Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

Dernières notices ajoutées par région : Épire
En 2006, dans le cadre des prospections du « Thesprotia Expedition », l'Institut finlandais a continué ses prospections. Outre la prospection archéologique – qui a porté la superficie totale couverte à l’issue de cette troisième campagne à 3 km2 et le nombre de sites nouveaux à 35 –, on a poursuivi la prospection géologique en récoltant des échantillons de sédiment et de roche ; l’étude a porté sur trois aires de concentration de mobilier (PS 31, 32, 36), datant du début de l’Âge du Fer, repérés dans la région de Mavromantilia (partie basse de la vallée) ; la recherche des limites de ces aires a montré qu’elles appartiennent en fait à un seul site. On a aussi entrepris une prospection géophysique (T. Smekalova) aux abords de la basilique paléochrétienne où avait été recueillie de la céramique de la fin de l’époque romaine : le repérage de plusieurs fondations de bâtiments suggère la présence d’un habitat à côté de la basilique. L’équipe topographique a centré ses efforts sur le relevé du fortin de Kioteza qui avait été nettoyé par la XXXIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques ; ce bâtiment, qui date du IVe ou du IIIe s. av. J.-C., est en très mauvais état ; on a pu malgré tout identifier une tour carrée et peut-être aussi une porte, toutes deux du côté Est du monument.

Lire la suite
En 2006, l’Institut finlandais, sous la direction de B. Forsèn, a vu l’ouverture du deuxième volet du projet « Thesprotia Expedition », qui comporte des fouilles sur des sites d’un intérêt particulier. On a entrepris la fouille de deux sites présentant un intérêt particulier : le site du début de l’Âge du Fer (PS 36), et la colline fortifiée d’Hagios Donatos à Zervochori (PS 25) repéré en 2005.   1) Sur le site PS 36 on a trouvé des vestiges de foyers et/ou de fosses-dépotoirs peu profondes qui renfermaient de la terre noire mélangée à du charbon, des cendres, des ossements d’animaux et des masses de fragments de vases. Des analyses C14 ont fourni des datations s’échelonnant entre 1100 et 700 av. J.-C. On a aussi repéré des restes de constructions en torchis. L’étude préliminaire de la céramique a montré que le site fut en usage jusqu’au IVe s. av. J.-C. ; d’autre part, la présence de tuiles corinthiennes suggère l’existence de maisons d’époque classique. 2) Les fouilles à Hagios Donatos ont été centrées sur deux points du rempart : la porte repérée en 2005 et la seule tour connue du monument. D’après sa technique de construction, le rempart semble dater de la fin du IVe ou de la première moitié du IIIe s. av. J.-C. Cependant, comme la céramique de surface date surtout du Ier et du IIe s. apr. J.-C., les sondages avaient pour objectif de mieux préciser les divers états du monument. On n’a malheureusement pas pu trouver de couches en place datant des périodes les plus anciennes mais seulement des trouvailles éparses (monnaie Corcyréenne du IVe s., lampe de 325-250 av. J.-C.) qui semblent confirmer que le rempart fut construit autour de 300 av. J.-C., période de l’urbanisation de la Thesprotie. En revanche, on a pu constater une réutilisation du site très étendue au début de l’époque romaine. Un riche mobilier date de cette période : objets en bronze, abondante vaisselle de verre et céramique grossière, vases en sigillée italique avec six marques in planta pedis mentionnant les noms de plusieurs ateliers d’Arrezzo ; celui de Lucius Avillius est représenté par plusieurs estampilles mais aussi par des motifs appliqués caractéristiques comme le dauphin, Cupidon jouant l’aulos, Éros. Ces estampilles aussi bien que la poterie indiquent l’existence de rapports étroits avec l’Italie centrale pendant la première moitié du Ier s. apr. J.-C. La céramique de la période tardo-romaine est très rare ; il semble que le site connut une occupation beaucoup moins dense après le début du IIe s. apr. J.-C.

Lire la suite
‘Ionia Odos’. The ΛΓ’ ΕΠΚΑ reports the discovery during road construction of ancient sites at several locations. These include a late fourth- to first quarter third-century agricultural establishment and potters’ workshops in the demos of Komoboti, and tombs and handmade pottery in the demes of Xirovouni and Anogeio.

Lire la suite
Mesogephyra, Konitsa.  K. Zahos, V. Oikonomidou and A. Sihlimiris (ΙΒ’ ΕΠΚΑ) report the excavation of a rectangular building (25 x 6.5m, oriented east-west), built of large stone blocks and some smaller carved stones. The structure had two phases, dating to the first half of the third century BC and 250/40 - 50 BC. The first includes an outdoor space and two rectangular rooms. During the second phase, one of the rooms was divided in two by a cross wall. Finds include pottery of both phases. Two 13th-century coins were found at a distance east of the building - a hyperpyron of the Emperor of Nicaea, John III Doukas Vatatzes (1232-1254), and a Venetian silver grosso possibly of the 45th Doge, Ranieri Zeno (1253-1268).                                                                                                     

Lire la suite
Arta (anc. Ambracia,) Aracthou Street (Gouni-Papakosta property). Th. Kontogianni (ΙΒ’ ΕΠΚΑ) reports that continuing excavation revealed a section of the city wall, a public building and a paved Hellenistic street.  In the west and northern part of the property lay residential buildings dating from the second half of the sixth century BC to the first century AD. Two Roman tile burials were discovered. Finds included ceramics dating from the sixth century BC to the first century AD, terracotta figurines, stamped tiles, bronze coins of Ambracia and metal objects (buttons, buckles), some bone objects, and fragments of glass.                                                                                                                                     

Lire la suite
Preveza, Agios Georgios. K. Zahos and N. Choinas (IB’ EPKA) report the excavation of a large residential building with a moaic floor in one room.                                                                                       

Lire la suite
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.