestiges à cet endroit ne permet pas une restitution plus précise. Un tesson d’épaule d’un grand vase fermé protogéométrique à décor de demi-cercles concentriques a été trouvé peu avant d’atteindre le rocher (fig. 8).
- Le sondage effectué en 2010 dans le secteur 1.3 du rempart s’est poursuivi en 2011 afin d’établir la séquence stratigraphique de l’occupation du site (fig. 9): il a été confirmé que le rempart a été construit sur une couche d’occupation de l’époque protogéométrique (Xe-IXe s. av. J.-C.).
 
La nécropole. – Au Sud-Est de l’habitat fortifié, les recherches se sont poursuivies dans la nécropole : le mobilier recueilli atteste une occupation du site de l’époque protogéométrique à l’époque classique. De nombreuses dalles de pierre étaient visibles en surface dans ce secteur. Une fouille à caractère préventif a dû être menée sur une tombe qui avait été repérée en 2010 en bord de falaise (fig. 10).
Il s’agit d’une tombe à fosse, creusée dans le rocher, d’une longueur de 1,70 m et d’une largeur de 0,60 m (fig. 11). Du côté Sud de la tombe, une petite marche d’une hauteur de 0,25 m et d’une largeur de 0,12 m y a été aménagée. Le squelette en position allongée, était orienté Est/Nord-Est, mais sa partie supérieure (à partir du sternum) s’est effondrée. Deux lécythes à figures rouges de la fin du Ve-début IVe s. ont été trouvés en contact avec la main gauche et la jambe gauche du défunt. L’un des vases portait un décor de bélier tandis que l’autre présentait une figure féminine ailée assise.
Lors des travaux permettant l’accès à la tombe, à peu de distance de celle-ci et à un niveau identique, a été dégagé un puits antique d’un diamètre de 0,85 m (fig. 12) ; il a été exploré jusqu’à une profondeur de 3, 12m à partir de son embouchure qui était marquée par un empierrement d’une largeur de 0,80 – 1 m. Il n’a pas encore été possible de déterminer si ce puits est contemporain de la tombe ou si certaines tombes ont été détruites pour permettre son aménagement. En effet, plusieurs dalles de couvertures ont été trouvées de chant au Nord et à l’Est du puits.
Mots-clés Fortification - Habitat - Installation hydraulique - Nécropole - Puits - Sépulture
Chronologie Âge du fer - Protogéométrique - Géométrique - Antiquité - Archaïque - Classique
Bibliographie
Référence bibliographique
A. Mazarakis-Ainian et A. Doulgeri-Intzesiloglou, rapport d’activités de l’université de Thessalie pour 2011.
– rapport disponible en ligne http://extras.ha.uth.gr/skiathos/gr/season2011.asp
A. Mazarakis-Ainian et A. Doulgeri-Intzesiloglou, Επιφανειακές έρευνες στην Κεφάλα Σκιάθου (2009-2011), ΑΕΘΣΕ 4 (2012) [2016], 351-364.
Ε. Chrysopoulou, Ταφικό σύνολο κλασικής εποχής από τη θέση  Κεφάλα Σκιάθου, ΑΕΘΣΕ 4 (2012) [2016], 375-381.
Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.