Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

Dernières notices ajoutées par région : Égée du Nord
Une partie d’un établissement de bains romain a été découvert à Tourkikos gialos (rue Moschidi, terrain Vafea). Parmi les structures dégagées (fig. 1), sont signalés un hypocauste partiellement en place, un système de canalisation, des vestiges de six sols, une citerne orthogonale dont les parois internes sont revêtues de plaques de marbre. Un puits est aménagé ultérieurement dans la citerne. Le mobilier est constitué de céramique commune, de céramique sigillée, de pithoi, de tuiles, d’objets en verre et de quatre monnaies de bronze oxydées.

Lire la suite
L’angle d’un édifice romain a été découvert près du marché central (rue Kuda, terrain Vamvoukou). Plusieurs murs ont été dégagés, ainsi qu’un sol de terre battue. Le matériel recueilli contient de la céramique, une figurine représentant un oiseau, un outil en marbre blanc, et une lampe romaine. Une partie d’un autre édifice romain a été fouillée sous la rue Karatza (terrain Papadopoulou – Apostolopoulou).

Lire la suite
Des vestiges du Bronze Ancien ont été découverts à Androni (rue Varnali, terrain Tsaptsinou). Les trouvailles correspondent aux périodes verte, bleue et noire de Poliochni. Il s’agit d’une partie d’un édifice circulaire (6 m de diamètre), de neuf constructions circulaires (2 m de diamètre), qui servaient sans doute au stockage, et de trois constructions circulaires successives, qui peuvent être mises en rapport avec la production de vin ou d’huile (fig. 1). On a retrouvé des figurines féminines du Néolithique Récent, un broyeur, des pesons, des vases en terre cuite, des outils en os, des haches en pierre des lames et des noyaux de silex.

Lire la suite
La fouille de l’habitat de l’Âge du Bronze s’est poursuivie sous la direction de Chr. Boulotis et de L. Acheilara. Sur un secteur qui avait été exploré en 1996, au Sud-Ouest de l’îlot, ont été découverts un ensemble de murs appartenant à des phases successives ainsi qu’une partie d’un pavement, bordé d’un mur de soutènement et un sol avec des traces de feu sur une couche de destruction, qui a livré de la céramique submycénienne et géométrique. Ces constructions datent de l’Âge du Bronze. Dans les couches perturbées, on a retrouvé de la céramique datant de l’époque préhistorique à l’époque romaine.

Lire la suite
À Chrysomallousa (angle des rues Myrogianni et Varnali) on a dégagé, en rapport avec de puissants murs, des structures qui appartiennent peut-être au système d’approvisionnement en eau et d’évacuation des eaux usées de la région, sans doute à mettre en rapport avec ceux qui ont été retrouvés en 1997 dans la rue Myrogianni (AD 52 (1997), p. 906-907). Peu de tessons d’époque hellénistique et romaine.

Lire la suite
À Kioski (rue Mikras Asias), on a poursuivi la fouille des vestiges d’un bâtiment d’époque romaine, découvert en 1993 (AD 48 (1993), p. 415). Sous le niveau actuel de la rue, a été dégagée la rue dallée d’époque ottomane ainsi que deux sépultures de cette époque. La suite de la fouille a mis au jour les vestiges d’une maison romaine dont est conservé un ensemble de murs associés à trois sols. L’un est constitué d’un mortier de couleur rose portant les traces en négatif de pièces de marbre formant un motif géométrique (opus sectile), le deuxième est un mortier de couleur rose, tandis que le troisième est un sol de mosaïque très mal conservé. Les tesselles découvertes sont de couleur blanche, noire, rouge, ocre. Sous la rue Ermou (segment entre les rues Sapphous et Voutsika), on a retrouvé une partie d’un édifice romain, composé de quatre pièces parallèles. Le sol de la première pièce, en partie détruit, est composé de plaques de marbre gris lisses. Le sol des trois autres pièces est en mosaïque. La mosaïque de la deuxième pièce porte l’inscription Y CCYNAY, en tesselles noires sur fond blanc, tandis que la mosaïque inscrite de la troisième pièce est moins bien conservée : on distingue les lettres H et Γ en tesselles noires.

Lire la suite
Rue Ermou (segment entre les rues Voutsika et Pittakou), on a découvert une partie du quai occidental du port de guerre au Sud de la ville antique. Le quai, conservé sur quatre assises d’élévation en appareil isodome d’une hauteur d’environ 1,30 m, présente une façade vers l’Est, alors que sa face occidentale est renforcée par des contreforts. Deux phases de construction peuvent être distinguées. L’assise supérieure est datée de l’époque romaine. Elle est constituée de blocs divers, certains en remploi, et scellés entre eux par un puissant mortier. Les trois assises inférieures sont constituées de boutisses et de carreaux liés par des crampons plats scellés au plomb et des goujons en bois. La forme des mortaises de l’assise inférieure nous donne une indication de datation pour la première phase, au Ve s. av. J.-C. À l’Est du quai, et à proximité de sa fondation, on a dégagé sept pieux de bois, qui servaient à renforcer le quai, dans l’environnement sableux du bassin du port. Du côté occidental du quai, en arrière de celui-ci, cinq murs parallèles, orientés Est-Ouest, ont été mis au jour, qui devaient rejoindre les contreforts du quai et sont liés à la phase romaine de construction du quai.

Lire la suite
Rue Ermou (segment entre les rues Dikeli et Adramytiou), on a découvert une partie d’un édifice d’époque romaine tardive, dans lequel des éléments architecturaux d’un édifice romain ionique ont été remployés (dont des fragments d’architrave avec frise, fragments de corniche ionique). En face du Yeni Camii, les vestiges de l’un des ponts de l’Euripe ont été dégagés. Sont conservés une des piles du pont, conservée sur six assises d’élévation, ainsi que le départ de l’arc et d’autres structures qui y sont liées comme par exemple ce qui a été identifié comme des bornes d’amarrage pour des navires au-dessus desquels les murs modernes contenaient des blocs antiques en remploi (chapiteaux doriques et fût de colonne à cannelures torses. Plus loin sur la rue Ermou, on signale la découverte de nombreux blocs d’édifices classiques et romains (base octogonale, corniches doriques, fronton de petit temple, métope à triglyphe, fragments de couronnement, d’architraves doriques, de sculptures architecturales représentant une tête de lion et autres).

Lire la suite
Une construction romaine, comportant un sol dallé, découverte sous la rue Ermou (segment entre l’angle avec la rue Dikeli et la rue Naumachias Ellis) faisait peut-être partie du mur qui bordait l’Euripe, d’après la nature sableuse du sol contenant coquillages et tessons de céramique roulés recueillis. Sous la rue Krinis (segment entre les rues Kydonion et Kioutacheias), on a retrouvé des parties d’une maison hellénistique et d’une maison romaine avec des sols en mosaïque, ainsi que des canalisations. Sous la rue Kydonion (segment entre les rues Eliopoulou et Naumachias Ellis), on a retrouvé les vestiges d’une maison romaine constitués de plusieurs pièces et d’escaliers d’accès. Plus loin sous la même rue (segment entre les rues Krinis et Eliopoulou), on a dégagé un mur appartenant à un établissement de bains d’époque hellénistique ou romaine, et dont des parties du système de canalisation, des sols, des tubulae et des piliers d’hypocaustes sont conservés.

Lire la suite
Dans la région d’Epano Skala (rue Naumachias Ellis, segment entre rue Mikras Asias et Lesvonaktos), on a dégagé, sous les vestiges ottomans, un mur qui pourrait être le mur de quai ou de fortification du port Nord pendant l’Antiquité tardive. On a également fouillé l’extrémité semi-circulaire du quai Ouest de l’Euripe, qui est conservé sur une longueur de 28 m. Des pieux ont été employés pour renforcer les fondations du quai et de son extrémités construites en terrain sableux. Une jetée orientée Est-Ouest de 21 m de long et de 5,70 m de large a également été découverte. La partie occidentale de la jetée n’est conservée que sur assise d’élévation. On y observe un couloir dallé, parallèle à la jetée et bordé de tronc d’arbres pour en assurer sa stabilité. Ces installations datent de l’époque hellénistique et présentent des réparations romaines. Le matériel recueilli compte de la céramique roulée, des blocs architecturaux, une stèle funéraire, un bloc en marbre inscrit, une tête de lion, des lampes, des pesoins, des truiles, de la céramique fine et des figurines, ainsi que des monnaies.

Lire la suite
On a poursuivi la fouille de la rue Lesvonaktos, où l’on a dégagé la suite d’un portique hellénistique orienté Nord-Est - Sud-Ouest, découvert pour la première fois en 1993 (AD 49 (1994), p. 643). Le plan d’ensemble de l’édifice n’est pas lisible, mais on a pu dégager deux pièces, ainsi que des bases pour la colonnade intérieure et l’assise de réglage de la colonnade extérieure. On a pu identifier des traces de réfection à l’époque romaine, après quoi un ensemble d’égouts romains ont traversé et détruit le portique. La fouille de la partie Ouest d’un autre portique hellénistique (AD 53 (1998), p. 772) à l’angle des rues Lesvonaktos et Naumachias Ellis a été achevée.

Lire la suite
Les fouilles de Tarlas (rue Vostani) ont livré 103 tombes hellénistiques et romaines, dont 28 tombes à ciste, 30 tombes à tuiles, 7 tombes à théké, 2 sarcophages, 24 inhumations simples, 7 sépultures en jarre et 5 tombes à fosse. Il y avait 8 incinérations. À Tarlas (rue Skamandriou), on a découvert la suite des tombes fouillées en 1998 dans la rue Pesmazoglou (AD 53 (1998), p. 774-775). À Foros (angle des rues Venizelou et Moura), on a retrouvé 27 tombes à ciste dans un enclos funéraire, datant de l’époque hellénistique et romaine. Dans tous les cas, l’offrande la plus répandue est l’unguentarium, mais on a aussi retrouvé des vases en céramique et en métal, des strigiles, des monnaies et des figurines. Deux tombes romaines à tuile ont été dégagées sous la Rue Kydonion (segment entre les rues Eliopoulou et Naumachias Ellis) à l’endroit où une partie du cimetière nord avait été découverte (AD 53 (1998), p. 773-774). Dans la région d’Epano Skala, une nécropole archaïque a été retrouvée sous le portique hellénistique de la rue Lesvonaktos (voire la fouille des portiques). Elle comprenait 17 sépultures libres d’adultes et d’enfants, un sarcophage avec de riches offrandes et 31 sépultures en jarre, dont 19 d’adultes et 12 d’enfants. On a découvert de la céramique West Slope, des tessons de céramique commune, de vases à vernis noir et à vernis rouge, de skyphoi, de canthares, d’unguentaria, des fragments de lampes, de pesons, de figurines, des monnaies, quelques tessons et outils préhistoriques et des stèles funéraires d’époque archaïque (entières et fragmentaires), remployées dans les murs de la citerne des bains romains. Après l’abandon de la nécropole, le site a été inclus dans la zone d’extension de la ville. À Tabakaria (terrain Stavrianou), on a retrouvé la suite de la nécropole nord de Mytilène. On signale trois monuments funéraires hellénistiques, 50 sépultures et des citernes avec leurs canalisations d’alimentation. On a découvert des tombes à tuile, à ciste, à fosse, des bûchers, des inhumations, des urnes funéraires et des sépultures en jarres. Les offrandes étaient des unguentaria, des figurines, de la céramique, des objets en métal, des vases en pierre et des bijoux. À l’Est du monument funéraire, on a découvert un niveau de rue antique ainsi qu’une partie de citerne romaine.

Lire la suite
On a dégagé un égout voûté sous la rue Alkaiou. Une partie du réseau d’égouts de la ville de cette époque a été retrouvée sous la rue Ermou (segment entre les rues Agiou Therapontos et Alkaiou, segment entre les rues Alkaiou et Sapphous) ; le radier d’un de ces égouts était composé du sol d’un « quai » antique. Sous un autre segment de la même rue (entre l’angle de la rue Dikeli et la rue Naumachias Ellis), des égouts, des tombes et des puits d’époque ottomane ont été retrouvés. Dans la région d’Epano Skala (rue Naumachias Ellis, segment entre rue Mikras Asias et Lesvonaktos), on a retrouvé une partie d’un cimetière, des égouts et des vestiges d’habitat, tous datant de l’époque ottomane.   On a fouillé au Yeni Camii pour vérifier ses fondations, qui atteignent une profondeur de 7 m. La fouilles des installations du réseau de traitement des eaux usées a révélé des vestiges ottomans comprenant des murs de maisons, des égouts, des tombes et des espaces dallés. Deux égouts et une partie d’un portique souterrain voûté (rue Mikras Asias) étaient en rapport avec la forteresse Orta Kapou. Des fouilles lors des travaux de restaurationde l’église du Taxiarque Myritzos à Ano Chalikas ont conduit à la découverte d’un cimetière au Nord de l’église. Cinq sépultures ont été fouillées et ont livré des traces de torture probable des défunts.

Lire la suite
À l’angle de la 73e route nationale Mytilène – Thermi et de la rue vers le village Moria, on a découvert quatre tombes, dont une à ciste et les autres à fosse, et un segment de la rue qui traverse le cimetière. Très peu de matériel y était associé, principalement des objets en métal (strygiles). En face des installations EYP, on a découvert sept tombes à ciste, appartenant à la nécropole Nord. Elles avaient toutes été pillées, mais on a recueilli dans les remblais, des feuilles en or appartenant à une couronne, ainsi que des strygiles en fer.

Lire la suite
Fouille de sauvetage à Pérama, région Chalatses (terrain Vousvouni). Le site a été occupé sans interruption de l’Helladique Récent IIIA1-B2 à la fin de l’époque romaine. On a  dégagé un bâtiment mycénien datant de l’HR IIIA1-A2. Un atelier de production d’amphores du Ier s. av. J.-C. – Ier s. apr. J.-C. s’est installé sur les vestiges mycéniens. On a retrouvé un trésor de 868 monnaies datant du IIIe au Ier s. av. J.-C.

Lire la suite
À Skala (terrain Achliopta), une fouille de sauvetage a conduit à la découverte d’une partie d’un bâtiment datant de la fin de l’époque hellénistique ou de l’époque romaine. Parmi le matériel recueilli, on signale la partie supérieure d’une stèle funéraire représentant un homme debout ainsi qu’une stèle hermaïque.

Lire la suite
Des égouts d’époque romaine ont été retrouvés à Néapoli (rue Agias Meropis, terrain Giannouli) Les égouts étaient peut-être en rapport avec l’approvisionnement en eau ou l’irrigation d’un lieu voisin.

Lire la suite
À Aghios Thomas (rue Zois et Théodoras Empereurs, terrain Delliou), on a découvert une partie d’un bâtiment de la fin de l’époque hellénistique. Un mur retrouvé lors d’une campagne précédente doit être en rapport avec celui-ci (AD 53 (1998), p. 762). La céramique recueillie date du IIIe au Ier s. av. J.-C. Des canalisations ont été trouvées dans ce même secteur (fig. 1).

Lire la suite
Suite et achèvement de la fouille (AD 53 (1998), p. 762) à Aghios Ioannis Théologos (rue Delagrammatika, terrain Golemi – Chadzinikolaou). On a retrouvé 10 tombes (une à tuiles, cinq à ciste, un sarcophage en pierre, trois tombes de type théké), datant du début de l’époque hellénistique au début de l’époque romaine.

Lire la suite
À Vounaki (rue Pachnou, terrain Vagiannou), on a découvert les vestiges d’un mur du troisième quart du Ve s. av. J.-C. Dans le même secteur (angle des rues Kaloudi et Anastasiadi, terrain de la commune de Chios), on a achevé la fouille de 1998 (AD 53 (1998), p. 762-764). On a découvert un bâtiment composé de cinq pièces (fig. 1). Il a été édifié au début de l’époque archaïque et a été occupé jusqu’à la fin de l’époque classique. Parmi les trouvailles, on peut signaler des pesons, des amphores, de la céramique, des moules, une figurine et une pointe de lance.

Lire la suite
À la Forteresse, on a achevé la fouille de 1998, qui avait conduit à la découverte des vestiges d’un édifice paléochrétien. On a également achevé la fouille du terrain Chondrou-Giannari, où l’on a découvert un espace fermé contenant une couche de destruction. La céramique recueillie date du IVe au VIIe s. apr. J.-C.

Lire la suite
1) Nécropole : la fouille de sauvetage s’est poursuivie. On a dégagé 11 tombes à ciste contenant chacune entre un et douze défunts. Les offrandes étaient riches : céramique, sceaux en pierre, en verre ou en faïence, pointes de lances, bijoux en verre et en faïence, anneaux en verre ou en faïence. 2) Agglomération : les vestiges d’un édifice de type mégaron ont été mis au jour.

Lire la suite
À Ano poli, on a poursuivi la fouille du complexe palatial. Une partie d’un bâtiment archaïque, situé au sud de la fontaine archaïque, a été mise au jour. Des pièces appartenant au bâtiment hellénistique à l’atrium ont été fouillées. Le bâtiment est entouré de constructions hydrauliques et intègre des constructions archaïques. Sa construction remonte plus haut que l’époque hellénistique. Entre la fontaine et l’andrôn, une pièce comportant une niche a été découverte. Elle appartient à la phase romaine du bâtiment, qui était peut-être un Nymphée. La fouille entre cette pièce et l’andrôn a conduit à la découverte d’une phase antérieure à l’époque hellénistique. La mosaïque de la pièce date d’un réaménagement du IIe s. av. J.-C., alors que les murs datent du IIIe ou de la fin du IVe s. av. J.-C. On a fouillé un segment du mur de soutènement archaïque, qui est contemporain de la fontaine. Ce mur était en rapport avec l’aqueduc d’Eupalinos et la fontaine. Une pièce hellénistique construite contre le mur archaïque, avec un réaménagement romain, servait peut-être de local de culte (laraire).

Lire la suite
La fouille du terrain Andreadaki, qui se situe à l’emplacement de l’agora de Samos, a été achevée. On a retrouvé un cimetière byzantin, déjà connu par des recherches précédentes. On a fouillé dix tombes de plan rectangulaire irrégulier. On a complété la recherche à l’endroit où l’on avait retrouvé, en 1997, un édifice public. Il s’agit d’un portique, portant l’inscription ΑΝΤΙΠΑΤΡΟΣ, qui le met en rapport avec le général d’Alexandre le Grand. Une construction circulaire découverte en 1997 a été identifiée avec une installation de production de vin ou d’huile. Elle est en rapport avec une petite citerne et se trouve à l’intérieur d’un bâtiment plus ancien. On a également découvert deux égouts et un puits. Parmi le matériel recueilli, on peut signaler des amphores d’époque hellénistique tardive et, surtout, d’époque romaine, de la céramique East Roman Sigillata et des amphores romaines tardives (IVe – VIIe s. apr. J.-C.). Les vestiges de la partie sud du terrain datent de l’époque des Antonins au VIIe s. apr. J.-C. et les vestiges de la partie nord datent de l’époque hellénistique tardive et du début de l’époque impériale.

Lire la suite
Dans le terrain Dimitriadi, on a retrouvé une partie des fondations d’un édifice public du IVe s. av. J.-C. Il s’agit peut-être d’un temple d’Aphrodite. C’est le plus grand édifice découvert à ce jour dans l’agora de Samos. Dans le terrain Menelaou, trois dépôts archaïques creusés dans le rocher ont livré de la céramique et des figurines. Ces dépôts appartiennent au même ensemble que les dépôts découverts dans le terrain du Musée et témoignent de l’existence d’un sanctuaire archaïque, qui n’a pas encore été repéré. Au IIe s. apr. J.-C. une maison luxueuse est édifiée (fig. 1). Elle a des sols en mosaïques avec une représentation de chasse à la panthère (fig. 2). Les derniers vestiges d’une présence humaine appartiennent à une maison du Ve-VIe s. apr. J.-C. Trouvailles : céramique fine et commune d’époque archaïque, romaine et byzantine, figurines archaïques, vases romains en verre, monnaies tardives, fragments de statuettes en marbre, fragments de peintures murales, objets en os et une bague représentant Tychè.

Lire la suite
Les travaux d'approfondissement du port de Pythagoreio se sont poursuivis et les déblais contenaient de nombreuses antiquités. Les trouvailles sont entreposées dans les réserves du Musée de Pythagoreio et proviennent du port de guerre antique. Le port actuel de Pythagoreio est identifié avec l’ancien port de guerre de Samos, qui date de l’époque de Polycrate (530 av. J.-C.). C’est le plus ancien port de guerre connu en Grèce. Des recherches sous-marines ont été exécutées en 1988, 1993 et 1994. Elles ont conduit à la découverte de deux remblais (chôma) et d’une partie du môle. Des travaux d’aménagement sans l’accord du Service archéologique ont conduit à la découverte : a) d’amphores datant de l’époque hellénistique à l’époque byzantine, b) de la céramique commune et de la céramique fine d’époque hellénistique, c) de clous et de têtes de clous, d) de deux pièces de monnaies, e) de deux fragments de figurines, f) de blocs des murs du môle.

Lire la suite
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.