Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

Dernières notices ajoutées par région : Macédoine de l'Est
Thasos. Epigraphy. J. Fournier (EfA) and P. Hamon (EfA/Rouen) report on the publication of a new collection of Thasian  inscriptions of the Cl−Rom periods discovered in excavations in the agora area since 2004. Three unpublished inscriptions are briefly discussed: a new fragment which joins the bottom of the 4th Ct BC Stele of the Agathon, a LHel decree honouring the benefactor Stilbon, and an inscription honouring Agrippa Postumus. The history of epigraphical research and publication on Thasos is reviewed.

Lire la suite
Myrini. K. Peristeri, E. Zografou and Th. Salonikios (ΚΗ' ΕΠΚΑ) report on rescue excavation of part of a PH settlement. Remains are very fragmentary: a 2.1m di. pit produced very little plain pottery, stone tools and shell. 20m from the pit was a LNeo occupation layer (storage and cooking vessels and burnished tableware, stone tools, bone and shell) with a little EBA pottery in the upper part. A posthole to the W contained burnt storage vessel sherds; to the E were shallow pits with stones. A small clay oven was found close by.

Lire la suite
Via Egnatia. G. Karadedos and M. Nikolaidou-Patera (Aristotelian University, Thessaloniki) report on excavation in 2 locations, SE of the Rom arch at Philippoi and at Sravanaki. This revealed the anc. road fabric of the Via Egnatia and kerb stones which indicate that the road was ca. 5m w. At the latter site, remains of later walling was found across the road: S of the road here were found a marble larnax, and a stele depicting a horseman and with the Latin funerary inscription of one Valerius Crescens. 

Lire la suite
Philippoi. E cemetery. M. Nikolaidou, K. Amoiridou and I. Patera (ΙΗ' ΕΠΚΑ) report on rescue excavation conducted in 2006 on the land of V. Lazaridis in Krinides. Construction work initially uncovered an undisturbed Hel cist tomb made of well-cut marble slabs: inside was a large marble ossuary with lid, and the remaining area of the tomb contained 5 pyxides and 5 tear-bottles. Inside the ossuary, the cremated bones must have been wrapped in cloth: 4 gold olive leaves and one trefoil leaf survive, also a lamp and a pyxis. The tomb date is notable in a mostly Rom−ECh cemetery. Subsequent rescue excavation revealed 50 tombs of several periods, but with no evidence of sequence or planning. The majority (38) are Rom (M1st−E2nd Ct AD): almost all are inhumations in cist and tile graves, with 2 cases of primary cremation (tombs 41 and 42). Tile graves (9) contain no goods and are mostly child burials. Cist graves (22) are mostly simple pits with unworked stone covers (there are 2 instances of reused inscribed grave stelae and one of a reused relief pediment also from a stele). The most significant of this group are: tomb 23 (adult male) with 6 bronze coins (4 of Philippoi and 2 of Trajan); tomb 35 (glass ring, bronze coin of Philippoi and a sestertius of Trajan); tomb 45 (bone and bronze jewellery, plate, lamp, 11 bronze coins on the body’s chest − 10 of Philippoi, one of Domitian − and 2 silver denarii of Trajan). Most of the remaining cists have no goods, or at most one or 2 coins or a lamp (including one from the workshop of FORTIS). In tomb 20, a coin of Trajan lay beneath the skeleton’s spine, but the grave also contained a coin of Thessaloniki dating 187−168 BC. In all cases, the head was raised higher than the feet, sometimes using a stone. Other Rom burials include the enchytrismos of a child, and 2 wood and 3 stone-lined cists. Among these cists, only the stone-lined tomb 38 had rich goods, including 11 coins which date the burial to the M1st Ct AD. Tomb 15 held an apparently simultaneous double burial in a large built cist with dressed marble blocks in secondary use, which contained 2 3rd Ct AD glass vessels. All along the S side of this tomb were skeletal remains from an earlier burial pushed aside: this burial had 2 tear-bottles, bronze jewellery and, under the later bodies,gold leaves and sheet, all of the 2nd half of the 2nd Ct BC. Two further Hel tombs were found: one child burial had 3 terracotta figurines, a bg tear-bottle of the 1st half of the 2nd Ct BC and 3 terracotta fruits. The other, tomb 21, was particularly rich. A large marble cist tomb (2.1m x 0.78m) with monolithic sides and a large cover (2.45m x 1.28m x 0.13m) contained the burial of a young girl with a large collection of cosmetic equipment in pottery, silver, bone, bronze and glass. These included bronze implements, a bronze mirror with the depiction of a Nereid, 2 figurines of hermaphrodites, a large collection of jewellery (earrings, rings, diadems, etc.), the gold coin from the mouth of the deceased and rich gold ornament with stone inlay probably from her dress or from a large necklace in 3 tiers. Her dress had gold embroidery in the chest area (a garland and Herakles knot) and gold ornament attached elsewhere too. The finds date to the 1st half of the 2nd Ct BC. In the fill around the earlier graves were an inscribed marble funerary stele, small vessels, lamps, pottery and bronze coins mainly of Rom but also Hel date. It is likely that more Hel burials were destroyed by Rom activity. Among the Hel and Rom graves were 4 pits of which 2 each contained a single vessel (similar sherds were found in the fill between later graves). These date to the LNeo and are currently unique in E Macedonia.

Lire la suite
Lithochori. V. Poulios and D.-D. Mengidis (ΙΗ΄ ΕΠΚΑ) report on rescue excavation for the construction of the Egnatia Odos. The NW part of a large courtyard complex was found, the NE part having been destroyed previously by a rural road. On the SE side was a range of 5 rooms, the central 3 of which had lime-plastered floors: in the central, largest room were probable settings for storage vessels, and in room II next to it, part of an iron bridle and rings. Pottery and coins from the destruction level date the abandonment of this range in the M4th Ct AD, with its construction put at the end of the 1st−E2nd Ct AD. A marble column base in the NE corner of the excavation area likely belonged to a peristyle court. The complex is likely a rural residence, although a link with the neighbouring Via Egnatia is possible. The area NW of the building served as a cemetery from the 5th Ct BC−4th Ct AD, with a gap in use from the 3rd Ct BC−1st Ct AD. From the 2nd Ct AD onwards, it was organized into 2 areas. In 2006, 20 tombs were excavated, containing 14 human burials (of which 5 are cremations), 4 horses and 2 horse plus human. In the earliest burial (tomb 21), the skeleton was laid prone on a bed of stones, oriented SW−NE and covered by a cairn: offerings consisted of a plainware amphoriskos and 2 silver obols of Abdera (ca. 500−425). Two tombs of the 2nd half of the 4th Ct were side by side: in both cases the skeleton was laid on the ground and covered with a cairn, and as offerings one had a local skyphos containing 4 bronze coins of Orthagoreia, and the other a rf palmette, a bg skyphos and sherds of a kantharos, an undecorated lamp and 38 coins of Orthagoreia (23 held in the hands and the others placed in the skyphos). 37m NW of the W corner of the building lay the upper part of a horse-drawn vehicle (probably 2-wheeled) preserving all its attachments in bronze and iron. The upper part of the vehicle was decorated with a bronze relief. The central part of this relief depicted a Doric frieze (4 triglyphs and 3 metopes), with at each end a dolphin and a female head, the entire frieze being supported on 2 Doric columns. Each metope imitates the façade of a Doric naiskos with 2 columns and a pediment or arched roof, and relief depictions of a labour of Herakles (the Cerynaean hind, the Erymantheian boar and the Stymphalian birds). It is not yet clear whether this was a chariot or other form of  vehicle. Slightly after the burial, a SW−NE wall was built, running over its SE corner but causing no disturbance. It marked the SE border of the planned cemetery where the horse burials were made: this was probably a complete enclosure wall, now lost or not located. Four intact horse burials were found in 2006, plus 2 more disturbed examples. The animals were stallions, mature cavalry horses, and, in a few cases, horse trappings were preserved. Two tombs (10 and 15) contained human and horse skeletons. In tomb 10,the horse was buried with full trappings in bronze and iron, with an iron sword on one side and the burial of a 40−50 year-old man on the other (placed prone and parallel to the horse): the man stood ca.1.71m h. and was in robust health with no signs of trauma. In tomb 15, the presence of horse trappings and the arrangement and physical condition of the human, a 30−40 year old male, were similar. Outside the tombs, but in the general area of the vehicle and horse burials, were additional trappings and iron spearheads. Five further human burials were made NW of the enclosure wall: 2 contained coins of the 2nd quarter of the 2nd−1st quarter of the 3rd Ct AD and the 2nd half of the 4th Ct AD (the latest burial yet found), 2 had no offerings and, in general, offerings consisted of a little pottery and, in one case, silver and glass jewellery. In cases where horses were buried singly, it is as yet unclear to which human burial they may belong. A 2nd enclosure wall, built not long after the first, demarcated the 2nd cemetery area which contained only human burials. A large, near-semicircular peribolos was built beside the middle of this wall (internal di. 7.2m); in the centre of the enclosed area was the cremation tomb 3, which was spread out over it. The burial contained an iron chair (okladias), with 4 bronze lion heads and 2 simple bronze hemispheres on the upper terminals of the frame, and a bronze plastic vessel with a bust of Dionysos. Nearby, but outside the burial, were a red slip bowl, a bronze strigil, a handmade miniature vessel and an unknown bronze. Next to this peribolos was a smaller one (internal di. 0.1m) with a marble marker slab at the SE beside a niche for offerings. In the centre was a cremation (tomb 4) with part of a silver bracelet, 3 ivory pins and 3 silver denarii, a silver-plated denarius and 7 bronze coins, the latest of which (issued by a Gr city under Elagabalus) dates the burial to the 1st quarter of the 3rd Ct AD. The 5 burials outside the periboloi are all but one (a child grave) datable by coin evidence to the 3rd quarter of the 2nd Ct AD or the 2th quarter of the 2nd−1st quarter of the 3rd Ct. This part of the cemetery had 3 pits and 5 pithoi for waste. Apart from the 3 Cl and one 4th Ct AD burials, systematic use of the 2 burial areas dates from the L1st or E2nd Ct−1st quarter of the 3rd Ct AD, with the vehicle burial in the 2nd half of the 1st Ct. The cemetery is unlikely to have served the neighbouring house exclusively, but probably belonged to a community identified on a nearby hill. A few Thracian or PH sherds were found scattered across the area, indicating settlement in the vicinity: one Byz coin and a ring were also found. Ot burials were made in the neighbouring plot SW of the excavation area. Kathimerini (12/06/08) reports plans to make the site accessible to visitors, with finds displayed in situ. It quotes the Ephoreia's report of its work in 2007 as stating that a 2nd vehicle has been discovered along with the horses that pulled it, with horse trappings and weapons (spearheads, iron bridles, a sword, etc.) and a small bronze shield at the rear of the horse.

Lire la suite
Maroneia. P. Tritsaroli (ASCSA, Wiener Laboratory) reports on analysis of the human skeletal remains from the  extra-mural cemetery at ECh/Byz Maroneia (theatre area, Kabana region). The sample of 36 individuals included 32 adults of advanced age and 4 children (3 over the age of 4); different nutritional habits were traced according to age and sex. Attention focused on the discovery in tomb 5 (W parados of the theatre) of the cranium of a mature woman (over 30 years of age) which had been artificially deformed, probably by binding: the woman had also suffered multiple fractures of other bones. The tomb itself was archaeologically indistinguishable from the rest, but cranial deformation is not generally attested in Gr lands nor does it fit Ch tradition. The deceased may therefore have retained customs from her homeland − perhaps adding evidence for the arrival of immigrants from the Caucasus or the Balkans (or W Europe) during the migration period (5th Ct AD onwards) as part of the mixed population of this major Byz trading centre.

Lire la suite
Maroneia, Cave of Polyphemos. A. Panti and M. Myteletsis (EPSVE) report on excavation in the 2 main chambers as  part of a programme to prepare the cave for public viewing. Two trenches were opened, revealing the same 4 strata in each. The top level, 1, dates to the L12th−13th Ct AD and contained a large quantity of glazed and plain pottery, plus animal bone (mainly bovine, implying use of the cave as a shelter). Prominent are cups and plates of Zeuxippos ware group II (including some probable local imitations, noting also many cups similar to those produced at Mikro Pisto in Rhodope), also many lamps. Two legible bronze coins among the 9 found are also of this date (one from Thessaloniki of Theodoros I Laskari [1204] and the other an imitation of Alexander III). Two more found outside the cave were a Latin imitation of Manuel Despotis (1204) from Thessaloniki and a Latin imitation of the small Constantinople type A. Level 2, disturbed and with traces of burning, contained LRom amphorae of types 4 and 7 (7th Ct AD), 1st Ct AD terra sigillata, and some EH sherds. Level 3 was very slight, with a little Neo pottery in trench I and EH sherds in both trenches. Beneath a 0.1m lime crust, level 4 (ca. 0.05m thick) produced EBA akin to that of Sitagroi phase IV and a quantity of EH II, paralleled in Sitagroi phases Va and b (typical shapes include the kantharoid cup and prochous), also spindle-whorls and a serpentine axe. Two intrusive bg sherds of LAr kylikes represent the only evidence for use of the cave between EH II and the LRom period. In addition to excavation, a 3D scan of the cave interior is proposed.

Lire la suite
Zoni (Mesimbria). P. Tsatsopoulou (ΙΘ΄ ΕΠΚΑ) reviews the past 3 seasons of work in the territory of Zoni, identifying the main points of defence and discussing the potential identity of sites. W of the valley of Zoni, the valley of Petroton shows evidence of continuous occupation from the PH to the LRom period. This is the only area with a harbour capable of handling external trade. On the W side of the valley, the area of Mikros Elaionas (1,000masl) has traces of anc. settlement covering ca. 2ha (rectangular buildings, roof tiles and Cl and Hel sherds). The site is protected to the W, NW and NE by 3 peaks which have evidence of fortification and sherds of Thracian pottery. Three main routes inland from the coastal plain around Zoni are discussed: a 200m l. stretch of wall ca. 3km from the sea is identified alongside one of them. The plain around mod. Perama and Komaro is defended by 2 peak strongholds, both with traces of fortification and Hel and Thracian sherds. A 3rd peak defends the main route down to Zoni. The easternmost of these 3 peaks has direct visual connection with mod. Makri (anc. Sali), with traces of a PH peribolos. A brief review of finds from Zoni itself emphasizes the importance of the large collection of inscriptions in the Thracian language (2 on stone, plus a collection of 300 graffiti in Gr script on pottery from the Sanctuary of Apollo).

Lire la suite
Une seule opération de terrain a été conduite à Thasos en 2006 aux abords Nord de l’Artémision, en collaboration avec l’éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et l’éphorie des antiquités byzantines de Kavala (A. Muller et Fr. Blondé pour l'EfA). L’objectif du programme, commencé en 2004 selon un rythme bisannuel, est la fouille d'une grande demeure paléochrétienne dont un sondage avait partiellement révélé trois pièces de l’aile Nord dans le terrain Delcos en 1971 et dont la fouille du terrain Valma avait dégagé, de 1979 à 1985, l’ensemble thermal et une partie de l’aile méridionale. La campagne 2006 visait principalement à achever l’exploration de l’aile orientale. À l’exception d’une pièce, cet objectif a été globalement atteint, ce qui permis la réunion, en un ensemble désormais d’un seul tenant, des fouilles anciennes et de la fouille nouvelle. – Aux grandes lignes du plan connues depuis la campagne 2004, on a pu apporter un certain nombre de précisions : –   si l’existence d’un péristyle doit encore demeurer hypothétique, en revanche, on a mis au jour l’angle Nord-Est de ce qui devait être la cour intérieure et donc probablement la limite méridionale de l’aile Nord. –   c’est surtout pour l’aile orientale que l’on dispose de nouveaux éléments : la partie centrale de l’aile est commandée par une très grande pièce (dimensions intérieures : 10,80 x 5,30 m), qui déborde largement du reste de l’aile en empiétant sur l’ancienne rue. La partie orientale de cette pièce est constituée d’une abside outrepassée, inscrite dans un massif de maçonnerie rectangulaire. Elle s’ouvre largement à l’Ouest (± 4 m), vers la cour intérieure. Il s’y ouvre trois fenêtres, respectivement vers le Nord, l’Est et le Sud. Les parallèles suggèrent d’y reconnaître le triklinos. cette salle est bordée au Sud et au Nord de deux ensembles de deux pièces plus modestes, tant dans leurs dimensions que dans leur présentation (sols en terre battue). au-delà de cet ensemble de cinq pièces, les pièces d’angle de l’aile orientale sont de dimensions plus importantes. Des portes larges ouvrent la plupart de ces pièces en direction de la cour d’une part et les font communiquer directement entre elles d’autre part. Les murs sont conservés sur une hauteur de 0,50 m à plus de 2 m de hauteur. – Cet ensemble de pièces a connu au moins deux phases de remaniements : la plus ancienne est représentée par des bouchons de porte et de fenêtre soigneusement maçonnés ; la plus récente par des constructions aux maçonneries grossières et sans liant, là encore pour boucher des portes et une fois pour diviser une grande pièce. –   enfin, de manière plus ponctuelle, dans l’ensemble thermal ajouté au Sud et fouillé en 1979-1985, la fouille à l’intérieur d’une petite construction en fer à cheval a permis de montrer qu’elle a été construite initialement comme baignoire, entièrement plaquée de marbre, avec un écoulement dans l’angle Sud-Ouest. Après la première destruction et la récupération intégrale des placages, la cuve de la baignoire a servi d’abord de dépotoir, avant qu’on y installe, sur des remblais, trois foyers successifs. La stratigraphique confirme les grandes lignes de la chronologie proposée dès 2004 : la construction du bâtiment date de la fin du Ve s. de n.è. ; une première destruction, accompagnée de la récupération intégrale des matériaux de prix (revêtement de marbre des sols et des murs) intervient vers 560-570 ; certaines pièces sont ensuite sommairement réaménagées et l’on observe une réoccupation précaire et partielle des lieux ; le terminus post quem de la destruction finale est fixé à 619.   Quelques trouvailles particulières méritent d’être signalées : pour l’architecture, on signalera en particulier une palmette antéfixe, qui représente l’exemplaire le plus complet d’une série de terres cuites architecturales, deux chapiteaux doriques, complets, dont l’appartenance au portique de façade du monument chorégique du Dionysion doit être vérifiée, et quelques fragments d’une mosaïque de galets recueillis dans la couche de destruction du bâtiment. pour l’épigraphie, outre un fragment de stèle inscrite avec encastrement pour plaque de bronze, on mentionnera un fragment qui complète une inscription honorifique trouvée en 1983 et confirme qu’elle concerne Agrippa Postumus, fils d’Agrippa et fils adoptif d’Auguste, et surtout la partie inférieure de la fameuse « stèle des Braves », qui réglemente les funérailles des citoyens morts au combat et les honneurs qui leur sont rendus ainsi qu’aux membres de leur famille (première moitié du IVe s. av. J.-C.). On citera encore un fragment sculpté qui complète un torse viril trouvé en 1981 et déjà complété par deux autres fragments trouvés en 1984 et 1985, ainsi qu’une vasque d’encensoir en bronze, avec sa chaînette.

Lire la suite
Conformément au rythme bisannuel inauguré pour certains grands chantiers, l’équipe qui avait poursuivi en 2005 la fouille du macellum (fig. 1) a procédé en 2006 à l’étude, à la restauration et à l’enregistrement du matériel. – Une analyse approfondie a été engagée pour certaines catégories d’objets.   1. – La décoration pariétale. – Tous les murs du macellum, aussi bien les murs de façade des pièces qui bordaient la cour que ceux des deux entrées monumentales, présentaient une très riche décoration pariétale en opus sectile, qui a fait l’objet d’une étude détaillée (fig. 2). Cette première analyse a permis d’identifier plusieurs éléments décoratifs, en particulier des moulures d’applique, des plinthes, des pilastres ou des chapiteaux de pilastres, ainsi que les techniques mises en œuvre : de nombreux types de marbres sont employés dans les décors pariétaux du macellum. Les marbres blancs sont majoritairement présents : ils correspondent les plus souvent, mais pas systématiquement, aux éléments de placage les plus grands ; pour les éléments de placage plus petits, il existe une plus grande variété, avec d’assez nombreux éléments de marbre de couleur. L’identification de ces échantillons n’est pas achevée, mais on peut d’ores et déjà conclure qu’une part importante des marbres est d’origine thasienne. Plusieurs marbres d’importation ont également pu être repérés : marbre sombre des carrières de Mytilène, marbres rouges de Chios ou d’Erétrie, marbre vert de Carystos. les outils identifiés grâce aux traces qu’ils ont laissées sur les plaques sont les suivants : la scie non dentelée, le ciseau droit, le ciseau à bout rond et le chemin de fer, qui a laissé une succession de traces rectilignes sur les faces arrière des crustae. Les très faibles différences observées dans le profil des séries décoratives – simples et répétitives : cavet, doucine, listel – démontrent qu’on a employé des gabarits, tels que les tailleurs de pierre en utilisent encore aujourd’hui. afin de fixer les plaques de marbres, les murs étaient préalablement recouverts de différentes couches de mortier de tuileau. Pour les panneaux décoratifs constitués des crustae, le mortier de tuileau était recouvert d’un produit destiné à assurer la liaison des crustae entre elles. Pour les plaquettes les plus longues, on avait également recours à un système de fixation au moyen de pitons métalliques. 2. – Céramique et lampes de terre cuite. – Pour la céramique et les lampes en terre-cuite, priorité a été donnée au matériel découvert dans les couches réputées anciennes. Il semble d’ores et déjà établi que les remblais de construction de ce secteur contiennent des tessons sensiblement plus anciens que la date d’abord proposée pour le premier état du macellum, c’est-à-dire la première moitié du IIIe siècle. Il n’est donc pas exclu qu’un état encore plus ancien ait précédé l’édifice hellénistique.   3. – Les objets en matière dure d’origine animale. – les objets en matière dure d’origine animale ont été recensés : même s’il constitue un petit ensemble (72 objets), ce matériel apporte néanmoins des informations intéressantes, d’ordre chronologique aussi bien que technologique, et permet de soutenir l’hypothèse de la fonction artisanale du quartier aux époques les plus tardives de son occupation (env. IIIe-Ve siècles). La restitution de la chaîne opératoire de la fabrication a pu être proposée pour certaines catégories d’objets : les matières premières employées pour la fabrication de ces objets sont majoritairement de l’os (80% des objets identifiables), mais aussi du bois de cerf, de la coquille et peut-être de l’ivoire. les stigmates présents sur certains artefacts témoignent des techniques de fabrication employées. Le corps des épingles, notamment, présente ainsi des facettes de raclage bien visibles parfois associées à des stigmates d’abrasion ; ces derniers sont également présents sur la tête des épingles tronconiques et, le cas échéant, au niveau de la gorge qui sépare le corps de la tête. La répartition des objets finis par catégories fonctionnelles montre sans surprise un nombre important d’épingles (fig. 3-4). D’autres objets sont au contraire moins courants et leur association dans ce secteur pourrait définir plus précisément sa fonction artisanale. C’est le cas notamment de plusieurs outils qui pourraient être associés au travail du cuir : couteau à délainer ou écouenne de tanneur, aiguilles à chas, poinçons et outils diaphysaires présentant des polis bien marqués. – L’hypothèse ne pourra être vérifiée qu’après étude des objets métalliques et de la faune.   4. – L'analyse architecturale. – L’analyse architecturale, quant à elle, a principalement porté sur l'articulation entre le macellum et la cour aux Cent dalles (fig.1).  

Lire la suite
L’étude du rempart a comporté deux opérations principales : –   dans le secteur de la porte maritime, l’étude d’un ensemble de plus de 160 blocs a permis de retrouver notamment les deux parastades d'une porte d'étage de la tour, l'encadrement d'une fenêtre de tir pour machines de jet, des blocs d'angle, ainsi que plusieurs parpaings, avec leurs scellements. L'un de ces blocs porte une inscription difficilement lisible, mais manifestement en rapport avec la construction de l'ensemble défensif. – On ne pourra sans doute pas restituer la « tour Psathéri » comme cela a été fait pour la porte de Zeus, mais l’on dispose déjà de quelques éléments de réponse sur l'aspect général qu'elle pouvait avoir. –   les marques de carriers : entre autres tâches, a été poursuivie la relecture des marques de carriers ou d'entrepreneurs dans la plaine. Plus de quatre-vingts marques ont été relevées, ce qui marque un progrès considérable au regard des précédents relevés (à titre de comparaison, le manuscrit de R. Martin cite moins d'une vingtaine de marques sur ce même tronçon). La partie consacrée à la description du rempart, à l'interprétation des vestiges décrits et à l'analyse des données stratigraphiques est, quant à elle, pratiquement achevée. Elle doit encore être complétée par les développements sur le système défensif de la porte maritime et les données recueillies depuis 1997-1998, lors des travaux d'assainissement réalisés par la municipalité.

Lire la suite
À Philippes, s’est déroulée la première campagne de la prospection de la plaine de Drama, inscrite dans le contrat quadriennal et réalisée en collaboration avec l’éphorie des antiquités préhistoriques et classiques de Kavala. Ayant pour objectif principal l’étude du parcellaire rural antique autour de la ville de Philippes, elle a associé des archéologues et des spécialistes du paléoenvironnement et a combiné les approches suivantes : relevé GPS de toutes les structures archéologiques connues ou supposées pertinentes, ainsi que des points topographiques remarquables nécessaires à leur référencement. carottages avec prélèvements d'échantillons géologiques pour déterminer l'extension du marais autour de la ville et la paléogéographie des fleuves (Zigakis et Gangites) (fig. 1-2). prospection pédestre et sondages pour identifier certaines traces fossiles observées sur les photographies aériennes : la levée de terre des fortifications de la bataille de Philippes, la via Egnatia et le parcellaire fossile (au Sud-Est de la ville). Les premiers résultats montrent l'intérêt de la méthode pour l'enquête paléogéographique pour les trois secteurs retenus : secteur de l’arc « de Kiemer » : les sources littéraires (Appien), confirmées par les premières recherches archéologiques (Heuzey, Collart), placent dans ce secteur les fortifications républicaines de la bataille de 42 av. J.-C. La ligne en fut préservée dans l’organisation du territoire colonial romain, peut-être pour matérialiser le pomerium : bien qu'elle ait disparu en surface, sa trace est visible sur les anciennes photographies aériennes jusqu'à l’arc dit de Kiemer, situé à peu de distance à l'Ouest de l'intersection des retranchements républicains avec la Via Egnatia. Une série de sondages à la tarière sur les traces fossiles des fortifications repérées par photo-interprétation révèle effectivement une paléo topographie enfouie qui pourrait confirmer l’existence de la levée de terre qui a été préservée par l'importance de l’alluvionnement en ce secteur. – Il faudrait désormais tester l’existence de cette structure sur une plus grande longueur, en adoptant des méthodes d'investigation adaptées. secteur de la Porte du Marais : la question des modalités d'implantation de la ville antique de Philippes, de ses communications avec la zone périurbaine – et plus largement le territoire colonial – dépend largement de l'extension du marais et de ses éventuelles variations pendant l'époque historique. La prospection a montré que le contact entre le marais et la ville fut soumis à des fluctuations dont la complexité est accrue par l’importance des formations alluviales issues de la rivière de Képhalari. Des carottages plus denses permettront d’établir une chrono-stratigraphie précise de ces formations alluviales et palustres. – L'observation du matériel céramique présent en surface a par ailleurs permis de confirmer l'importance à l'époque mésobyzantine de la Porte du Marais, qui sert d'accès au principal quartier encore habité de la ville antique : il suggère l'existence d'un faubourg, dont une prospection géophysique permettrait peut-être de préciser l'ampleur et l'organisation. secteur au Sud du cône de Krénidès : l’extension du marais et du terroir antique au Sud de la ville a constitué l'objet principal du troisième secteur de prospection. Les sondages effectués confirment la complexité du contact entre le cône alluvial et le marais. Les fluctuations du niveau palustre ont pu atteindre plusieurs centaines de mètres. Reconstituer la chronologie de ces fluctuations permettrait d'écrire l'histoire du contact entre le marais, la ville et la zone agricole périurbaine. – Contrairement aux deux secteurs précédents, la prospection pédestre a révélé peu de matériel archéologique; elle a permis d'écarter du champ de l'étude certaines traces visibles sur la documentation photographique aérienne, mais relevant d'opérations contemporaines d'aménagement du territoire et non d'un parcellaire fossile.

Lire la suite
Une mission épigraphique a été organisée en 2006 sur le site de Philippes. Elle visait à poursuivre l’étude des inscriptions du premier volume du Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes, qui comprendra les inscriptions de la colonie romaine de Philippes relatives aux institutions politiques municipales et impériales (au total 250 inscriptions environ, dont la moitié d’inédits). À l’issue de la mission, les lemmes définitifs de l’ensemble des inscriptions de ce premier volume du Corpus ont pu être rédigés. Il sera donc possible dès cet automne de poursuivre les travaux de rédaction des commentaires historiques, déjà achevés pour les inscriptions concernant les magistrats municipaux et les empereurs.

Lire la suite
À Dikili Tash (Grèce du Nord), l’année 2006 a été entièrement consacrée à préparer les publications des programmes de recherche antérieurs : le troisième et dernier volume consacré aux fouilles conduites par Jean Deshayes entre 1961 et 1975 comprendra l’étude de la céramique du Bronze Ancien et du Bronze Récent, ainsi que celle des maquettes et des figurines du Néolithique Moyen au Bronze Récent. Les profils de la céramique ont été mis au net et le travail commencé en 2005 sur les figurines et maquettes néolithiques a été poursuivi. Quatre-vingt-quatre dessins ont été réalisés pour 35 objets traités (figurines anthropomorphes, vases miniatures, maquettes et divers). Vingt figurines anthropomorphes, représentant une soixantaine de vues, sont en cours d’exécution. Pour l’heure, trois catégories d’objets sont entièrement traitées (vases miniatures, maquettes et divers). le premier volume consacré aux recherches dirigées par H. Koukouli-Chryssanthaki et R. Treuil entre 1986 et 1996 concerne l’étude géomorphologique et la carte archéologique de la plaine de Drama. Il fait l’objet d’une coédition entre l’École française d’Athènes et la Société archéologique d’Athènes, qui l’accueille dans la série Bibliothèque de la Société Archéologique. Le travail préparatoire pour le deuxième volume s’est poursuivi en 2006. Il s’agissait principalement de fixer définitivement le schéma stratigraphique du secteur V et de réaliser les plans destinés à la publication.  

Lire la suite
Six pressoirs à vin construits à l’intérieur de champs et à une distance de 200 à 300 mètres les uns des autres ont été découverts, nettoyés et fouillés au lieu-dit Kambos ou Ktsour Pefkar, dans la région de Kastro Limenarion. Ils sont constitués de deux éléments. Un fouloir de plan carré ou rectangulaire, le lenos, constitue le noyau de la structure : il est construit en moellons et mortier, avec des parois revêtues de plaques posées de chant dans le cas des pressoirs I et IV ou simplement doublées d’une épaisse couche de mortier (fig. 1-3). Une construction englobe le fouloir et ménage un espace en avant et en contrebas de ce dernier. Une cavité percée dans le mur du fouloir permettait ainsi de recueillir le liquide. Les quantités de pierres qui recouvraient ces structures témoignent d’une élévation plus importante (les pressoirs sont conservés jusqu’à 1,20 m de hauteur), mais ne permettent pas de rétablir un toit, alors même que les pressoirs devaient être abrités, puisque que le moût y était conservé un certain temps avant d’être transvasé. D’autres structures ont été repérées en relation avec ces pressoirs : des vestiges de constructions, une fosse-dépotoir à l’intérieur de laquelle a été trouvée une monnaie du XIIe s., des murets de séparation entre les champs, des murs de terrasse et une tour de surveillance. On estime que ces structures datent de l’époque byzantine et post-byzantine, puisque la région de Kastro n’a pas livré de vestiges antérieurs au premier quart du XVe s.

Lire la suite
Sur une colline côtière à Karyani, V. Poulios (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2006 une fouille de sauvetage sur le terrain des frères Kourtidi et a mis au jour un trésor de 21 monnaies de bronze et deux sépultures, l’une dans une tombe détruite, qui comportait un gobelet à une anse, l’autre était une inhumation simple avec une lampe portant en relief une tête d’homme barbu et un unguentarium.

Lire la suite
Près de la plage à Karyani, Aik. Papanikolaou (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2006 une fouille de sauvetage sur le champ Paschalia et cie, au Sud du lieu-dit Pithari et a mis au jour les vestiges de plusieurs murs qui définissent une cour, d’après la présence d’un puits, autour de laquelle s’organisent plusieurs pièces attestées par le prolongement de murs au Nord, Nord-Est et Nord-Ouest de la cour. Le mobilier suggère que ce bâtiment date de la fin du VIe-début du Ve s. av. J.-C. Au Nord de ce bâtiment, on a dégagé les vestiges de murs qui attestent une phase d’occupation ultérieure, attestée par une monnaie de bronze d’Amphipolis, de 187-168 av. J.-C.

Lire la suite
Au centre de l’île de Thasos, E. Papadopoulos (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2006 une fouille de sauvetage au lieu-dit Pournari et a mis au jour les vestiges de trois pièces accolées, mais ne communiquant pas entre elles. L’absence de mobilier ne permet pas une datation certaine, mais le peu de céramique recueilli indique probablement l’époque géométrique.

Lire la suite
À Liménas de Thasos, E. Papadopoulos (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2006 une fouille de sauvetage sur le terrain Synodia qui se situe au croisement de la route périphérique de la ville avec la route qui mène à la porte de Zeus et d’Héra. On y a mis au jour de nombreux empierrements, constitués d’une seule couche de pierres, dont la fonction et la datation sont difficiles à déterminer.

Lire la suite
Au Nord de la région minière de Liménaria, E. Papadopoulos (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) rend compte en 2006 de la découverte, au lieu-dit Barout Hanas, d’un gisement de masses et de fragments en silex et de galets. Jusqu’à présent, on pensait que ces matériaux avaient été importés à Thasos. Un sondage a été implanté afin de confirmer la découverte. La fouille qui a atteint une profondeur de 0,30 m n’a pas livré de nouveaux noyaux ou éclats : on a recueilli un petit nombre de galets. Ces découvertes n’ont pas permis de confirmer un site de travail de la pierre, ni d’estimer une datation de ces objets.

Lire la suite
Au Sud-Ouest de Drama, dans le secteur d’Arkadikos, P. Malama (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi en 2006 la fouille du champ 546, sur lequel on avait mis au jour les vestiges d’un habitat préhistorique. Les nouveaux sondages ont livré des zones argileuses, dont certaines portent des traces de feu et s’identifient à des restes de foyers ou de fours, ainsi que des fosses-dépotoirs. Le mobilier recueilli, qui date de la fin du Néolithique Récent ou du début du Bronze Ancien, compte notamment de la céramique grossière et de la céramique décorée d’incisions ou de la céramique peinte (black on red, céramique lustrée) et des lames de silex ou de quartz, des outils en pierre et des figurines.

Lire la suite
Dans la région de Potamoi, P. Malama (XVIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi en 2006 du champ 912, au lieu-dit Kavakia, sur lequel on avait mis au jour les vestiges d’une ferme de l’époque romaine tardive et protobyzantine. Trois nouvelles pièces de l’aile Nord-Est ont été mises au jour, dont l’une a livré un pithos en place et les fragments de trois autres à l’intérieur de la couche de destruction.

Lire la suite
À Abdère, K. Kallintzi (XIXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2006 une fouille de sauvetage sur les propriétés Chatzopoulou (champs 195 et 364) et a mis au jour les vestiges d’une maison, dont on a dégagé un mur, orienté Nord-Ouest/Sud-Est, sur une longueur de 5 m, interrompu à l’Ouest par l’aménagement ultérieur d’une tombe à ciste construite avec des matériaux de remploi provenant de la maison. À l’extrémité orientale de la tombe, orientée Est-Ouest, on a dégagé le début d’un sol pavé, qui correspond probablement à la cour de la maison. Dans le champ voisin (no 195), on a localisé de nombreux blocs et des fragments de seuil appartenant à la maison, ainsi que de la céramique. Ces vestiges appartiennent à un complexe architectural de grandes dimensions (surface estimée à 2000 m2). La tombe n’a pas pu être datée avec précision, mais il semble qu’elle soit chrétienne et qu’elle soit liée à l’habitat byzantin de Polystylon.

Lire la suite
À l’Ouest d’Abdère, K. Kallintzi (XIXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2006 une fouille de sauvetage dans la région de Myrodato, au pied de la colline appelée Galazios Lofos, ou Bos Tepe, sur laquelle cinq tumuli ont été localisés auparavant. On a fouillé au pied de la colline une tombe à fosse orientée Est-Ouest et dont les parois sont revêtues de tuiles plates. Aucun squelette ni mobilier n’y ont été recueillis.

Lire la suite
Au Nord-Est de la commune de Vaphéika, sur la rive Sud de la rivière Kossynthos, K. Kallintzi (XIXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi en 2006, dans le cadre de travaux liés aux inondations du cours d’eau, la fouille du four céramique découvert en 2002. On a dégagé la chambre de chauffe d’un autre four céramique, dont seule la partie avant était conservée ; une couche de cendres était présente au-dessus du sol. Les parois étaient construites en moellons tandis que la surface intérieure des parois était vitrifiée par les températures élevées du four. L’embouchure a été trouvée obturée par deux tuiles courbes. L’utilisation de briques dans l’élévation du four et la monnaie de Constant (347-348 apr. J.-C.) place le fonctionnement de ce four à l’époque romaine tardive. Par ailleurs, on a découvert deux tombes, l’une en pithos, l’autre à fosse, sur la rive Sud de la rivière, qui ont été datées des IIIe-IVe s. apr. J.-C.

Lire la suite
À Komotini, K. Kallintzi et N. Eustratios (XIXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené en 2006 une fouille de sauvetage sur un terrain situé sur la rue Egnatia et ont mis au jour six fragments de futs de colonnes lisses, trois en marbre et trois en poros, dont quatre portaient des inscriptions. Ces fragments datent de l’époque romaine.

Lire la suite
À l’Ouest de Liménas, St. Dadaki (12e éphorie des antiquités byzantines) a poursuivi en 2006 la fouille des basiliques protobyzantines en cours depuis 1995. La fouille à l’intérieur de la Basilique B s’est achevée en 2006 : on a entièrement dégagé le sol en dalles de terre cuite de la nef Nord et de la nef Sud. Dans l’espace du bêma, partiellement occupé par une église plus récente, on a localisé la base de l’Autel, sous l’angle Sud-Est de la petite église et des restes d’un opus sectile en marbre. Par ailleurs on a dégagé les vestiges d’une église antérieure aux basiliques, dont le sol était pavé de mosaïque et qui présentait une orientation légèrement différente, vers le Sud-Est, par rapport à la basilique. De cette église, on a identifié le mur courbe de l’abside.

Lire la suite
À Paliochora, près de Maronée, S. Doukata (12e éphorie des antiquités byzantines) a poursuivi en 2006 la fouille de la basilique protobyzantine et de l’habitat médiobyzantin qui s’est installé au-dessus de ses ruines. La fouille s’est poursuivie dans l’espace du bêma, à l’Ouest de l’abside, où l’on avait mis au jour des sépultures médiobyzantines, installées à l’extrémité de deux rues contemporaines qui suivaient les axes du monument. Des blocs de marbre dispersés plus anciens ont été interprétés comme sémata pour des tombes à fosse ou des tombes plus rudimentaires. En 2006, on a dégagé les sépultures aménagées dans les niveaux inférieurs du sanctuaire : il s’agit de sept tombes à ciste qui sont fondés à un niveau inférieur par rapport au sol de l’église qui a été détruit pour leur aménagement. Au centre du bêma, sous une partie de l’élévation en brique effondrée sur le sol, la fouille a dégagé une petite fosse-dépotoir qui comportait des éléments de décor de la basilique, notamment des fragments de mosaïque, des fragments de fenêtres, une masse de mortier de chaux dans laquelle était pris un ensemble d’objets en ivoire. On compte entre autres deux figures en ronde-bosse en posture de déésis (haut. 0,125 m et 0,10 m), deux plaques fines, représentant une tête masculine à barbe et une tête masculine jeune et imberbe, deux autres plaques fines, et des fragments divers dont deux pieds, des feuilles, une aile d’ange, des boucles de cheveux, des chapiteaux corinthiens. On remarque que les deux pieds représentent des objets de culte païen, probablement liés au Sarapeion de Maronée, dont l’existence est attestée par de nombreuses inscriptions et qui se trouve à l’Est du rempart byzantin, à peu de distance de la basilique fouillée. Ils auraient été conservés dans cette fosse à cause de leur matériau précieux ou comme objet votif (tama), reconvertis conformément à la nouvelle religion. Le reste des objets en ivoire date des Ve-VIe s. et proviennent peut-être d’un atelier de Constantinople. La fouille s’est poursuivie également dans la partie orientale de la nef Sud, mettant au jour l’angle Sud-Est du monument. À 3 m du mur oriental de la nef Sud, on a découvert l’abside d’une petite église médiobyzantine construite sur les ruines de la basilique. De même, un mur médiobyzantin surmontait le stylobate de la nef Sud de la basilique dont il utilisait deux colonnes en remploi dans son élévation. Lors des opérations de restauration de la nef Nord, on a mis au jour de nouvelles parties de pavements de mosaïque.

Lire la suite
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.