Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

CORONÉE. – « Αncient Cities of Boeotia Project »
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 7
Fig. 8
Fig. 9
Informations générales
Numéro de notice 2008
Année de l'opération 2010
Date de modification 2011-06-17
Nature de l'opération Prospection
Institution(s) Netherlands Institute in Athens (NIA)
Fiche(s) associée(s) 2006 - 2009 - 2010 - 2011 - 2013
voir aussi notice 802
Notice
La prospection de la cité de Coronée s’est poursuivie en 2010 : 842 unités de prospection ont été explorées et la superficie intramuros est évaluée à 34,1 ou à 37,5 ha, selon qu’une extension au Sud-Est est incluse ou non dans les limites du rempart (fig.1-3). La prospection s’étend sur l’ensemble de la ville, ainsi que sur les secteurs extramuros immédiatement voisins, où se situent les nécropoles.
À partir d’une répartition tripartite des espaces établie sur d’autres sites de Béotie en fonction  de la densité et de la qualité des trouvailles de surface (zone 1 = noyau central du site, zone 2 = le secteur autour de ce noyau, zone 3 = le secteur extra-urbain au sens large), les unités qui ont été explorées en 2010 correspondent principalement à la zone 2, c’est-à-dire la zone qui se trouve immédiatement en contact avec le noyau urbain à proprement parler. On a ainsi constaté :
  • que, là où l’occupation des terres en permet l’observation, la qualité des trouvailles de surface, leur taille et leur état de fraîcheur permettaient de distinguer les débris issus d’une occupation intramuros et les éléments rejetés au-delà des murs et constituant des dépotoirs secondaires ;
  • une densité remarquable de céramique au pied de la colline de Koroneia, dans les secteurs connus comme des nécropoles.
Indépendamment de la céramique de surface et des conclusions qu’elle semble autoriser sur les limites de la cité, les vestiges de deux tronçons du rempart ont été repérés dans la partie Nord-Ouest du site. Il s’agit de blocs de calcaire tendre appartenant vraisemblablement aux fondations (fig. 4-5). Associés à un tronçon plus incertain localisé à l’extrémité Sud de la colline, ces blocs confirment le tracé du rempart pour l’époque préromaine, de même que les tuiles d’époque classique-hellénistique, trouvées dans le voisinage du tracé du rempart (fig. 6-7) et qui lui sont rapportés. Ces tuiles portent le timbre de la cité de Thespies (monogramme associant un koppa, un delta et parfois un alpha).  
Un troisième élément doit être pris en compte pour définir l’extension maximale de la cité antique, la présence de nécropoles. Deux nécropoles étaient déjà connues, sur la colline Nord-Est (tombes de l’époque archaïque à l’époque hellénistique) et au bas des pentes Est (où des éléments architecturaux et une stèle funéraire romaine ont été trouvés). La prospection sur le flanc Nord de la colline a permis de repérer de la céramique fine de l’époque géométrique à l’époque hellénistique et, sur un secteur, une extraordinaire densité de vases miniatures qui constituent probablement des offrandes provenant d’un sanctuaire extra-muros (fig. 8) ; à proximité immédiate, des chambres funéraires pillées et du matériel pouvant provenir de sépultures de l’époque classique à l’époque hellénistique. À partir de ce point et au pied de la face Est de la colline, une série d’indices semble correspondre à des pratiques funéraires de la période protohistorique à l’époque hellénistique. Pour l’époque romaine, la typologie des assemblages céramiques n’est d’aucun secours. Les  découvertes de 2009 et la mise au jour en 2010 d’un couvercle de sarcophage dans la partie inférieure des pentes Nord de la colline (fig. 9), attestent que le bas des pentes Nord de la colline a continué à être une zone funéraire.
 
Par ailleurs, la prospection de la cité d’Haliartos s’est poursuivie, sous la direction de B. Slapsak (université de Ljubljana).
 
Mots-clés Fortification - Habitat - Inscription - Nécropole
Chronologie Âge du fer - Antiquité
Bibliographie
Référence bibliographique
D’après Bintliff, J., dans le rapport d’activité de l’institut néerlandais à Athènes.
Auteur de la notice Catherine Bouras . - Dir. scientifique : D. MULLIEZ, C. AUBERT
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.