Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

ÉRÉTRIE. - Fouille E/600W
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Informations générales
Numéro de notice 2324
Année de l'opération 2010
Date de modification 2011-10-27
Nature de l'opération Fouille - Programmée
Institution(s) École suisse d'archéologie en Grèce (ESAG)
Fiche(s) associée(s) 2009 - 2010 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015
Notice
En 2010, l’École suisse a poursuivi les fouilles initiées en 2009 à Érétrie sur le terrain E600/SW (voir AntK 53, 2010 : p. 141-146). Placée sous la responsabilité de K. Reber, la campagne archéologique a été dirigée par B. Dubosson et T. Theurillat. Une surface de quelque 300m2 a été ouverte afin de dégager en open area l’édifice monumental d’époque romaine repéré au Sud-Est de la parcelle.

Les fouilles ont confirmé la densité du tissu urbain aux pieds de l’acropole pendant la période hellénistique : trois bâtiments distincts ont été partiellement dégagés - au Sud, au Nord et à l’Ouest de la parcelle. En raison des profonds remaniements de l’époque romaine, leur plan demeure néanmoins peu clair et leur fonction non assurée. On peut supposer qu’il s’agit de maisons d’habitation, comme le suggèrent les découvertes faites dans ce quartier ainsi que les techniques de construction mises en œuvre. Construites au cours des IVe ou IIIe s. av. J.-C., ces maisons ont été occupées pendant toute la période hellénistique avant d’être détruites et abandonnées au début du Ier s. av. J.-C.

Au Sud-Est de la parcelle, les fouilles ont permis le dégagement partiel du bâtiment monumental repéré en 2009. Construit vers le milieu du IIe s. apr. J.-C. le long de l’axe principal menant du port à l’acropole, le bâtiment présente une structure architecturale - de pierres et carreaux de terre cuite - massive et profondément fondée, pour supporter une élévation sans aucun doute importante. L’édifice comprend plusieurs pièces, distribuées autour d’une cour à péristyle, dont seule la partie occidentale a été dégagée. Sur le flanc Ouest de la cour s’ouvre une grande pièce rectangulaire dont l’accès est matérialisé par un large seuil monolithique en calcaire.
Le sol de la pièce est orné d’une mosaïque rectangulaire de galets blancs et noirs et d’éclats de marbre blanc (fig. 1-2). Elle présente un décor géométrique organisé en deux panneaux symétriques : un rectangle de galets noirs, comportant quatre triangles en galets blancs dans les angles, enchâsse un losange de galets blancs, au centre duquel est reproduit en miniature le même motif. Chaque panneau est entouré d’une bordure faite d’éclats de marbre blanc. Un système de canalisations est aménagé à travers la pièce et permettait d’évacuer l’eau provenant des salles voisines à l’Ouest vers la cour à péristyle à l’Est. La pièce était enfin pourvue sur les côtés Nord et Est de banquettes en marbre blanc, soutenues par des pieds sculptés en forme de pattes de lion et de griffon.
Les vestiges découverts ne permettent pas d’identifier avec certitude la fonction de cet édifice. Par son plan monumental et son ornementation, ce dernier n’est cependant pas sans rappeler les gymnases et établissements balnéaires. La pièce à mosaïque et banquettes pourrait ainsi être le vestiaire (apodyterion), d’où l’on accédait aux différents locaux de l’établissement.

Après l’abandon de l’édifice public (fin du IIIe s. apr. J.-C.), le quartier est la proie des chaufourniers, attirés par la matière première qu’ils trouvent là en abondance. Les trois fours à chaux fouillés présentent une architecture semblable à celui mis au jour à côté du Sébasteion (voir Antk 42, 1999 : p. 119-122) : plan circulaire à simple ou double paroi, avec alandier et banquette interne (fig. 1). L’un d’entre eux se démarque par ses dimensions imposantes : plus de 4 m de diamètre et une élévation conservée sur plus de 2,5 m. Deux fours supplémentaires ont enfin été repérés à proximité.
Mots-clés Habitat - Maison - Mosaïque
Chronologie Antiquité - Hellénistique - Romaine
Bibliographie
Référence bibliographique D’après S. Fachard, Rapport d’activités de l’ESAG pour 2010.
Auteur de la notice EfA
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.