Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

Dernières notices ajoutées par région : Thessalie
À Ragazi, dans la commune de Kallithiro, Ch. Karagiannopoulos (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage dans le terrain Papavassiliou (OT 57), à l’emplacement de la nécropole Est de l’antique Kallithéron, mettant au jour 22 sépultures datées de l’époque hellénistique (fig. 1-2), ainsi que les restes possibles d’un segment de rue (galets, fragments céramiques et terre foulée). On a découvert treize larnakès en terre cuite (fig. 3), cinq sarcophages en pierre et quatre tombes à tuiles. Orientées Est-Ouest, ces tombes avaient été dans leur grande majorité profanées ; les restes humains ont été très dégradés en raison des conditions taphonomiques. Une dizaine de ces sépultures ont livré du mobilier : des vases à boire en céramique commune et des unguentaria. Parmi les trouvailles on remarque également une petite hydrie en verre coloré et une perle de collier biconique en or. Grâce à ce matériel, cinq larnakès ont pu être datées entre le premier et le troisième quart du IIIe s. av. J.-C., tandis que trois autres tombes datent du milieu du IIe s. av. J.-C.

Lire la suite
Volos, Episkopi. P. Androudis publishes the architecture and sculptural decoration of the Byz Church of the Dormition. The original (ca. 13th Ct AD) church was probably a variant on the cruciform type: only the E wall survived rebuilding in 1639. The lower of 2 layers of wallpainting may date to the E16th Ct AD. The E and N fronts are richly decorated with anc. Gr and Byz spolia, among them reliefs from the sculptural decoration of the Byz katholikon of the Monastery of St John the Baptist at Portaria.

Lire la suite
Mount Pelion. N.H. Andreasen (Danish Institute) and A. Darlas (EPSVE) report on the 2nd season of the Pelion Cave Project. Work in 2007 was focused S and E of Volos (municipalities of Milies, Artemida, Agria, Portaria, Makrinitsa and Volos), and on the Pelion foothills around Lake Karla (municipality of Karla). The main objective was to conclude the survey on the W part of the mountain. Seventy five localities were surveyed (54 rock shelters, 20 caves and one artificial cave, and some localities surveyed in 2006 revisited. The dense vegetation covering most of Mt Pelion (except the foothills around Lake Karla) leaves many caves and shelters unknown except to some local residents. Thus mod. rubbish and casual visitors do not impact noticeably on the material record left by the original users. There was a general low-level scatter of archaeological material on the surface of one third of the localities examined. Two hundred and eighty artefacts were collected from 24 caves and rockshelters, 5 of which had been visited and searched in 2006. This underlines how visibility can change from one season to another due to alterations in vegetation cover or disturbance of surface sediments. Pottery formed the numerically largest artefact group and was also the most frequently encountered artefact type. Half of the localities have an associated built structure, often a stone wall which confines an area in front of the cave. Some of these walls were very well constructed and reflect significant expenditure of effort.  Direct evidence of repair or modification is rare. Two archaeologists were employed to gather ethnographic and ethno-historical data related to husbandry practices and other cave uses with regard to their cultural and socioeconomic contexts. Semi-structured interviews with local informants as well as informal conversations in the field generated a wealth of information. Varying degrees of ethnographic information were obtained for about one third of the caves and rock shelters located; indeed, some of these features were located exclusively by using the accounts and guidance of informants. The rock outcrops in most of the research area are mainly schists with marble intercalations. Although areas of karstic limestone/marble are likely to hold more caves, we have numerous examples of shelters and caves in areas dominated by schists. Caves from different altitudes up to about 1,000masl (and particularly below 600masl) are well represented. There were not equally detailed site-specific ethnographic data for caves or shelters on the upper part of the mountain from 1,000masl to its highest point at 1,624masl. This arises to some extent from the fact that the environmental carrying capacity drops at altitudes above 1,000masl. Consequently, human activity is more limited than on the lower slopes and there are fewer roads or paths. Our results show that in the vicinity of regularly used areas, localities and travel routes in the landscape nearly all rock shelters and caves have been used. One such example is a small cave on an important, regional trading route into the village of Makrinitsa. Various engravings on the cave wall have religious connotations, but there are also sketches of horses/mules and people dragging or riding these animals. Merchants may have made the carvings during overnight stays before entering or leaving Makrinitsa.

Lire la suite
Kallithea (anc. Peuma). S. Karapanou (ΙΕ' ΕΠΚΑ), M. Haagsma (Canadian Institute in Greece/Alberta) and S. Gouglas report on continuing excavation on the Kastro. Systematic excavation was begun in building 10, a possible domestic structure, and completed in building 5, a small temple near the agora (Fig. 1). Building 10 measures 19.45 x 14.60m. Excavation began in the W part (Fig. 2) in units A, B, C, D and E. The discovery of additional wall foundations caused revision of preliminary interpretations of the internal configuration of rooms and areas. The so-called pastas (unit E) is split into 2 − a room and a possible open area. The W area of the building (units A, B and C) can be divided into 3 or 4 different rooms. The exact location of the main entrance of the house is now clearer. It is not near unit A, directly opening to the street, as originally thought and as is usual in Gr houses, but probably on the E side of the house, thus opening from the courtyard to an alley. This may be a local phenomenon, as there are similar entrances in Hel houses in nearby Pharsala. Much of the superstructure of the house was built from irregular stone blocks. Very large worked limestone blocks, some 2m l., are set on top of smaller irregular foundations. In some areas this upper foundation layer includes spolia. In various rooms the walls were plastered in black, yellow, light blue, white and red. The 2006 test trench in room 2 yielded a lot of plaster, much of which was in situ. In unit A, near the first floor level, plaster mouldings were also found and it is clear that plaster ‘pilasters’ framed the doorways. In area 3, 2 Doric marble capitals were found lying on the first floor level. It is as yet unclear whether these belonged to a peristyle lining the courtyard of the building or whether they were used as original construction material in the walls. In close proximity to them was a large marble block with 3 breast-like protrusions, similar to that found in the entrance of building 5 in 2005. Stones like these occur locally, for example in the courtyard of houses at Pharsala and at Phthiotic Eretria, where they seemed to have functioned as votives in a sanctuary of Apollo. Their significance is unknown. The test trench in room 2 yielded 2 distinct floor levels. The first, at ca 0.4m below the surface, contained roof tiles, architectural fragments and few finds; the floor itself was made of beaten earth. Ca. 0.5m below this level, a 2nd floor consisted of small limestone fragments. The fill above the first floor level yielded many worn tile fragments and very little diagnostic material. A few pieces of combed ware indicate moderate EByz use. On this level were found 2, probably Byz, coins. No floor level could be associated with these finds. The first floor level yielded many finds, some of which were datable. Many sherds of moulded ware were found in a variety of qualities. Some compare well to high-quality moulded bowls produced in Pherae during the 2nd−1st Ct BC: various fragments depicted mythological scenes and had names (Polydeukes) in relief. A large fragment of a glass bowl from unit B suggests a post-2nd Ct date for this floor level. The lowest floor level was only reached in the test pit (2 x 1m) in room 2. The finds were very well datable: a coin of the Thessalian League (M2nd Ct) and a distinct deposit of ashes, an unguentarium, a lamp, a small bowl, bones and astragaloi lying on top of a large roof tile. The  lamp is an EHel type (3rd Ct), while the unguentarium dates to the 1st half of the 2nd Ct.  Apparently this habitation stage ended half way through the 2nd Ct BC. Building 5: excavation of this small temple, begun in 2005, was completed (Fig. 3). The E room (anteroom) has internal dimensions of 4.63m (N−S) x 0.96m (E−W). At least the S part was paved with big slabs (as was at least part of the courtyard in front of its entrance). Excavation in this room reached the natural red soil with gravel which follows the natural N−S inclination. This room produced a bronze coin and 3 iron nails (possibly from the door). The W room of the shrine has internal dimensions of 3.30m (E−W) x 4.62m (N−S) and was entered via a doorway 1.25m w. of which the threshold was in situ. The threshold’s top surface had 2 levels and there are sockets for the doorposts and pivots. In the central and W part of the room were 15 iron nails, a few fragments of clay figurine (possibly a female figurine − Aphrodite to judge from a nude upper leg with part of a himation) and a clay thymiaterion  Perhaps the figurine(s) and the thymiaterion were placed on a wooden shelf on the W wall or on a table. A few fragments of charcoal in this area may come from such an item. There was also evidence of burning in the soil in this part of the room. In the main room were 7 bronze coins, a small shallow dish with black paint, a few sherds of other vases (a lamp included) as well as many roof tile fragments. Both rooms were covered by stone debris from the walls.

Lire la suite
Les vestiges de l’un des deux monastères du Mont des Cellules (όρος των Κελλίων), où vivait une communauté de moines entre le IXe et le XIVe s., sur le site de Monopétra, ont fait l’objet d’une fouille entre 2005 et 2007 (fig. 1). L’église était construite au centre du péribole et comportait une pièce unique de 8,25 x 5,5 m et une abside, avant l’ajout d’un narthex de 5,25 x 5,5 m à l’Ouest. Le naos est couvert d’une voûte en berceau soutenue par deux contreforts, tandis que le type de couverture du narthex n’a pas pu être déterminé. Les élévations extérieures sont rythmées par des arcs aveugles, de même que l’élévation interne du narthex (arcosolium). Sous l’arcosolium Sud a été dégagée une tombe comportant quelques ossements et un petit vase (fig. 2-3). – Les murs sont construits en assises de moellons et de briques et soigneusement jointoyés sur l’extérieur ; ils sont conservés sur une hauteur d’1 à 2 m. À l’intérieur, des traces de peintures murales sont conservées, ainsi que des fragments de marbre appartenant au décor sculpté de l’église (fig. 4-5). Les sols étaient revêtus de plaques de marbre et d’opus sectile. Des constructions annexes et des bâtiments comportant des cellules de moines ont été mis au jour. On signale notamment la fouille de l’édifice Sud-Est, qui a servi à la production de vin (dim. 5,45 x 6,40 m). Les murs du fouloir sont conservés sur une certaine hauteur, son sol était incliné vers le Nord ; en contrebas du fouloir se trouvait une petite structure rectangulaire aux parois revêtues de mortier, servant à recueillir le moût (fig. 6-7). Le monument date approximativement du XIe s. et semble avoir été abandonné au XIIIe s., comme d’autres monastères de la même période dans la région.

Lire la suite
Dans la commune de Néa Anchialos, A. Dina (7e éphorie des antiquités byzantines) a effectué en 2007 des sondages à divers endroits de la ville dans le cadre de travaux de canalisation et d’électricité et a mis au jour : En divers points, un total de 66 tombes de l’époque romaine tardive et protobyzantine (50 tombes à tuile, 7 tombes à ciste et 9 tombes à fosse). Les tombes à tuile contenaient une ou plusieurs sépultures. Une dizaine de segments de murs, une canalisation et deux vestiges de sols.

Lire la suite
Près du village de Néochori, dans la région du lac de Plastira, N. Kyparissi-Apostolika, L. Chatziaggelakis, O. Apostolikas et N. Alexiou (Éphorie de paléontologie et de spéléologie et XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont mené en 2006 et 2007 une fouille à l’endroit où l’on avait auparavant recueilli des outils lithiques et de la céramique monochrome suggérant une occupation de l’époque néolithique. La fouille a révélé une surface dure et brûlée par endroits, composée de terre et d’argile, un foyer de forme triangulaire (0,65 x 0,50 x 0,50 m), ainsi que cinq trous de poteaux alignés (les restes des poteaux carbonisés étaient préservés dans trois des trous). On a recueilli une figurine cylindrique en argile et les parties inférieures de plusieurs autres figurines similaires, des tessons de céramique commune et de pithoi du Néolithique Moyen, des fragments de vases à boire du Néolithique Ancien-Néolithique Moyen, ainsi que des lames, des éclats et des noyaux de silex, des haches, des polissoirs, des grattoirs et des meules. L’analyse C14 des échantillons de charbons de bois a fourni une datation entre le Néolithique Ancien et le Néolithique Moyen (5 999-5763 av. J.-C. / 7948-7712 BP). Il semblerait que ces vestiges appartiennent à une occupation saisonnière liée à la transhumance des troupeaux à l’époque néolithique.

Lire la suite
À l’occasion d’une étude sur la topographie de la ville antique de Pharsale, S. Karapanou (XVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques), rend compte des fouilles de sauvetage qui ont mis au jour des vestiges de la ville antique. Dans le secteur de l’agora, on a mis au jour en 2007, sur la plateia Dimarchiou, la partie Sud d’une base à degrés ou d’un autel, construit en blocs de calcaire gris sur deux assises, ainsi que la surface d’une rue ou du sol d’un espace hypèthre. Quatre bornes ont également été dégagées, dont l’une, située à 0,27 m de la base, était en place.

Lire la suite
Dans la région de Velestino, sur le site du temple de Zeus Thaulios et d’Ennodia à Pherai, P. Arachoviti, A. Doulgeri-Intzesiloglou et M. Tsigara (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont effectué en 2007, dans le cadre d’une valorisation du site, plusieurs sondages qui ont révélé de nouvelles structures : - à l’Ouest des vestiges construits du temple et parallèlement à son axe, on a mis au jour une structure rectangulaire en terre rouge (dim. 10,65 x 1,25 m ; haut. 0,08-0,10 m) qui a été identifiée comme une eschara. Le mobilier qui y a été trouvé, notamment des ossements d’oiseaux et des anneaux en bronze, permet de dater son utilisation de l’époque protogéométrique à l’époque géométrique tardive. - dans la partie Nord du site, à côté de l’entrée, on a mis en évidence sous une couche de pierres et de blocs architecturaux mêlés à des tuiles et à de la céramique appartenant à diverses périodes, les vestiges des fondations d’un petit bâtiment rectangulaire, dont les cloisons intérieures divisent l’espace en trois pièces (dim. 7,40 x 4,40 m ; haut. 0,14-0,20 m). Cet édifice, interprété comme un oikos, est fondé sur des niveaux datés de la fin de l’époque hellénistique et du début de l’époque impériale. - au Nord-Est du temple, là où a été prévue la construction de l’entrée du site, on a dégagé un autre dépotoir du sanctuaire, qui comportait des offrandes datées de la fin de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, ainsi que des offrandes en métal de l’époque géométrique.

Lire la suite
Dans la commune de Kallithiro, Ch. Karagiannopoulos (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage dans le terrain Kanderes (OT 48), situé à proximité de la limite Nord de l’antique Kallithéron, et a mis au jour une couche de galets, petits moellons, cailloux, sable et argile correspondant vraisemblablement à un segment de rue antique (fig. 1).

Lire la suite
Aux environs de Rachoula, au lieu-dit Mavrogia-Xirokambos, Ch. Karagiannopoulos (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 la fouille préventive d’un tumulus, situé dans le champ Dimitrou, mettant vraisemblablement au jour une tombe à tholos datée entre l’époque mycénienne et l’époque géométrique (fig. 1-2). La fouille partielle du tumulus a révélé un segment courbe de mur construit en encorbellement à l’aide de dalles de calcaire (fig. 3) ; des empilages de moellons bruts de calcaire et des couches de gros galets auraient été utilisés respectivement pour étayer cette structure de l’extérieur et pour protéger le tumulus de la corrosion. Ces vestiges suggèrent l’existence d’une tombe à tholos très mal conservée (sa voûte ayant notamment cédé), d’un diamètre intérieur estimé à six mètres et dont l’entrée, précédée d’un dromos, aurait été située vers l’Est/Sud-Est. La faible quantité de céramique recueillie ne permet pas une datation plus précise du monument, mais la grande taille de ce dernier favoriserait plutôt l’hypothèse mycénienne.

Lire la suite
Au lieu-dit Triphyllia, près de la commune de Loutro et dans le domaine de la nécropole Nord-Est de l’antique Orthé, Ch. Karagiannopoulos (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage dans le champ Themistokli, mettant au jour une tombe à ciste d’époque classique ou hellénistique. Orientée Est-Ouest, la sépulture était construite à l’aide de quatre grandes dalles monolithiques taillées de calcaire, bien raccordées entre elles pour former les côtés, une cinquième, plus sommairement travaillée, formant la couverture. Mis à part quelques restes du défunt, qui y avait été déposé en position allongée avec la tête à l’Est, la tombe, datée autour du IVe s. av. J.-C. et vraisemblablement profanée, n’a pas livré de mobilier.

Lire la suite
Au lieu-dit Oikopéda, près de la commune de Kédros et dans le domaine de la nécropole Nord-Est de l’antique Orthé, Ch. Karagiannopoulos (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage dans le champ Papageorgiou, mettant au jour une tombe à ciste d’époque romaine. Orientée Est-Ouest, la sépulture était construite à l’aide de quatre fines dalles monolithiques de calcaire, sommairement taillées, pour les côtés et d’une cinquième pour la couverture ; le sol était pavé de plus petites dalles de calcaire et d’autres pierres plates. Outre les restes du défunt, qui y avait été déposé en position allongée avec la tête à l’Est, la tombe, datée entre le Ier s. av. J.-C. et le Ier s. apr. J.-C., a livré des unguentaria en terre cuite et en verre et d’autres vases en verre.

Lire la suite
À côté de la commune de Mavronéria, à l’emplacement de la source d’eau du même nom, Ch. Karagiannopoulos (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) rapporte la découverte, lors de travaux de nettoyage menés en 2007, de murs en moellons bruts recouverts d’enduit hydraulique. Il pourrait s’agir de structures liées à exploitation de l’eau de la source en relation avec l’installation fortifiée qui est située vers le Nord/Nord-Ouest.

Lire la suite
Sur la magoula d’Aghios Vissarion, également connue sous le nom de Megalo Pazaraki, M. Vaïopoulou (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage qui a révélé des vestiges d’installations du Néolithique Moyen et des périodes hellénistique et ottomane, ainsi que six sépultures dont cinq d’époque ottomane. L’emplacement de la magoula était déjà connu par des fouilles plus anciennes, qui avaient révélé la présence de vestiges de bâtiments d’époque ottomane (bains, téménos). La nouvelle fouille, qui n’a pas pu être achevée, a consisté en huit sondages implantés dans trois secteurs du monticule. Les niveaux d’occupation néolithique comportent des sols en argile, des trous de poteaux, des briques ainsi que des traces de feu. On y a recueilli de la céramique (dont des exemples caractéristiques du Néolithique Moyen), des outils et quelques figurines. Par ailleurs, plusieurs murs de fondations de bâtiments hellénistiques ont été repérés. Quant aux vestiges d’époque Ottomane, on a dégagé des murs appartenant au téménos, trois fosses ainsi qu’une structure en demi-cercle contenant du matériel (tuiles, tessons, verre, objets métalliques) et cinq tombes sans mobilier, appartenant vraisemblablement à un cimetière relié au téménos. Une autre sépulture, recouverte d’une tuile décorée, appartenant à un enfant et également sans mobilier, a été découverte dans un secteur différent.

Lire la suite
Au lieu-dit Kotronolakès, près de la commune de Mascholouri et dans le domaine de la nécropole de l’antique Kiérion, M. Vaïopoulou (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage dans le champ Sméti et a mis au jour deux tombes à ciste, dont l’une date de l’époque hellénistique. Les sépultures étaient construites en grandes dalles de calcaire ou de pierre locale. L’une d’entre elles, très détruite, a livré de la céramique d’époque hellénistique ; l’autre, mieux conservée, contenait les restes du défunt déposé avec la tête à l’Est et, près de celle-ci, une lame de fer et une masse de fer très corrodée.

Lire la suite
Au Nord-Est de la commune de Platanos, K. Mantzana (19e éphorie des antiquités byzantines) a poursuivi en 2007 la fouille autour des deux basiliques protobyzantines découvertes auparavant au lieu-dit Ovriasa, sur le champ Yphanti (fig. 1). Ces nouvelles recherches ont mis au jour les vestiges d’espaces de service, construits en moellons bruts et dont le plus grand, vers l’Ouest, comportait un sol en argile portant des traces d’une décoration. Des éléments architecturaux, dont une colonne et un chapiteau, ont été recueillis.

Lire la suite
Sur le site d’Imvrou Pigadi, A. Kyparissi-Apostolika (Éphorie de paléoanthropologie et de spéléologie en Grèce du Sud) a poursuivi en 2007 la fouille de l’habitat du Néolithique Moyen. À la suite de la fouille des secteurs 1 et 2 (années 2002-2006), il a été décidé d’ouvrir un nouveau secteur (secteur 3, dim. 5x5 m) dans la magoula, au Nord-Ouest du secteur 1, afin de rechercher des vestiges architecturaux, en pierres ou en brique crue, analogues à ceux connus dans le secteur 1. Dans le secteur 3, la surface de briques, apparue à 0,52-0,64 m de profondeur, couvrait l’ensemble du secteur et devait représenter le toit effondré, comme c’était le cas dans le secteur 1. Plus bas (prof. 1,22-133 m), un fossé rempli de terre (larg. 0,5-0,7 m), orienté SE-NE, divisait le secteur en deux parties, Nord et Sud. Ce fossé a livré des objets en métal d’époque moderne ; l’espace a été utilisé par les Allemands lors de la seconde guerre mondiale. La céramique découverte dans le secteur date du Néolithique Moyen. Elle correspond à la classe A3b et A3a de Wace et Thompson (rouge sur blanc et vice versa), représentée non seulement dans les deux autres secteurs et à la Magoula Koutroulou, mais aussi à la Magoula Tzani et en d’autres sites de Thessalie. En outre, des outils lithiques, des lames de silex et obsidiennes, des ossements et des coquillages, ont été recueillis, et se rapportent à une économie domestique. La fouille s’est arrêtée à 1,6 m de profondeur.

Lire la suite
Dans le cadre de l’aménagement de la grotte de Théopetra et de la mise en place d’une passerelle, A. Kyparissi-Apostolika (Éphorie de paléoanthropologie et de spéléologie en Grèce du Sud) a mené en 2007 une fouille avant l’aménagement du dernier pilier de la passerelle dans la partie Nord-Est de la grotte. Dans le sédiment induré jaunâtre, on a mis au jour une sépulture mésolithique vieille de 7500 ans. Il manque le crâne de l’individu inhumé en position repliée, qui a dû être emporté par de petits animaux, puisqu’un fragment de crâne a été retrouvé auparavant dans le carré voisin sans traces de sépulture.

Lire la suite
Dans le quartier de Néa Ionia, au Nord de Volos, P. Triantaphyllopoulou (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage sur le terrain Katsoupi-Vapheiadou, situé rue Dimokratias, et a mis au jour deux tombes de l’époque géométrique qui appartiennent à une nécropole plus vaste. Il s’agit de deux tombes à ciste, orientées Est-Ouest, contenant une inhumation chacune, avec le crâne déposé vers l’Est. Seule l’une des tombes comportait trois vases déposés à l’extérieur et un peson en argile à l’intérieur.

Lire la suite
Dans le quartier de Néa Ionia, au Nord de Volos, P. Triantaphyllopoulou (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage sur un terrain qui se trouve entre les rues Prousis, Thrakis et Vryoulon et a mis au jour une partie d’une nécropole plus étendue. Sept tombes à ciste ont été dégagées : six sont datées de l’époque mycénienne et une de l’époque classique. Les tombes mycéniennes comportaient des inhumations uniques, en position fléchie, accompagnées de vases en terre cuite. La tombe de l’époque classique comportait une inhumation double et une inhumation plus ancienne ; elles étaient accompagnées de céramique à vernis noir qui date la tombe du IVe s. av. J.-C.

Lire la suite
À Démétrias, A. Batziou-Eustathiou (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2006 une fouille de sauvetage sur le terrain Krikeli, dans le quartier d’Aïvaliotika, rue Athinon-Karaoli et a mis au jour des vestiges de construction de l’époque classique et hellénistique. Un mur orienté Est-Ouest (long. 5 m ; larg. 1 m) appartient à la première phase d’occupation : il est associé à de la céramique à vernis noir qui date du Ve s. av. J.-C. À un niveau supérieur, on a dégagé deux espaces partiellement conservés et dont les murs de la pièce Nord-Ouest ont livré des stucs peints et polychromes, imitant une plinthe de 0,45 m de hauteur, une scotie et les orthostates.

Lire la suite
Dans le quartier Aïvaliotika, au Nord de Démétrias, P. Triantaphyllopoulou (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage sur le terrain Trimi-Lytra, situé rue Lemesou et a mis au jour les vestiges de l’habitat de Démétrias de l’époque romaine et de l’époque hellénistique. Les niveaux supérieurs ont livré les vestiges d’un état romain, constitués d’un segment de rue d’une longueur de 6 m, longée par un caniveau maçonné, orienté Est-Ouest. De part et d’autre de la rue, on a dégagé les vestiges de deux maisons : au Sud, un mur puissant (long. 5,10 m ; larg. 0,85 m), construit en moellons et blocs de remploi, comme notamment un seuil, et au Nord, une pièce (dim. 4 x 4,50 m) dont les murs sont construits en moellons et mortier. Le mobilier associé à ces bâtiments compte de la céramique commune et trois monnaies de bronze. Dans les niveaux inférieurs, on a mis au jour les vestiges d’une maison datée des IIe-Ier s. av. J.-C. dont le mur Nord et le mur Est sont conservés, avec des traces de stucs de couleur jaune, rouge et blanche.

Lire la suite
Dans le quartier Aïvaliotika, au Nord de Démétrias, P. Triantaphyllopoulou (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage sur le terrain « Prooptiki Kataskevastiki AE O. Georgoudi » et a mis au jour les vestiges d’un quartier de Démétrias de l’époque romaine, composé de bains, d’ateliers et de maisons (fig. 1-2). Dans la partie Sud-Ouest du terrain, on a dégagé un grand bâtiment composé de trois pièces : la pièce Sud s’ouvre sur une cour dont le sol est recouvert de dalles de terre cuite, au Nord de cette pièce, les deux autres pièces communiquent entre elles. Au Sud de l’une des pièces Nord, on a dégagé une canalisation qui aboutit à une petite citerne circulaire, tandis qu’au Nord-Est de l’autre pièce, on a mis au jour la margelle d’un puits. Les murs sont de construction soigneuse et étaient stuqués, comme l’indiquent les lambeaux de stucs de couleur rouge, blanc, jaune présents dans les niveaux de destruction. L’aménagement intérieur des pièces et le mobilier (clous en fer et en bronze, lamelles, masses de fer, vases en verre, les monnaies de bronze du Koinon des Magnésiens et du Koinon des Thessaliens et la céramique commune) identifient ce bâtiment à une installation artisanale du milieu du IIIe s. apr. J.-C. Au Nord/Nord-Est de ce bâtiment, on a dégagé un segment de rue parcourue par un égout maçonné.  Elle est longée d’un portique et de pièces appartenant à des bains (fig. 3). Deux citernes étaient installées de part et d’autre de ces pièces. On a fouillé deux pièces appartenant aux bains : le caldarium, précédé d’un praefurnium au milieu de son côté Sud, et le tepidarium, précédé à l’Ouest d’un petit espace ouvert vers l’Ouest – probablement un vestiaire. Le mur Sud du tepidarium formait une niche, dont les parois intérieures étaient plaquées de marbre et dans laquelle était installée une baignoire. Une deuxième baignoire a été mise au jour contre le mur Nord-Est du caldarium : ses parois étaient revêtues de mortier hydraulique. Dans une phase ultérieure, un espace orthogonal a été construit au Sud des pièces chaudes. Sa fonction n’a pas été déterminée, mais on y a trouvé un fragment de stèle inscrite à relief : elle comporte une dédicace à la Mère des Dieux et une représentation d’une oreille (fig. 4). Au Nord-Est et au Sud-Ouest des bains, on a dégagé deux puits de plan carré dont l’un comportait très peu de mobilier daté de l’époque romaine. Immédiatement au Sud des bains, on a dégagé un segment de rue orientée Ouest-Est, probablement bordée d’un portique. Sous les niveaux de circulation de la rue, on a mis au jour des segments de canalisation d’approvisionnement en eau des bains, ainsi qu’un segment d’égout maçonné et des égouts secondaires qui s’y déversaient. Une pièce carrée de construction soignée et aux parois internes ornées de placages de marbre et de stucs blancs et rouge a été mise au jour au Sud de la rue : la présence de canalisations et d’égouts suggère une relation avec les bains. Au Sud-Est du terrain, on a dégagé un bâtiment à deux pièces qui semble indépendant des autres constructions. La pièce Nord est équipée d’un petit foyer maçonné. Dans l’angle Sud-Ouest de la pièce Sud, on a fouillé une tombe à tuile d’enfant. À l’extérieur du bâtiment et au Sud, était conservé un sol en argile compact et un segment d’égout orienté Est-Ouest. Le mobilier recueilli sur l’ensemble du terrain comprend de la céramique commune de l’époque romaine, ainsi que des lampes, des aiguilles et des épingles en os, des petits objets en bronze, des monnaies et des fragments de vases en verre. Il permet de constater une occupation de l’espace en continu entre le IIe et le IVe s. apr. J.-C. Sous les constructions de l’époque romaine, on a également dégagé des éléments d’une phase hellénistique (IIe-Ier s. av. J.-C.).

Lire la suite
À Thèbes de Phthiotide, St. Alexandrou (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage sur trois propriétés agricoles (les champs Tzaerli, Koumarianou et Zoti), dans le cadre de travaux de canalisation, et a mis au jour 27 nouvelles tombes appartenant à la nécropole Sud de la ville antique. Les tombes (13 tombes à fosse, 10 tombes à ciste, 3 tombes à tuile et un larnax) sont toutes orientées Est-Ouest et leur datation s’échelonne entre le début du Ve s. et le milieu du IIIe s. av. J.-C.

Lire la suite
Dans la région du lac de Karla, K. Almatzi (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage au lieu-dit Penintaria, sur la propriété agricole Sesklioti, qui fait partie du site archéologique Ovria, connu pour un habitat préhistorique et un habitat antique, et a mis au jour deux tombes à fosse et un empierrement. Les tombes sont datées toutes les deux du VIIIe s. et contiennent les inhumations d’enfants, ainsi que de la céramique. Elles ont été aménagées dans une couche de sédiments argileux riche en tessons de céramique façonnée à la main, probablement datée du Bronze Moyen. Au Sud de ces tombes, on a dégagé un empierrement (long. 4 m ; larg. 1,40 m) orienté Est-Ouest. On a recueilli de la céramique tournée de l’époque archaïque, classique, hellénistique et romaine dans une couche de sédiments qui recouvrait un ensemble de dalles de couverture, qui indique la présence d’une nécropole sur la partie orientale du champ.

Lire la suite
Près de Koropi, St. Alexandrou (XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques), dans le cadre de travaux de canalisations, a mené en 2006 et en 2007 une fouille de sauvetage au lieu-dit Platanorema, qui se trouve à l’Est du sanctuaire d’Apollon Koropaios, et a mis au jour sur 10 sondages, les vestiges de dix segments de murs, dont certains permettent de restituer trois pièces : une qui a pu fonctionner comme atelier et deux appartenant à un même bâtiment. Le mobilier comporte des fragments de grands vases de stockage, de la céramique commune et de la céramique à  vernis noir, ainsi que des clous, une bague en bronze et six monnaies de bronze dont deux sont identifiables (l’une de Philippe V et l’autre du Koinon des Thessaliens).

Lire la suite
Dans la ville de Pharsale, S. Karapanou (XVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage sur le terrain A. et Th. Bekri, situé au no 1 de la rue Apollonos, et a mis au jour les vestiges de deux maisons de l’époque hellénistique, ainsi qu’un segment de rue. L’angle Sud-Ouest de la maison A a été mise au jour : elle est constituée de 4 pièces et d’une cour. Les fondations des murs sont en pierre et l’élévation devait être en brique crue. Les sols étaient en terre, mais dans la cour on a identifié une petite partie d’un dallage plus récent. Dans trois des pièces, se trouvait un foyer en argile. La maison A et la maison B avaient un mur mitoyen, mais seules deux pièces de celle-ci ont été mises au jour. Au Sud des deux maisons, on a dégagé un segment de rue de l’époque hellénistique (long. 24,80 m ; larg. 4,40 m à l’Est et 5,50 m à l’Ouest). Parmi le mobilier, on signale des pesons pyramidaux, des figurines de terre cuite, des fragments de meules ainsi que des monnaies.

Lire la suite
Dans la ville de Pharsale, S. Karapanou (XVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage à l’angle des rues Lamias et Theotokopoulou, aux abords Ouest de la place de la Mairie, secteur présumé du centre monumental antique, et a mis au jour une partie d’une base à degrés monumentale (dim. 1,17 x 1,78 m et hauteur 0,255 m). Autour de la base, on a dégagé les vestiges d’une rue ou d’un sol extérieur en terre, mêlée à des déchets de taille et du gravier notamment, ainsi que deux horoi, dont l’un était debout, l’autre renversé.

Lire la suite
Dans la ville de Pharsale, S. Karapanou (XVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage au no 24 de la rue Kanada et a mis au jour une section souterraine taillée dans la roche, d’une longueur de 47 m, appartenant à l’hydragogue antique. Cette section était orientée Nord-Sud et avait une largeur de 0,44-0,47 m pour une hauteur de 2,80 m. Elle est recouverte par une voûte. Dans sa partie Sud, l’hydragogue présente une bifurcation, l’une poursuit l’orientation principale et est visible sur une longueur de 3 m, l’autre suit une orientation Sud-Ouest/Nord-Est et est visible sur une longueur de 8 m.

Lire la suite
Dans la ville de Pharsale, S. Karapanou (XVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage dans la rue Larissis, à l’entrée de la ville, et a mis au jour un segment du rempart Nord de l’époque hellénistique, construit en blocs taillés de calcaire gris local. Un sondage pour faire apparaître les fondations du rempart a révélé une maçonnerie monumentale en blocs taillés de grès jaunâtre conservée sur une assise et qui correspondrait à la phase classique du rempart.

Lire la suite
Dans la ville de Pharsale, S. Katakouta (XVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille de sauvetage sur le terrain Katsaouni, situé rue Keleustou Mavrogiorgou et a mis au jour trois murs appartenant probablement à un bâtiment public. Les murs ont été conservés au niveau de leurs fondations uniquement et définissent un bâtiment à deux pièces de dimensions 13,70 m x 6,70 au moins. Les niveaux associés à ces vestiges contiennent de la céramique de l’époque classique et hellénistique.

Lire la suite
Dans la ville de Larissa, M. Kontogiannopoulou (7e éphorie des antiquités byzantines) a mené en 2007 une fouille de sauvetage à l’angle des rues Philellinon et Garibaldi, sur le terrain « Olympos AE », et a mis au jour trois murs (long. max. 3,50 m), conservés à une hauteur maximum de 0,80 m et appartenant à un bâtiment de l’époque postbyzantine.

Lire la suite
Dans la vieille ville de Volos, Palaia, A. Dina (7e éphorie des antiquités byzantines) a effectué en 2007 des sondages à divers endroits et a mis au jour des vestiges de l’occupation protobyzantine (segments de murs, sols, canalisations, pithoi, des tombes à ciste et à tuile), ainsi que du mobilier datant de l’époque protobyzantine, byzantine et post-byzantine. Notamment, on a dégagé, dans la rue Sarantaporou, un segment du rempart protobyzantin, ainsi qu’un segment du proteichisma.

Lire la suite
Dans la vieille ville de Volos, Palaia, A. Dina (7e éphorie des antiquités byzantines) a mené en 2007 une fouille de sauvetage sur le terrain Tsopouridi, dans la rue Pheron, et a mis au jour une partie d’une tour de la fortification de Volos en très mauvais état de conservation. Un groupe de tombes à tuile a été dégagé à peu de distance également, mais elles ne comportaient pas de mobilier.

Lire la suite
Dans la vieille ville de Volos, Palaia, A. Dina (7e éphorie des antiquités byzantines) a mené en 2007 une fouille de sauvetage dans le cadre de travaux sur le bâtiment de l’entrepôt des tabacs Papantou et de la création d’un Musée Historique de la ville de Volos. Un sondage dans la partie Sud-Ouest du bâtiment a livré des sépultures de l’époque protobyzantine et médiobyzantine, ainsi qu’un segment d’une longueur de 27 m d’une canalisation d’adduction d’eau, orientée Nord-Sud. Le mobilier recueilli compte un peson, une paire de boucles d’oreilles en bronze, une bague en bronze, trois anneaux en bronze, une monnaie de bronze, un fragment de lampe, une lampe en bronze des VIe-VIIe s. et des tessons de céramique protobyzantine et byzantine.

Lire la suite
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.