Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

AGHIOS TYCHONAS. - Klimonas
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Informations générales
Numéro de notice 2649
Année de l'opération 2011
Date de modification 2012-10-12
Nature de l'opération Fouille - Programmée
Institution(s) École française d'Athènes
Fiche(s) associée(s) 2011 - 2014 - 2015 - 2016
Notice
Dans le cadre de la mission « Néolithisation » à Chypre, un nouveau chantier a été ouvert à l’Est de la commune d’Aghios Tychonas, au lieu-dit Klimonas. Le site étudié relève d’une étape antérieure à la fondation de Shillourokambos, occupé de 8500 à 7000 av. J.-C. : les premières datations 14C obtenues le placent entre 9000 et 8700 av. J.-C. Il s’intègre donc dans une étape avancée du Pre-Pottery Neolithic A (PPNA) levantin, période encore inconnue à Chypre.
La campagne 2011 à Klimonas a concerné une seule des deux parcelles qui constituent le cœur des installations préhistoriques mises en évidence par quelques sondages préliminaires en 2009. Elle a porté sur 338 m² : plusieurs phases d’un grand bâtiment « en fosse » de type PPNA nord-levantin ont été mises au jour. Leur envergure en fait l’un des plus grands découverts à ce jour (fig. 1).
Deux faits majeurs ont pu être observés sur le terrain :
- Dans la partie Sud-Est de l’aire étudiée, ont été reconnus les restes de constructions circulaires pré-céramiques. Il en subsiste seulement les tranchées périphériques de fondation matérialisées par des tronçons curvilignes, indiquant des diamètres de l’ordre de 4 à 5 m.
- Au cœur de l’aire décapée, l’accent a été mis sur le dégagement d’un bâtiment de fort volume (10 m de diamètre), aménagé en fosse, creusé aux dépens de la havara blanchâtre sur son flanc occidental et de colluvions indurées, riches en graviers et pierres décalcifiées, sur son flanc oriental (fig. 2). Cet aménagement était souligné par une tranchée périphérique sise à la base des parois de l’aire excavée, large en moyenne de 0,30 m, qui servait d’assise à un mur en terre à bâtir et dont des lambeaux verticaux, toujours en place, ont pu être dégagés contre la paroi Est. La profondeur maximale conservée de l’édifice est de 1 m. Le décapage supérieur de ce sol a permis de reconnaître des soles de foyers, des fosses rectangulaires, des cuvettes diverses dont deux aux parois armées de pierres, dont la fonction n’a pas encore été précisée.
Le volume ainsi délimité par ce bâtiment en creux avait été secondairement comblé par des matériaux contemporains de la ruine du bâtiment puis de l’accumulation de déchets divers. Un deuxième bâtiment plus restreint (environ 5 m de diamètre), avait été édifié sur cette accumulation anthropique : il correspondant probablement à une « maison » semblable à celles repérées dans le secteur Sud-Est de la fouille. Les matériaux et les structures contemporains de la construction, de l’utilisation puis du démantèlement de ce second bâtiment ont contribué à combler la partie supérieure de la vaste fosse excavée lors de la construction du premier édifice. Des colluvions incluant des éléments céramiques du Néolithique Sotira ont ensuite fossilisé l’ensemble. On notera aussi des intrusions d’époque historique, notamment dans la partie méridionale du bâtiment 1, la plus tronquée, et un alignement de fosses quadrangulaires, taillées « en coup de bêche » et à profil dissymétrique.
De nombreux vestiges lithiques ont été recueillis (fig. 3) : plusieurs variétés de silex translucide ainsi qu’un chert vitreux opaque de bonne qualité. On constate notamment un grand nombre (106 pièces) et une grande variété de pointes de projectiles, toutes perçantes et généralement à court pédoncule. Ceux-ci indiquent la part probablement importante dévolue à la chasse dans l’économie. Parmi les parures découvertes figurent des perles et des pendentifs en roche brune, en calcaire ou en picrolite. Deux pierres à rainure, l’une intacte, l’autre fragmentaire, soulignent aussi la place des influences continentales. La vaisselle de pierre est très rare.
La faune mise au jour dans les niveaux pré-céramiques est largement dominée par les suinés (Sus scrofa sp.). On note aussi la présence du chien (domestique) et du chat dont le statut reste à préciser. Sont également attestés la souris, diverses variétés d’oiseaux, la tortue d’eau douce, le lézard, une vertèbre de poisson. Un reste de daim et un autre de capriné proviennent des horizons Sotira.
Mots-clés Habitat - Maison - Outillage/armement
Chronologie Néolithique
Bibliographie
Référence bibliographique
D’après Guilaine J., Rapport d'activités à Aghios Tychonas (Klimonas) en 2011.
Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.