Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

MITROU
Cartographie Impression Impression
Fig. 1
Informations générales
Numéro de notice 1359
Année de l'opération 2009
Date de modification 2011-02-10
Nature de l'opération Étude
Institution(s) American School of Classical Studies at Athens (ASCSA)
Fiche(s) associée(s) 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013
Notice
Une première campagne d’étude s’est déroulée à Mitrou en 2009. L’étude de la céramique a montré que les fragments au Nord-Est de l’îlot datent surtout de l’HA et de l’HM et que le secteur au Nord-Est du bâtiment D est abandonné à l’HR I.
Une étude architecturale et un relevé du bâtiment D (fig. 1) combiné à l’étude de la céramique provenant de la fouille de cet édifice a permis de clarifier la stratigraphie de celui-ci :
  • dans sa première phase de construction, à l’HR I, le bâtiment D est un vaste complexe avec des murs peu épais et des sols en terre, sauf dans deux pièces où le sol est en mortier de chaux de très bonne qualité. Aucun mobilier n’a été déposé sur le sol : il n’a donc pas été possible de déterminer la fonction des pièces. À cette époque déjà, le bâtiment est longé à l’Ouest par une rue pavée (rue no 1).
  • Dans sa deuxième phase de construction, à l’HR I – HR IIB, le secteur Nord-Est du complexe est transformé en monument funéraire. Sur les vestiges de la phase précédente, un enclos rectangulaire est aménagé avec des murs puissants, de 0,70 m de large, en blocs taillés. Ce socle en pierre est surmonté par une élévation en brique crue. À l’intérieur de l’enclos, une tombe à chambre de 5 x 2 m est creusée : ses parois sont revêtues de brique crue et de dalles de grès. Elle est accessible depuis l’Ouest par un dromos dont le sol est en argile et qui comporte un porche soutenu par au moins deux piliers à l’extrémité Ouest, au bord de la rue pavée. La tombe avait été pillée, mais on y a recueilli des fragments d'un vase polychrome et un fragment de coupe de Vapheio et d’os humains à l’Est de la tombe, attestant une utilisation à l’HR I. Les pièces à l’extérieur de la tombe et dans l’enclos ont des sols en terre et étaient accessibles durant cette même phase. Aucun mobilier n’a été recueilli à part une fusaïole. À l’Est de la tombe, une petite plateforme rectangulaire (1,5 x 1 m) était construite en blocs grossièrement taillés, sur laquelle a été trouvée une concentration d’os animaux : sa fonction n’a pas encore été déterminée. Le complexe du bâtiment D à l’Est de l’enclos a continué d’être utilisé ; des petits murs et des sols en mortier blanc y étaient associés.
  • Dans sa troisième phase de construction, à l’HR II B – début de l’HR III A2, les murs de l’enclos sont élargis de 1 à 1,2 m. Des sols de terre appartenant à cette phase ont été identifiés dans presque toutes les pièces, mais aucun matériel n’a été déposé sur ceux-ci. La tombe à chambre a été élargie (7 x 2  m) et le dromos est réaménagé : son sol en argile est construit en pente au-dessus des bases de pilier de la phase précédente et rejoint le niveau de la rue no 1. Des fragments de quatre vases, des alabastres et un vase piriforme, ont été recueillis et, à des bijoux en or et en bronze trouvés en 2008, s’ajoutent neuf éléments d’un casque en défenses de sanglier attestant la sépulture d’un membre de l’élite militaire. Les rares fragments d’os humains n’ont pas encore été analysés pour déterminer le nombre d’individus et leur sexe. À l’Est de l’enclos, de nouveaux murs ont été construits et de nouveaux sols aménagés :i l est donc possible que le reste du complexe ait fonctionné comme habitat. De la céramique de l’HR II B y a été recueillie.
Le passage du dromos vers la tombe à chambre a été bloqué à l’HR IIIA–B et aucune sépulture n’y a été déposée après l’HR III A1. En revanche, le dromos est resté ouvert et la surface de la rue no 1 a été entretenue et refaite huit fois pendant l’HR III A. Sur le bord de la rue, une surface blanche étroite a été aménagée, autour de laquelle dix figurines de terre cuite ont été recueillies. L’examen de la surface de cette rue a montré qu’il s’agit d’une rue soigneusement aménagée avec des galets sur une couche de mortier et qu’elle a été très peu utilisée. Après un entretien de la surface à l’HR III C, des blocs de construction ont bouché le passage, tandis qu’à une phase plus tardive de l’HR III C, elle est réaménagée et a continué à être utilisée, puisqu’elle longeait le bâtiment B et d’autres édifices contemporains.
Au début de la période mycénienne palatiale, Mitrou a connu une vaste destruction, suivie par une baisse de l’activité de construction.
Mots-clés Édifice religieux - Figurine - Habitat - Maison - Parure/toilette - Revêtements (mur et sol) - Sépulture - Voierie
Chronologie Âge du bronze - Bronze récent
Bibliographie
Référence bibliographique
Rapport d’activités de l’ASCSA, Eleni Zahou (ΙΔ’ ΕΠΚΑ) et Aleydis Van de Moortel (Department of Classics, University of Tennessee).
Auteur de la notice Catherine Bouras . - Dir. scientifique : D. MULLIEZ, C. AUBERT
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.