Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

Dernières notices ajoutées par région : Égée du Sud
Ano Kouphonisi. Ph. Zapheiropoulou (Director Emerita, ΚΑ' ΕΠΚΑ) presents in full 3 EBA cemeteries on the SW end of the island, excavated in 1969−1970. These cemeteries were in use during the period of the Kampos Group. Agrilia cemetery (M. Simigdalas property): 72 intact rock-cut graves (consisting of the chamber and forecourt), plus a further 20 disturbed, were excavated in an area of ca. 50m x 75m. All contained interments (contracted): some 50 had grave goods (obsidian blades, bronze needles, shell and always a clay pyxis lid, and, in 2 cases, marble vessels). Offerings were placed in the forecourt and covered with 2 layers of earth and stones: a crushed pot was usually placed on the upper layer. In addition to the types of object offered as grave goods, finds include carbonized seeds and fruits and stone amulets. The contents of rich tombs are reviewed: one (29) had a pyre in the large forecourt. Tzavaris field: this cemetery lies on the peninsula between the Bays of Loutra and Parianos (the main PH fishing harbour), and had been the target of looters. On the highest level of the field were many pits cut into bedrock, some of which contained items such as marble bowls, bronze needles and daggers, and obsidian blades. An area of inhumations lay towards the foot of the hill: 2(?) bodies were laid out on the ground on a flattened area ca. 5.5m x 3m, with broken marble and clay vessels lying over and around them, and stones heaped over them, the whole area being enclosed with a wall to the N and E, and marked with a stone sema. Skopelitis field, near Ano Mylos: this cemetery had been severely damaged by looters. Nine grave pits were identified with fragmentary grave goods, including marble bowls and figurines, scattered about.

Lire la suite
Tsikniades (Kato Sangri). O. Philaniotou (Director, Κ' ΕΠΚΑ) publishes 122 graves from a partially excavated ECyc cemetery, the majority of which had been looted at various stages from antiquity to the present day. Most were slab-lined cists of various forms. Some instances of 2-storey graves were noted, but recent damage was too great to identify the practice more widely. Only 27 unplundered graves had (very few) offerings (mostly of obsidian, also clay and marble vessels, marble figurines and, in one case, a silver bowl), which are considered in detail. The absence of human bones in some unplundered graves supports the suggestion that they were deliberately removed to a special repository after a period of time.

Lire la suite
Rhodes (anc. Rhodos). E. Terezaki (13th EBA) and P. Triandafyllides (ΚΒ΄ ΕΠΚΑ) report on the lifting and conservation of LRom mosaic pavements found in rescue excavation on the Karagianni plot, close to the military harbour and  dockyards in the NE part of the anc. city. Here building remains of the 4th Ct BC−7th Ct AD included 2 LRom houses, the northernmost of which dates to the 4th Ct AD with reuse in the 6th−7th Ct AD. Around the courtyard in the W part of this house were remains of pavements in opus tesselatum and opus vermiculatum, of which 2, S and E of the court, were well preserved. The S pavement, preserved undamaged, must have belonged to a central room: it depicts a central image of Eros within a geometric design. The 2nd pavement, found in the E passageway of the courtyard, had 3 pictorial zones, but was damaged by ECh intrusion. Both date to the 4th Ct AD.

Lire la suite
Mandraki.   A 2nd season of underwater excavation was conducted in the anc. harbour, directed by A. Mazarakis Ainian (Thessaly) and D. Kourkoumellis (EMA).  The torso of a life-sized Rom male statue wearing a corselet was discovered (Fig. 1).  The torso is 1.2m h. and is preserved from the knees to the neck; the left arm only survives, holding a himation. In addition, a bearded male head was found (0.36m h.and 0.3m w.): it is as yet unclear whether it is part of the same statue as the torso.  These pieces had been reused as building material within the W extension of the harbour wall (parallel to the coastline) which would, in antiquity, have been on dry land.  They were found at a d. of 2.5m.  In addition, 4 marble stelae (ca. 1m l.) have been located, and it is possible that the head relates to one of these.  A stone crown-block from the bastion of the wall was lifted (this has a triangular profile 1.2m x 0.4m).  From the anc. breakwater came Rom amphorae and other vessels, plus lead fishing weights and a tiny gold bead.

Lire la suite
Syros Chalandriani.  M. Marthari (Director, ΚΑ' ΕΠΚΑ) reports on continuing excavation on the hill of Kastri (Fig.1), in the SE part of the upper crescent-shaped wall (squares I6−7 and Y6).  The d. of the fill varied from 0.1−0.9m, according to the profile of the bedrock: finds were many and varied, but mostly sherds and tools for day-to-day activities.  Pottery included tablewares, i.e. bowls of various types, conical cups with mat or leaf impressions on the base, 2-handled beakers and bell-shaped cups.  Larger vessels for the storage and transport of foodstuffs include kadoi, small pithoi and larger ones with plastic or incised decoration, amphorae with incised decoration on the handles and large prochoes with cylindrical necks.  A third category of vessel is cooking equipment, chiefly the basin-shaped hearths which were built directly into the ground.  Other shapes represented in sherd form include kernoi, small kraters with burnished, impressed or incised decoration, and pyxides. Imported vessels from Siphnos, Melos and Thera continue to be found, confirming communication and trading connections between the islands.  In addition to pottery, finds include obsidian blades and unworked pieces of obsidian, stone grinders and rubbers, and a small spool-shaped rubber made of bone.  Evidence of the diet of the inhabitants of the settlement is provided by shells and ovicaprid bones.  The acropolis is shown to be the site of an organized settlement, with roofed dwellings containing the necessary equipment and foodstuffs for daily life. Sherds of 2-handled beakers and bell-shaped cups were also found in the previous excavation campaign conducted in the 1960s, in the settlement immediately below the crescent-shaped wall, indicating that the summit wall dates to the L stages of ECycII.  In addition, the pithoi with incised decoration, which had been thought to appear at the start of the MCyc period, are now seen to begin earlier.

Lire la suite
Sanctuary of Apollo. R. Etienne (EfA/Paris 1) reports that, in addition to continued cataloguing of stray blocks, work in 2008 had 2 main objectives.   Architectural study encompassed work on the periboloi of the Apollo sanctuary and the evolution of sacred space, restoration of the smaller monuments in the sanctuary, a new reconstruction of the pillar-shaped base GD 14, research on votive monuments  with one or more columns and restoration of the largest quadrangular tripod base known at Delos (the original position of which remains unknown).  This can be categorized as a new conception of the sanctuary during the Hel period, with a substantial number of votive columns which could exceed 10m h.as well as the pillars which stood along the sacred way or on the large bases along the Stoa of the Naxians. The second aim was an electromagnetic survey of the sanctuary.  The resulting plans, which cover an area of ca. 8.5ha, will be compared and combined with the data from the coring and resistivity survey conducted in 2007 to trace the anc. shoreline.  The result will be a 3-D reconstruction of the coastal zone. 

Lire la suite
Heraion.  H. Sarian (EfA/ São Paolo) reports on the 2008 excavation season (Fig. 1). The most important results came from exploration of the terrace W of the Heraion: here parts of 2 walls (X and Y), which run parallel N-S, had been discovered in 1964, along with a layer containing Geo sherds.  Renewed excavation revealed that these walls continue S and N of the W terrace. The westernmost wall lies under the peribolos of temple II, for which it serves as a foundation.  Although it disappears towards the SW, its NE angle has been recovered.  Wall Y is at a significantly greater depth, in the Geo layer noted above.  At both the S and N, it makes an angle and continues to the E. Wall Y was very likely the peribolos for the first stage of temple I.  The associated layer is full of sherds, including LGeo fragments.  Vessels of this period have already been recovered from the sanctuary’s votive deposit.  The earliest level in the sanctuary, until recently dated to 700 BC, should therefore be set back to the LGeo period (750−725 BC).

Lire la suite
Aphrodision of Stesileos.  C. Durvye (EfA) reports on excavation undertaken to clarify the chronology and articulation of buildings within this complex. Excavation between the E wall of the temple and the corner of oikos 2 provides the first archaeological date for the temple. This confirms the hypothesis that the temple was built to house the statue dedicated by Stesileos, which first appears in the accounts of the Hieropes in 304 BC. Excavation within the ramp between oikoi 2 and 3 showed that the bedrock was high at this point, thus explaining the difference in level between the E part of the sanctuary and the temple court, separated by a rock ridge.  Ceramic evidence indicates that all of the fills revealed in this trench are later than 150 BC.  The fills which formed a ramp in front of the doorway of oikos 2 covered a ditch running under wall 21 in which were found 93 fragments of terracotta figurines (draped, body fragments, fish, bases with moulded decoration and one fragment of a plaque depicting a seated female in bas relief). Pottery from this ditch dates the fill to the Hel period. A sondage inside oikos 4 revealed that the fills which supported the floor of the oikos (which post-date 150 BC) rest on traces of previous occupation with, in particular, a 3rdCt BC sequence resting on a still older sequence which goes back to the 6thCt BC.  The division of space was different during the oldest phase: 3 walls were discovered within the sondage. Cleaning was undertaken in oikos 5 before the laying of concrete paving to support the stray blocks of the temple.  A jumbled destruction and abandonment horizon was distinguished which covered, in irregular fashion, the 3 floors.  On these floors was abundant material, including storage vessels, cooking equipment, pottery and lamps, which will sustain a general study of the furnishing of a room probably used as a hestiatorion at the end of the 2ndCt BC. 

Lire la suite
‘Chapel’ of Dionysos. J.-C. Moretti and M. Fincker (EfA/CNRS) report on a study of the erroneously-termed ‘Chapel’ of Dionysos (cat. 81 in the Guide de Délos), a monument infamous for the restoration on each side of a base bearing a phallus.  Examination of the physical remains and inscriptions associated with the monument lead to its identification as an altar of a type derived from the altar in antis.  This was dedicated to Dionysos in the first decades of independence (more precisely, ca. 280 BC) (Fig. 1). 

Lire la suite
Atlas of Delos. J.-C. Moretti (EfA/CNRS) et al. report that the 2008 season was largely devoted to the preparation of complementary information to the general plan.  The final profile drawing was made, and the plans, profiles and plates made in previous years checked.  Fieldwork for the project is now complete.

Lire la suite
Keros. Kavos-Dhaskalio. C. Renfrew (Chairman, BSA/Cambridge) reports on the 3rd and final season of excavation at Kavos and on the neighbouring islet of Dhaskalio. Kavos: work on the Special Deposit South was completed, with the stratigraphic study and removal of a number of baulks. The excavation of 3 outlying 4m x 4m squares confirmed that the extremities of the deposit had been reached. A sample of 20% of all excavated soil was again water sieved, further confirming the absence of human remains or workshop debris. Immediately S, in the small caves and cavities below the Special Deposit South, the area of trench A again yielded traces of human bone.  Excavation in the Middle Area, between the Special Deposits South and North, revealed some simple walls of local metamorphosed limestone, but very little accompanying cultural material.  Contrary to earlier indications, no evidence for ECyc settlement was discovered in the Middle Area of the Kavos site. Dhaskalio: survey of the islet was completed, along with a catalogue of all visible surface features on Dhaskalio (numbering 146) and at Kavos (42) (Figs 1, 2).  This was aided by ground-controlled helicopter photography (Department of Rural Survey and Engineering, Aristotelian University, Thessaloniki), and kite and pole photography (C. Gaston). Photomosaic coverage for both Dhaskalio and Kavos was achieved, and on this basis orthophotographic coverage (and a digital terrain model) at a scale of 1:500 will soon be available. Investigation of the massive terrace wall identified in 2007 was completed.  Excavation focused on the summit area where a substantial structure, ca. 16m l. and  running N-S along the spine of the summit, was unearthed (Fig. 3).  This is the most substantial building yet found in an ECyc settlement.  A hoard of 3 copper or bronze axes was found in a small room at the S end (Fig. 4): a solid flat axe or chisel, 0.222m l. and weighing 351g; an axe-adze, 0.196m l.and weighing 637g; and a shaft-hole axe, 0.101m l. and weighing 139g.  Immediately S of this main building on the summit was a roughly circular enclosure, di. 2.4m, with an opening to the S.  During its later use, this was the locus of deposition of more than 300 rounded limestone beach pebbles.  These did not come from the nearby beach at Dhaskalio Kavos, but were probably collected from Ano Kouphonisi. Study of the pottery indicates that settlement at Dhaskalio and the beginning of deposition in the Special Deposit South should both be dated to the early phase of the Keros-Syros culture.  Pending the results of C14 analysis, the chronology established at Markiani on Amorgos places this phase (Dhaskalio phase A) at ca. 2800−2500 BC.  The buildings on the summit were begun during this phase and reconstructed during phase B, which, on the basis of imports of the so-called ‘Kastri Group’, dates to ca. 2500−2200 BC.  The later use and abandonment of these buildings falls in phase C, which, on the basis of imports which include sherds of the Phylakopi I culture, dates late in the ECyc, provisionally ca. 2200−2000/1900 BC. The settlement at Dhaskalio is currently the largest known from the ECyc period at ca. 7,000m2.  It housed a wide range of activities, including the production of obsidian tools (studied by T. Carter and M. Milic).  Examination of the ground-stone tools (Y. Rowan) indicates a rather restricted range.  Figurine finds include several marble examples (and perhaps one lead) of what may now be considered the Dhaskalio variety of the schematic figurines of the Keros-Syros period.  These are of fine white marble, and in some cases are complete.  Yet, so far, Dhaskalio has produced no examples of the folded-arm figurines so common (but always broken) in the Special Deposit South at Kavos. Study continues of metallurgical activity (M. Georgakopoulou), the sources of imported pottery (J. Hilditch) and the sources of the marble for the marble objects found (Y. Maniatis with D. Tambakopoulos).  The use of the various structures is being examined via soil micromorphology (C. French with S. Taylor) and the study of phytoliths (L. Zorzos). Analysis of plant remains (E. Margariti) has revealed cereals, vine and olive: study of animal bones and marine shells is pending.  Finally, work continues on the human remains from trench A on Kavos and from a deposit containing burnt human bone on Dhaskalio (I. Moutafi).

Lire la suite
Amorgos, Arkesini.  Further work at the LCl tower residence was undertaken by the ASA in 2007 and 2008.  The plan of the structure, and details of its construction and the function of rooms, was revealed, with the clearance of extraneous architectural remains (worked and unworked blocks).  The numerous portable finds consisted mostly of pottery, lamps, household equipment, coins, iron nails and lead clamps.  A 2nd inscription (noting previously Ergon [2006], 64, pl. 65) was found SE of the tower, cut into a large unworked stone: it is a 3rdCt horos inscription of at least 15 lines which makes reference to the house, the garden and its dependencies. 

Lire la suite
Thera. Akrotiri.  C. Doumas (ASA) reports on a further study season and continuing conservation of the wall-paintings.  Work on the Panel of the Large Spirals was completed.  Study of the MCyc pottery was concluded, with the intention of proceeding to speedy publication. Additionally, pottery studies focused on material from building B, from sector A, and on imports of the LCyc period. Petrographical and chemical analyses were undertaken on the pottery to provide data on technological change between the ECyc and MCyc periods, and for the study of the techniques of manufacture and use of cooking vessels of the ECyc, MCyc and LCyc periods.  Study continued of the mostly inorganic pigments which have so far been found on some 500 utensils: local preparation and use of red and yellow pigments of lead oxide (lithargyros) and of white from cerusite (white lead) or hydrocerusite.  The identification of riebeckite makes it almost certain that one of the blue colours which were used in the wall paintings was produced on site.  The large quantity of pulverized quartz and pieces of faience paste found at Akrotiri demonstrate the probability that the many and varied faience objects found here were products of a local workshop. Study of the obsidian found in the cuttings for the supports for the new roof proceeds, with some 18,457 pieces catalogued.   Study of the osteological material has filled out the picture of the wildlife of PH Thera; a significant proportion of the remains belong to small animals, especially rodents.  Phytoliths indicate the use of papyrus plants of the genus cyperaceae, known to have been used in anc. Egypt for the manufacture of rope, baskets etc.   

Lire la suite
W. Friedrich (Aarhus), B. Kromer (Heidelberg), M. Friedrich (Stuttgart), J. Heinemeier, T. Pfeiffer (Aarhus) and S. Talamo (Heidelberg) report C14 dating of olive wood from a tree buried alive in tephra, which gives a date range for the Minoan eruption of Santorini of 1627−1600 BC with 95.4% probability.  The continuation of this work is reported.

Lire la suite
A. Giannikouri (Director, Archaeological Institute for Aegean Studies) reports a programme of study of human skeletal remains from the excavations of the ΚΒ' ΕΠΚΑ, from the funerary monument on the Koundouri plot in the city of Rhodes, Myc graves at Charaki on Rhodes and Ar cemeteries on Kos.  The project also includes examination of remains from cinerary urns and hydriae, ossuaries and bones from tombs on Rhodes and Nisyros. 

Lire la suite
Unification of the archaeological areas of the city of Kos. A. Giannikouri (Director, Archaeological Institute for Aegean Studies) reports. The earthquake of 1933, which levelled the greater part of the city of Kos, highlighted the necessity for an up-to-date city plan, in which, following the views of the archaeological service, building-free zones were formalized and characterized as archaeological parks, with the aim of promoting Kos as an archaeological city.  The dialogue between the anc. and the mod. city began from that point.   The large-scale excavations of the years 1928−1943 and then the work of the Ephoria of the Dodecanese have uncovered a large part of the the Hel−Rom city and its cemeteries.  Work towards unification began in 2002 with the display of the archaeological site of the agora/harbour settlement at the beginning of an archaeological trail (Fig. 1). With funding from the EU 3rd Community Support Framework, the 2nd−3rd Ct AD Casa Romana, which covers an area of ca. 2,500 m2, was conserved and restored (Fig. 2).  The archaeological trail incorporates the Rom odeion, which was restored under the Italian government and conserved and stabilized in the 1990s.  Recent work includes the laying of a metal floor in the substructure, the organization of a photographic exhibition combined with audiovisual media concerning the history and operation of the odeion, and the conservation of the ECh house E of it. 

Lire la suite
Topography of Kos. A. Giannikouri (Director, Archaeological Institute for Aegean Studies) reports on a collaborative programme with the Italian School (G. Rocco and M. Livadiotti, SAIA/Bari) to create an archaeological-topographical map using data from the excavations of the Italian Archaeological Mission, the ΚΒ' ΕΠΚΑ and the 4th EBA.   Continuous settlement from LNeo onwards is examined via a series of studies: on the successive settlement phases from the PH period, on the location of the boundaries of the polis of Kos Meropidas (10th Ct BC until the synoikism of 366 BC) and on the Hel city and the settlement remains of the EChr period.  The programme began with the study of the public buildings of the Hel city: systematic description and photography of architectural members, generating information which is used for 3-D computer reconstruction of the monuments. 

Lire la suite
Kos. Coinage of the Dodecanese. A. Giannikouri (Director, Archaeological Institute for Aegean Studies) reports the first result of this research programme of the Institute: a volume (in press) on the silver and bronze coinage of Kos (Figs. 1, 2), and the coinage of foreign cities and kingdoms in circulation in the LCl and Hel city.  This focuses on chronology (according to excavation data and hoards) in relation to the historical events of the period, as well as on the study of types, weight standards and fractions.

Lire la suite
Astypalaia Vathy.  C. Doumas (ASA) reports on investigation of a hill which overlooks Vathy bay, in the N part of Astypalaia.  On the NE side of the hill, building remains may belong to an ECyc fortified settlement, dated by surface sherds, stone vessel fragments, rock engravings and a schematic marble figurine.  In the Hel period, the hill surface was levelled, a large and strong Π-shaped retaining wall built and a tower built on the resulting terrace, like those generally found in the Aegean islands.  Much of the architecture of the tower and neighbouring remains was consumed in a lime kiln built here some decades ago, before the site was preserved.

Lire la suite
Rhodian amphorae.  A. Giannikouri (Director, Archaeological Institute for Aegean Studies) reports on the creation of a database of the many thousands of (largely unpublished) stamped Rhodian amphorae, with associated typological study of the amphorae, and the assembly of a complete chronological chart of the eponymous archons.  Petrographical and chemical analysis of the amphora fabric has begun in collaboration with NCSR Demokritos. 

Lire la suite
Rhodes. Colour in antiquity.  A. Giannikouri (Director, Archaeological Institute for Aegean Studies) reports on a research programme of the Institute concerning the use of colour in Rhodian art from the PH period to LAntiquity, conducted in collaboration with the Ormylia Art Diagnostic Centre.  Samples analysed come from mortars, figurines, vases with applied colour (such as Hadra hydriae of Rhodian manufacture), altars, columns, sculpture etc.  PH and Hel pigments have been analysed using non-destructive and micro-analytical techniques, such as photography under UV light.

Lire la suite
Corpus of Hel pottery from Rhodes. A. Giannikouri (Director, Archaeological Institute for Aegean Studies) reports on the creation of a digital archive of the more than 25,000 Rhodian vessels so far discovered. 

Lire la suite
Dans la partie Est de la ville de Rhodes, rue d’Australie, Ch. Phantaoutsaki (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, entre 2007 et 2008, une fouille de sauvetage sur le terrain de la société Kypriadis Finance. La fouille a mis au jour des vestiges de constructions appartenant à un sanctuaire d’époque hellénistique vraisemblablement dédié à Isis, mais aussi à d’autres divinités égyptiennes ; au Nord et à l’Ouest de celui-ci, deux rues de la ville antique ont également été repérées (fig.1-2). On a dégagé les fondations d’un grand bâtiment rectangulaire (long. 18,50 m ; larg. 11,30 m) orienté Nord-Sud, identifié au temple d’Isis ; il a été construit en appareil isodome de blocs de poros, dont jusqu’à cinq assises ont été conservées par endroits. À côté des fondations du temple, près de l’angle Nord-Ouest, on a repéré un dépotoir d’amphores rhodiennes proto-hellénistiques qui permettent de dater la construction du temple – et de la fondation du sanctuaire - à la première moitié du IIIe s. av. J-C. À proximité du temple vers le Sud, se trouvait une structure souterraine : un escalier étroit, dont on a retrouvé onze marches, descend, sous un toit de dalles de pierre, vers un puits de forme ellipsoïdale qui, lui, parait antérieur (fig. 3-4). À l’intérieur de cette « crypte » on a découvert plusieurs sculptures : des statuettes d’Isis (fig. 5), de Zeus-Sarapis (fig. 6), une Niké, deux sphinx, ainsi que d’autres figures masculines ou de faucons. À l’Ouest du temple on a dégagé un tronçon du péribole du sanctuaire construit en blocs de poros ; celui-ci est longé à l’extérieur par une rue qui recoupe, au Nord du sanctuaire, une autre rue, perpendiculaire à la précédente et délimitée par un mur similaire. Après son abandon, le sanctuaire a été transformé en chantier de récupération de matériaux de construction, ce qui aurait valu la destruction quasi-complète du côté Ouest du temple. Parmi les trouvailles de la fouille du sanctuaire, outre de la céramique d’époque hellénistique et romaine, on distingue une petite plaque en marbre comportant une inscription votive à Osiris (fig. 7).

Lire la suite
À Rhodes, près de la commune de Sianna, M. Stéphanakis et V. Patsiada (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et Université d’Égée) ont poursuivi, en 2007 et 2008, la fouille systématique au lieu-dit Kymisala, mettant au jour onze sépultures de période archaïque et classique. Dans le Secteur I on a dégagé sept tombes à chambre, taillées dans la roche et dotées de vestibules ; cinq parmi elles étaient regroupées au sein d’un enclos. Toutes ont été retrouvées pillées, ou déjà fouillées au XIXe s., néanmoins les quelques trouvailles en céramique datent ces sépultures du IVe s. av. J.-C. Une des tombes du péribole a livré une lampe à huile du VIe s. apr. J.-C. Dans le Secteur III on a fouillé quatre tombes à chambre, dotées de dromoi et de vestibules. L’une d’elles, qui partage un même vestibule avec une autre, a livré des vases datés entre le milieu et la fin du IVe s. av. J.-C. ; dans les deux autres sépultures du secteur on a recueilli de la céramique du VIe s. av. J.-C.

Lire la suite
À Rhodes, dans la commune de Kolymbia, É. Kaninia et T. Chatzinikola (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi, en 2007 et 2008, la fouille de sauvetage sur le terrain de la société Georgios o Ambéliotis et ont mis au jour les vestiges d’une installation rurale occupée entre les périodes hellénistique et protobyzantine, ainsi que deux sépultures protobyzantines (fig.1-2). On a dégagé des vestiges de murs, souvent mal conservés, qui forment un ensemble de pièces ayant vraisemblablement appartenu à une installation à caractère agricole où des activités artisanales sont également attestées. Les espaces ont parfois subi des transformations, ajouts ou consolidations. Certains conservent des restes de leur sol – tels une mosaïque de galets à mortier rougeâtre ou le dallage d’une cour – et sont équipés de diverses structures : l’espace 2, par exemple, est doté d’un couple de petits foyers et d’une construction maçonnée rectangulaire dont la fonction reste incertaine. Vers le centre du complexe on a découvert un ensemble de deux pièces qui font partie d’un bain : l’une était revêtue à l’intérieur d’une couche épaisse de mortier et comportait au sol les restes de quinze pilettes pour former l’hypocauste ; l’autre a livré un remblai de restes de combustion avec des noyaux d’olives. Immédiatement au Nord, on a mis au jour les restes d’un four de potier, à savoir une large dépression circulaire (diam. 3 m) aux parois brûlés et vitrifiées, munie d’un conduit d’air au fond et contenant des masses de chaux. Des espaces qui correspondraient à des ateliers ont également été découverts dans la partie Nord du terrain. La fouille du complexe a livré de la céramique hellénistique (dont des anses estampillées d’amphores ou le bec tréflé d’une oenochoé à vernis noir) indiquant que l’installation existait déjà à cette période, mais également du matériel (vases en verre, lampes à huile) témoignant que l’occupation a perduré aux époques romaine jusqu’à protobyzantine. Enfin vers le Sud, on a découvert deux tombes à tuiles contenant, respectivement, les dépouilles d’un nourrisson et d’un enfant, en position repliée ; datées de la période protobyzantine, elles sont considérées comme des sépultures isolées, sans relation avec l’installation.

Lire la suite
À Karpathos, dans la commune de Pigadia et au lieu-dit Xenonas, Ph. Zervaki, E. Roussaki et I. Gerapetriti (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi, en 2007 et 2008, la fouille de sauvetage menée sur les terrains Fellouzi et du Centre de Santé et ont mis au jour de nouveaux vestiges de l’installation du Minoen/Helladique Récent IIIA2-IIIB (cf. notices 622 et 3732), ainsi que des restes d’une installation durant le Minoen/Helladique Récent IIIC. La fouille a livré une grande quantité de céramique commune et fine du MR/HR IIIA-IIIC, un sceau gravé en calcédoine, des outils en obsidienne, des fragments de coquillages (dont du murex), ainsi qu’une monnaie hellénistique, dans les niveaux supérieurs.

Lire la suite
À Paros, près de la commune de Paroikia, S. Détoratou (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a repris en 2008 une fouille plus ancienne menée dans le site de Floga et a poursuivi la mise au jour de deux bâtiments mitoyens, dont l’un a pu abriter un atelier de sculpture à la basse époque hellénistique. On a dégagé plusieurs nouveaux murs appartenant aux bâtiments B et Δ. La pièce 1 du bâtiment Δ a peut-être servi d’atelier de sculpture à la fin du IIe ou au Ier s. av. J.-C. ; cependant, sa construction est vraisemblablement antérieure, vers la fin du IVe ou le début du IIIe s. av. J.-C. Le bâtiment B, de construction très soignée en moellons taillés de gneiss, aurait été à l’origine un bâtiment public ou une habitation ; plus tard il a pu avoir une utilisation relative à l’atelier voisin. La fouille a livré des fragments de vases en céramique, de sculptures et de lékanides en marbre, des figurines et d’une tablette à représentation en relief en terre cuite, des lampes à huile, des pesons, des tuiles et des acrotères.  Certaines trouvailles (deux lampes à huile datées entre 625 et 575 av. J.-C., un fragment d’amphore parienne et un fragment de pithos à décor linéaire du milieu du VIe s. av. J.-C.) indiquent une présence humaine sur le site déjà à l’époque archaïque. D’autres, dont des lampes à huile datées du Ier s. de notre ère), suggèrent que l’activité artisanale a perduré dans les lieux, même après la destruction des deux bâtiments.

Lire la suite
Sur l’îlot de Despotiko, Y. Kouragios (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi, en 2008, la fouille systématique du site du sanctuaire de Mandra, mettant au jour des constructions et éléments d’architecture nouveaux. Plusieurs éléments architecturaux du temple et de la stoa adjacente, comme des tambours et chapiteaux de colonnes, des fragments provenant de deux socles (dont celui de la statue de culte), ont été retrouvés, incorporés dans des structures plus récentes. Près du péribole Sud on a mis au jour un grand puits maçonné en moellons taillés de schiste ; l’intérieur a livré de la céramique commune, datée depuis la période romaine jusqu’à une époque récente. Un sondage effectué au Nord du temple a livré de la céramique géométrique et archaïque, deux bagues en bronze et des poignards en fer. Un autre, dans la partie Sud-Ouest du complexe I, a livré de la céramique commune et décorée de période classique et récente.À l’extérieur du sanctuaire, on a dégagé deux nouvelles pièces, vers l’Est, appartenant au bâtiment B, la suite vers l’Ouest du bâtiment Z, ainsi que deux nouveaux bâtiments à l’Est de H : le bâtiment carré Λ et une petite construction absidale.

Lire la suite
À Naxos, dans la commune de Galanados, I. Légaki (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2007 et 2008, une fouille de sauvetage dans le terrain Vavalas, mettant au jour des vestiges architecturaux ainsi qu’une sépulture datant du Cycladique Ancien. On a mis au jour une tombe à ciste, contenant les restes de deux défunts, vraisemblablement des inhumations secondaires, ainsi qu’une cruche à bec du CA (groupe de Kastri ?). À l’Est de la sépulture on a dégagé un muret courbe – peut-être un mur de soutènement ou un péribole – ainsi qu’un pavement de pierres ; la fouille à cet endroit a livré des tessons de céramique du CA II-III, des fragments d’outillage lithique, une meule et des os d’animaux. La tombe en question appartiendrait à une nécropole, aujourd’hui largement détruite. À 30-40 m vers l’Est, on a découvert un angle de murs, avec de la céramique décorée du CA II-III. La structure fait vraisemblablement partie d’un habitat proto-cycladique qui aurait existé à cet endroit, selon divers indices, et dont dépendrait la supposée nécropole.

Lire la suite
À Aplomata, dans la Chora de Naxos, I. Légaki (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain Klouvatou-Lykouropoulou, mettant au jour une dalle de tombe qui pourrait être en relation avec l’habitat proto-cycladique de Grotta.

Lire la suite
À Agios Minas, dans la Chora de Naxos, I. Légaki (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2007 et 2008, une fouille de sauvetage sur le terrain Kondopoulou, mettant au jour une partie d’un grand bâtiment de l’Antiquité tardive, ainsi que deux sépultures hellénistiques ou romaines. On a dégagé, sur une longueur de 9,50 m, le mur externe Est du bâtiment, construit en appareil isodome de blocs de granite et de marbre, avec un remplissage de pierres terre et mortier et un revêtement à la chaux. À l’intérieur, des murs moins épais formaient deux pièces, dont l’une conservait un dallage. La fouille du bâtiment a livré de la céramique commune, à cannelures ou à glaçure, des anses timbrées d’amphores à fond pointu, des bases de braséros à tête de Silène, des lampes à huile, des fragments de vases en verre, de sculptures et de figurines, des poids de métier, des épingles en os. Au Nord on a découvert deux tombes à ciste. L’une, à dalles de pierre enduites de mortier à la chaux contenait les restes du défunt accompagné d’un riche mobilier (un lagynos en terre cuite, un unguentarium en albâtre, une lékanis à couvercle en pierre, un poids de balance en pierre, des vases en verre, un miroir, un bol, un strigile et des rivets en bronze, deux bagues et des feuilles d’or) ; l’autre, maçonnée, portait à l’intérieur des traces d’incinération et a livré quatre feuilles d’or.

Lire la suite
À Milos, dans la commune de Klima, P. Pantou et M. Efstathiou (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain de la société Stelfix Trading (ex Aveltion Shipping). Ces dernières recherches ont mis au jour de nouveaux vestiges appartenant à deux des complexes architecturaux déjà connus, occupés entre la période hellénistique et romaine, peut-être même protobyzantine. La fouille n’a pas pu avancer en profondeur en raison du niveau de la nappe phréatique ; néanmoins, il a été possible d’établir le contour de plusieurs pièces dans les bâtiments Nord et Ouest. Plusieurs phases de construction ont pu être mises en évidence, en particulier des réparations, des transformations ou des additions par rapport au bâtiment initial. Dans le bâtiment Nord on a découvert notamment des vestiges d’une structure voûtée, un escalier témoignant de l’existence d’un étage, ainsi qu’un dépotoir de tessons brûlés provenant de grands vases. Dans le bâtiment Ouest, une construction circulaire dallée de schistes (presse à olives ?) ainsi qu’un conduit maçonné sont parmi les structures mises au jour. Le matériel recueilli comporte de la céramique de stockage ou de service, souvent décorée à cannelures, des vases à vernis noir ou rouge, des vases en verre, des tuiles laconiennes provenant des toitures, de l’obsidienne, des os d’animaux.

Lire la suite
À Milos, dans la région de Triadès et au lieu-dit Tzigouria Potamakia, P. Pantou et M. Efstathiou (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené, en 2007 et 2008, la fouille d’une sépulture de la période géométrique (VIIIe s. av. J.-C.). Dans une fosse taillée dans la roche, on a découvert un enchytrisme, vraisemblablement d’enfant, dans une grande jarre pithoïde. On y a recueilli une fibule en bronze et deux skyphoi peints ; immédiatement à l’extérieur, dans un creux plus petit, on a trouvé un gobelet à vernis noir, ainsi qu’une petite cruche et un skyphos peints, correspondant également à des offrandes. Par ailleurs, une prospection des environs a livré du matériel céramique datant des périodes préhistorique à byzantine, des fragments d’obsidienne et de pilons en pierre.

Lire la suite
À Ano Koufonisi, au lieu-dit Loutra ou Chalasmata, I. Légaki et G. Papamichélakis (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont poursuivi, en 2008, la fouille de sauvetage menée sur le terrain Papaïkonomou et ont mis au jour des vestiges architecturaux dont la date n’a pas encore pu être précisée. On a dégagé des tronçons de murs fondés directement sur la roche naturelle, construits soigneusement en pierres plates avec du mortier d’argile et formant plusieurs espaces ; à ce stade, ni le plan, ni la fonction, ni la datation des structures n’ont pu être établis. La fouille a livré du matériel daté entre la période préhistorique et contemporaine (des vases en céramique, des tuiles, des lames d’obsidienne, un fragment de figurine proto-cycladique).

Lire la suite
À Ano Koufonisi, T. Papangélopoulou, I. Kapoukranidou et S. Mottaki (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené une fouille de sauvetage en 2008, lors de travaux effectués le long de la route reliant les communes de Spilia, de Chalasma et de Loutro. Ces recherches ont mis au jour plusieurs tronçons de murs, associés à de la céramique de l’époque romaine tardive ; l’existence dans ce secteur d’une installation de cette période est déjà connue.

Lire la suite
À Ano Koufonisi, T. Papangélopoulou, I. Kapoukranidou et S. Mottaki (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur la route reliant les communes de Potamia et de Parianos et ont mis au jour une sépulture proto-cycladique. Il s’agit d’une tombe à fosse, taillée dans la roche ; à l’extérieur, un alignement de pierres forme un « péribole ». À l’intérieur, on a recueilli un bol en marbre, des poteries fragmentaires dont un vase globulaire, des lames d’obsidienne, des galets et des coquillages. Une nécropole proto-cycladique avait déjà été mise au jour dans le terrain voisin (Tsavari, cf. Chronique, notice 660), lors d’une fouille plus ancienne.

Lire la suite
À Ano Koufonisi, T. Papangélopoulou, I. Kapoukranidou et S. Mottaki (XXIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené, en 2008, une fouille de sauvetage dans la baie de Parianos, et ont mis au jour un pavement de pierres, avec de la céramique proto-cycladique, un fragment de bol en marbre de la même période, ainsi qu’une lame et des éclats d’obsidienne.

Lire la suite
Dans le secteur du port Ouest de la ville antique de Rhodes, Ph. Zervaki (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage dans la rue Kos, sur le terrain de l’ancien restaurant Oskar et du nouveau Musée d’Art contemporain et a mis au jour un segment du rempart hellénistique du port Ouest de l’antique Rhodes. On a dégagé, sur 23 m, le lit de fondation du rempart, creusé dans le sable compact. On y a découvert des tronçons du rempart construit en appareil isodome ; trois assises de blocs de pierre taillée étaient conservées par endroits. On y a également repéré un alignement de treize murets, qui auraient pu assurer le soutènement du sédiment durant la récupération des matériaux du rempart, survenue vraisemblablement au Ier ou IIe s. de notre ère. La fouille a livré de la céramique hellénistique, dont des fragments d’amphores rhodiennes précoces, avec un bord à profil triangulaire ; la découverte d’ossements humains indique, quant à elle, l’existence d’inhumations simples extra-muros.

Lire la suite
Dans la partie Sud de la ville de Rhodes, à l’angle des rues Tsatsou et Kazouli, P. Triandaphyllidis (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a conclu entre 2007 et 2008 la fouille de sauvetage menée sur le terrain Atsidi et a mis au jour une tombe à voûte du IVe s. av. J.-C. ; des précisions quant à l’atelier de pourpre et la grande canalisation découverts auparavant ont également été obtenues. Taillée dans la roche, la tombe était aménagée d’un lit funéraire et d’une table. Les parois étaient revêtues d’enduit, décoré par endroits de couleur jaune et rouge, et parcourues d’un kymation en relief au pied de la voûte. L’entrée de la tombe, découverte pillée, avait été arrachée lors de la construction du rempart, tard dans le IVe s. av. J.-C. Par ailleurs, la poursuite de la fouille dans la partie Ouest du terrain a fourni des indices quant à la datation de la première phase de l’atelier de pourpre au Ier s. av.-Ier s. apr. J.-C. En outre, des vestiges d’époque protobyzantine, repérées plus au Sud, sont peut-être à mettre en relation avec une phase tardive de l’atelier. Enfin, le lit de la canalisation de collection à l’extérieur du proteichisma a été localisé : sous des couches de boue à dépôts organiques, on a découvert un lit de gros cailloux extraits in situ, selon les traces observées à proximité sur la roche naturelle. De surcroît, la fouille à cet endroit a livré des tessons à vernis noir, vraisemblablement d’époque géométrique et archaïque, qui fournissent des indices quant à l’occupation préurbaine dans le secteur Sud-Est de l’antique Rhodes.

Lire la suite
Dans la partie Nord de la ville antique de Rhodes, rue Phanouraki, N. Christodoulidis (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené entre 2006 et 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain Tiliakou (OT 38) et a mis au jour une partie d’un complexe de bains d’époque hellénistique. On a découvert un foyer central de forme ovale, pouvant être atteint par un passage maçonné souterrain en Γ, lui-même accessible par un escalier ; toutes ces structures étaient construites en blocs de tuf. Autour du foyer on a dégagé des alignements de cabines de bain, au moins douze au total, munies d’une bassine perforée au sol, d’un système pour l’évacuation de l’eau et, au fond, d’une banquette basse. Aussi bien le sol de l’espace des cabines (d’une superficie d’env. 60 m2), que celui des deux pièces au Nord de celle-ci, étaient en cailloutis avec des plaques de terre cuite à cannelures. Immédiatement à l’Ouest de l’escalier, un grand puits orthogonal, mi-taillé – mi-maçonné, aurait assuré l’alimentation des bains en eau. Vers l’Est, séparés des cabines et du foyer par un mur épais, se situaient d’autres espaces, dotés de deux structures identifiées à des vespasiennes et d’un sol en mosaïque. L’espace fouillé correspond apparemment à la partie Nord-Ouest d’un complexe de bains, construits entre la fin du IIe et le début du Ier s. av. J.-C. et abandonnés avant la première moitié du IIIe s. de notre ère. Dans l’angle Sud-Est du terrain, on a découvert des fondations de murs ayant appartenu à une construction antérieure, peut-être une maison, datée (grâce au matériel céramique) entre la fin du IVe et le début du IIIe s. av. J.-C. Dans l’Antiquité tardive, également, des habitations se seraient installées par-dessus des vestiges des bains, comme le prouvent des fondations de murs, des seuils et des tronçons de sols en briques, mis à jour dans la partie Nord du terrain.

Lire la suite
Dans la partie Nord de la ville de Rhodes, au lieu-dit Mandraki, É. Pharmakidou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur la place de Rimini et a mis au jour des restes de murs en moellons de tuf. Ces vestiges n’ont pas pu être datés avec précision, mais sont sûrement postérieurs au IIe s. de notre ère, époque à laquelle le port militaire antique, qui se trouvait à cet emplacement, a été condamné. La fouille a livré des fragments de céramique glaçurée et d’une assiette en porcelaine.

Lire la suite
À Rhodes, plusieurs opérations de sauvetage ont été effectuées, en 2008, par la XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques dans le secteur de la nécropole occidentale de la ville antique : sur la rue Petridi, É. Kaninia a poursuivi la fouille menée dans le terrain Antonoglou, mettant au jour de grandes tombes à fosse, ainsi que des traces de structures construites en élévation ; toujours sur la rue Petridi, elle a mis au jour le même type de vestiges en marge du site archéologique des Tombes de Saint Jean ; rue Séféri, Ch. Phantaoutsaki et T. Chatzinikola ont mis au jour, sur le terrain Katsara, 26 tombes à fosse et 52 thékès, datant entre la fin du IVe et le milieu du IIIe s. av. J.-C. Quatre des tombes étaient dotées d’un vestibule rectangulaire, séparé de la fosse par une dalle en terre cuite. Les thékès étaient en général rondes et contenaient une hydrie cinéraire ; seules quatre étaient rectangulaires et avaient vraisemblablement contenu des ossuaires. Ces sépultures avaient été pillées ; on y a recueilli des vases en céramique (petits amphores à fond pointu, petits bols, unguentaria, canthares sans pied, assiettes, lampes à huile, olpès et askoi globulaires de type guttus), des restes de couronnes (baies de lierre en argile dorée), des miroirs en bronze, un poignard en fer, une boucle d’oreille en or à tête d’animal en verre. On a également découvert un autel cylindrique à guirlandes et bucranes et une stèle funéraire inscrite (ΔΩΡΟΘΕΟΣ ΧΡΗΣΤΕ/ΧΑΙΡΕ).

Lire la suite
À Rhodes, plusieurs fouilles de sauvetage ont été menées, en 2008, par la XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques dans le secteur de la nécropole centrale de la ville antique : à l’angle des rues Kon. Ydraiou et Ap. Pavlou, K. Baïrami et T. Chatzinikola ont mis au jour, sur le terrain Spanou (OT 323), vingt thékès carrées ou rondes et une tombe à chambre à deux vestibules ; ces sépultures ont été datées du début de l’époque hellénistique. On y a également découvert un puits, ainsi qu’un espace rectangulaire taillé dans la roche, doté d’une tranchée allongée et recouverte de cendre, vraisemblablement un lieu d’incinération. Les thékès qui n’avaient pas été pillées contenaient des vases cinéraires (hydries, urne) ; un ossuaire en pierre y a également été trouvé. Une théké a livré des fruits en argile dorée provenant d’une couronne. La tombe à chambre contenait au moins 37 inhumations primaires et secondaires, ainsi que plusieurs hydries et urnes cinéraires ; elle a également livré divers vases en céramique (petits bols, skyphoi, amphores, unguentaria), des vases en verre, des perles, une bague en bronze, ainsi que des stèles funéraires. L’espace d’incinération a livré un miroir en bronze, un strigile en fer et une spatule fragmentaire ; dans la rue qui relie la ville de Rhodes à Lindos, P. Kantzia-Vratsali a mis au jour, sur le terrain Maltézou-Kazi, de nombreuses sépultures réparties en trois phases distinctes, entre le IVe s. av J.-C. et la période romaine. La première phase est représentée par des tombes à fosse du VIe s. av. J.-C., largement détruites dans une phase suivante, lors de l’installation à cet endroit d’une carrière ; on signale notamment la découverte de deux sépultures de ce type, sans contenus, ainsi que l’existence d’autres, très dégradées. Les lieux auraient retrouvé une fonction funéraire au IIe-Ier s. av. J.-C., avec l’installation de rangées de tombes à ciste maçonnées, elles aussi dans leur majorité démolies ultérieurement. On en mentionne également deux, très détruites ; l’une, peut-être recouverte d’une voûte, a livré quelques ossements dégradés et une base de stèle funéraire. La phase la plus tardive, datée de la période romaine, est aussi la mieux conservée : elle est représentée par deux constructions funéraires de forme rectangulaire allongée, en maçonnerie peu soignée, intégrant des vases cinéraires et des ossuaires parfois placés dans des thékès, des stèles funéraires et des autels. Le nom d’un défunt est souvent signalé par une inscription sur ces éléments. À l’Est du terrain, un mur de péribole ou de soutènement, manifestant au moins deux phases de construction, a été dégagé ; plusieurs autres murs, murets et alignements de pierres ont été repérés dans cette partie de la nécropole. Le mobilier recueilli comporte des unguentaria, une tasse en verre, des bijoux (boucle d’oreille en or, perles en verre), une monnaie rhodienne en argent, d’autres objets en bronze ou en os.

Lire la suite
À Rhodes, plusieurs fouilles de sauvetage ont été menées en 2008 par la XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques dans le secteur de la nécropole orientale de la ville antique : à l’angle des rues Atavyrou et Akramitou, T. Chatzinikola a mis au jour 33 sépultures, dans le terrain Tsoukala (OT 388) : il s’agit surtout de tombes à fosse, mais on a également fouillé plusieurs tombes à voûte très dégradées, organisées autour de deux vestibules centraux. Outre des restes humains, on y a découvert un askos, des bols, des unguentaria et des canthares datés entre la fin du IVe et le début du IIIe s. av. J.-C., ainsi que des hydries de type Hadra, dont deux contenaient une monnaie d’argent. La fouille a également livré des monnaies en bronze, des anses timbrées d’amphores, des askoi, un fragment de vase en albâtre, un peson et un fruit en argile dorée provenant d’une couronne ; sur la nouvelle voie périphérique de la ville de Rhodes, à la hauteur des installations sportives de Korakonéro, É. Kaninia et P. Kantzia-Vratsali ont mis à jour de nombreuses sépultures appartenant à la limite Est de la nécropole, ainsi que des points d’extraction de pierre. On a découvert une structure rectangulaire contenant deux tombes à ciste vides et entourée par un fossé à caractère également funéraire, qui a livré des ossuaires, des hydries et des ossements ; l’ensemble a été daté de la seconde moitié du IIIe s. av. J.-C. Une vingtaine d’inhumations simples qui datent de la même époque ont été repérées à proximité. Vers le Sud on a trouvé trois thékès rectangulaires et une tombe à fosse contenant une inhumation primaire, ainsi que des inhumations secondaires ; cette sépulture a livré des unguentaria, des olpès, des petits bols et de nombreux tessons, des fragments de stèles et un petit autel, des tesselles, des clous, des petits objets en os, ainsi qu’un trésor de quarante monnaies rhodiennes en bronze datées entre 350 et 188 av. J.-C. ; à env. 50 m au Sud, sur le tracé de la même voie, on a mis au jour les vestiges de trois murs, avec de la céramique de la fin de l'époque hellénistique. Encore plus au Sud, on a dégagé les vestiges d’un bâtiment de construction peu soignée en moellons bruts de poros, divisé en cinq espaces rectangulaires ; on y a recueilli de la céramique des IIIe et Ier s. av. J-C., ainsi qu’une figurine de kourotrophe, vraisemblablement de la fin de l'époque classique.

Lire la suite
Dans la commune d’Ialyssos (Trianta), sur l’avenue Iraklidon, É. Farmakidou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené entre 2007 et 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain Panagou et a mis au jour des vestiges appartenant à l’habitat du Bronze Récent IA. On a découvert, en particulier, un segment de rue pavée avec les restes étendues d’une maison et, plus à l’Ouest, un espace à polythyron, ainsi que des résidus d’exploitation de cuivre.

Lire la suite
Dans la commune d’Ialyssos (Trianta), M. Chalkiti (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage à plusieurs emplacements, en raison de travaux de canalisation : sur l’avenue Irakleidon on a dégagé un mur de la période hellénistique, construit en moellons bruts de poros ; à l’angle des rues Philérimou et Sophouli on a mis au jour sur une longueur de 3,50 m un tronçon de mur en moellons rectangulaires de poros et mortier de chaux, qui date probablement de la période ottomane ; devant l’église Kimiseos Théotokou Trianton on a mis au jour deux tronçons de murs avec une tombe à tuiles, qui datent de la période romaine tardive ou protobyzantine.

Lire la suite
À Rhodes, dans la commune de Krémasti, É. Pharmakidou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur l’avenue Iraklidon et a mis au jour des vestiges fragmentaires appartenant à au moins deux phases de construction. On a partiellement dégagé le fond d’un réservoir, revêtu de mortier hydraulique avec du gravier et quelques tessons sur un lit de cailloux de poros ; on y a recueilli une base de forme trilobée décorée d’un kymation et recouverte d’un enduit (fig. 1), vraisemblablement un élément du réservoir (hékataion ou fontaine). On a également découvert quatre tronçons de murs, construits ultérieurement en moellons de poros et gros galets. La fouille a livré de la céramique datée surtout de la fin de la période hellénistique et romaine.

Lire la suite
À Lindos, dans le quartier de Kato Gitonia, M. Agiakatsika et É. Pharmakidou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené, en 2008, une fouille de sauvetage dans le terrain Phina et ont étudié les vestiges d’une maison de la période ottomane. Des niveaux sous-jacents hellénistiques ont également été identifiés. Sous les décombres de la vieille maison, dont les murs étaient construits en moellons bruts ou sommairement taillés et enduits de mortier de chaux, on a dégagé sa salle rectangulaire, jadis recouverte d’une voûte ; dans l’angle Nord on a découvert une structure maçonnée en moellons rectangulaires contenant un foyer en demi-cercle. Au Nord-Ouest on a identifié une cour avec des espaces de service. La fouille a livré des pipes de période ottomane et de la céramique glaçurée post-byzantine. Sous la cour on a découvert des niveaux datés entre le IIe et le Ier s. av. J.-C. par leur matériel (céramique commune et à vernis rouge ou noir, skyphoi mégariens, lampes à huile, anses timbrées d’amphores, monnaies, fils et lamelles de bronze, une boucle d’oreille en or).

Lire la suite
À Lindos, dans la commune de Psartos, M. Agiakatsika et É. Pharmakidou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené, en 2008, une fouille de sauvetage sur le terrain Parisidi et ont mis au jour une partie des carrières de l’antique Lindos. La céramique découverte date l’exploitation à cet endroit entre la période hellénistique et romaine.

Lire la suite
Dans la ville de Kos, É. Skerlou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené, en 2008, une fouille de sauvetage dans la rue Mitropolitou Nathanaïl et a mis au jour, sur une longueur de 45 m, un mur délimitant à l’Est une rue antique. La limite Ouest de cette même rue avait déjà été découverte lors d’une fouille antérieure (Cf. Chronique, n. 4822).

Lire la suite
À Kos, dans une partie de la nécropole hellénistique et romaine, É. Skerlou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a repris en 2008 la fouille de sauvetage menée sur le terrain Kastéloriziou (ex Kavalioti ; Cf. Chronique, n. 1328) et a mis au jour encore une tombe à ciste, en dalles de poros et de terre cuite. La sépulture contenait une inhumation sans mobilier. Par-dessus, on a découvert des unguentaria de type « bulbus » ainsi que des ossements humains.

Lire la suite
À Kos, dans le secteur de Messaria, V. Christopoulou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain de la société Natur Galathri  et a mis au jour une nécropole du Bronze Ancien II. On a découvert les enchytrismes de huit adultes dans six pithoi (l’un contenait une triple inhumation), un enchytrisme de nourisson et, à côté de ce dernier, une inhumation simple. Seuls les enchytrismes des adultes – déposés sur le côté, en position rétractée, la tête à l’Ouest, vers l’ouverture du pithos – étaient accompagnés de mobilier : cruches, amphores, bol à bec, récipient tripode et outils ou armes en bronze (hache, poignard, ciseau etc.).

Lire la suite
À Tilos, dans la commune de Mégalo Chorio, É. Kaninia (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a menée en 2008 une fouille de sauvetage sur le terrain Trainor-Baran et a mis au jour, sur une longueur de 3 m, un tronçon d'un mur de soutènement monumental conservé sur deux assises, en prolongement d’un segment visible de la fortification antique.

Lire la suite
À Patmos, au lieu-dit Peristeronas, A. Lioliou et Ch. Pagoménou (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont menée, en 2008, une fouille de sauvetage à l’emplacement de la future décharge et ont mis au jour des vestiges d’installation à caractère vraisemblablement agricole, dont une partie des fondations d’un bâtiment absidal qui pourrait dater du Bronze Récent.

Lire la suite
À Karpathos, dans la commune d’Arkassa et au lieu-dit Tsambalas, Ph. Zervaki (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a entamé, en 2008, une fouille de sauvetage dans deux d’abris sous roche situés dans la propriété van der Vliet, auxquels on attribue une utilisation funéraire dans l’antiquité. L’intérieur des abris présente des traces de taille, vraisemblablement liée à l’aménagement de l’espace. La fouille a livré de la céramique du Bronze Récent et un fragment d’assiette tardo-romaine ; les restes humains y ont été très rares et souvent douteuses.

Lire la suite
À Rhodes, près de la commune de Kritinia, Ch. Phantaoutsaki (XXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a effectué, en 2008, une prospection sur la route qui relie Avlona et Simantiria, et a repéré des vestiges d’une installation antique, vraisemblablement aussi d’un sanctuaire. On a localisé plusieurs murs, dont un à caractère monumental, construit en blocs de calcaire gris local vraisemblablement assemblés en appareil isodome et ayant pu appartenir à un bâtiment public. On a également identifié, éparpillés, de nombreux éléments architecturaux en pierre, notamment des bases de stèles, de statues et de colonnes, ainsi qu’un contrepoids de presse à huile. Enfin on a remarqué une très forte présence de céramique des périodes classique, hellénistique et romaine.

Lire la suite
Sur le môle Est du port commercial de Rhodes, G. Katsou (4e éphorie des antiquités byzantines) a poursuivi, entre 2006 et 2008, la fouille systématique du Môle des Moulins médiéval et a mis au jour divers aménagements datant entre l’antiquité tardive et l’occupation italienne. On a dégagé une plateforme, ou quai, constituée de blocs de poros sommairement taillés et placés sans grand soin et recouverte d’un sol en argile ; elle daterait de l’Antiquité tardive, après l’abandon de la fortification hellénistique. On a également découvert un escalier de quatre marches qui descend à l’intérieur du môle, donnant accès à la colonne de granite qui ferait partie du système à chaîne pour la fermeture du port, durant la période hospitalière. Des parties du môle médiéval ont aussi été dégagées, dont un segment situé sous l’enclos de la forteresse ottomane et jouxtant une construction antérieure. Des vestiges d’un espace souterrain datant de la domination italienne ont également été identifiés.

Lire la suite
À Rhodes, près de la commune de Siana et au lieu-dit Kérami, N. Mastrochristos (4e éphorie des antiquités byzantines) a mené en 2008 une fouille dans les ruines de l’église de Panaghia Kyra (début du XIVe s.) et a mis au jour le sol de l’église et son entrée Sud, ainsi que les vestiges d’un bâtiment plus ancien, vraisemblablement une basilique protobyzantine, et deux sépultures. Au côté Nord de l’église on a repéré les fondations d’une abside appartenant à un bâtiment qui a précédé l’actuel. L’hypothèse de l’existence préalable d’une basilique protobyzantine s’appuie également sur la découverte de tuiles à décor ondulé imprimé et d’éléments sculptés fragmentaires (d’un petit pilier, de colonnettes d’autel, de chancel et autres, de deux panneaux de chancel et trois chapiteaux de type corinthien). Le sol dégagé était en terre foulée mélangée à la chaux et, par endroits, pavé de dalles de terre cuite. Une banquette maçonnée a été découverte le long du mur Nord. Un mortier antique en pierre aurait été remployé, placé à l’envers, en tant qu’autel. Des restes des peintures murales ont pu être observés. À l’Est de l’église, juste à l’extérieur de l’abside, on a découvert deux tombes à fosse sans mobilier ; l’un était recouvert de dalles de pierre et contenait l’inhumation primaire d’un homme et celle, secondaire, d’une femme, tandis que l’autre appartenait à un nourrisson. Une tombe en arcosolium à peintures murales située au Sud de l’église n’a pas pu être étudiée. Le matériel de la fouille comporte une monnaie romaine, une partie de croix-reliquaire en bronze du Xe-XIe s., un denier rhodien du XIVe s., un artophorion en bronze et trois monnaies en bronze du XIXe s. qui dateraient de la période d’abandon de l’église.

Lire la suite
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.