Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

Dernières notices ajoutées par région : Grèce centrale
Dans le cadre de travaux sur la route nationale au niveau d’Aghios Konstantinos (Phthiotide), les fouilles de sauvetage ont mis au jour, au lieu-dit Isiomata, les vestiges de la ville antique et de ses nécropoles, ainsi que ceux d’un sanctuaire d’Asclépios dont les indices du culte remontent au VIe s. av. J.-C. et l’organisation architecturale au Ve s. Le sanctuaire est détruit au Ier s. av. J.-C. L’ensemble est constitué de deux corps de bâtiments : le premier est identifié au katagogeion, une salle de repas, le second comporte les bains, l’abaton et l’egkoimitirion. Un petit temple, un autel monumental, une eschara et des fosses, comblées avec les déchets du sanctuaire, s’ajoutent au complexe. Le matériel compte des stèles honorifiques, des statuettes en marbre (fig. 1), des inscriptions, des figurines de bronze et des bijoux représentant des serpents, symbole de la divinité, et de nombreux tessons inscrits au nom d’Asclépios, confirmant son identité.

Lire la suite
Euboian Gulf. G. Koutsouphlakis (Ephoreia of Maritime Antiquities) reports the investigation of six shipwreck sites between Makronisos and the Lavreotiki in 2011-2012 in collaboration with the Hellenic Institute of Marine Archaeology. Four wrecks were around Makronisos at depths of 37-47 metres: one contained amphorae of the 4th century AD from north Africa and Sicily; another Rhodian amphorae of the late 3rd – early 2nd century BC; and a third Italian and Rhodian amphorae from the end of the 2nd century BC. One ship found off the Lavreotiki contained building materials (tiles and bricks) of the 1st – 2nd centuries AD, while another carried Hellenistic amphorae.  

Lire la suite
Thisbe (Kastorion). A. Dunn (BSA/Birmingham) reports on the 2012 study season and palaeo-environmental survey of the Thisbe basin, conducted in collaboration with the 23rd EBA. A complete photographic survey and masonry study was made of all structures recorded around the urban site of Thisbe/Kastorion, and the ancient, multi-period water-management features of the Thisbe basin.  Geoarchaeological fieldwork aimed: to describe key elements of the sedimentary fill of the basin; to improve the reliability of the geochronology for the fill; and to improve understanding of the central waterworks near Thisbe. The sedimentary succession is well exposed in a major quarry (100 x 50m, up to 14m deep) at the south side of the basin. Up to 6m of alluvial floodplain deposits exposed at the base of the sequence are dated at 73+/-6ka BP by Optically Stimulated Luminescence. These are covered by 2-3m of slope deposits (dated at 54+/-4ka BP by OSL) capped by a palaeosoil that may have formed prior to 28ka BP and was still active at the contemporary surface at ca 5400 BP (determined by 14C AMS). This well-developed palaeosoil surface was truncated and buried by slope deposits up to 6m thick. A minor palaeosoil was formed ca 2m below the present surface; archaeological evidence demonstrates that the present surface has been stable since at least 2200 BP. Current fieldwork focused on detailed description of the (palaeo-)soils in the sequence in order to reconstruct palaeo-environmental conditions during soil formation, and on dating the soils to assess the timing of intense local erosion (as evidenced by the rapid burial of the major palaeosoil). Three samples were taken for 14C age-estimation. The visible part of the north-south stone-lined earthwork across the centre of the Thisbe plain is probably Hellenistic. However, sediments exposed in the archaeological trench may indicate that the east flank of this structure was set in a (Mycenaean?) earthwork which could have its base 3-4m below the present floodplain surface. This earthwork was probably rebuilt in the Ottoman period. This structure may have served a double function as a dam-causeway, containing the temporary lake at the west side of the dam, and perhaps helping to irrigate the lands to the east through controlled inundation. The north part of the structure was later used as the base of a major (Frankish-Ottoman?) irrigation channel that supplied the lower lands on either side of the dam. The incised stream directly west of Thisbe contains dam structures built or repaired during the Mycenaean, Archaic-Hellenistic, Middle Byzantine-Frankish, Ottoman and early modern periods. These structures feed the irrigation systems around Thisbe that water the lower slopes of the extensive alluvial fans that extend into the basin. They likely served to divert floodwaters for irrigation, including storage in cisterns. The Alyki saltmarsh was re-sampled for pollen analysis. A ground-penetrating radar survey of part of the basin aimed to distinguish between basin matrix, the earthen phase(s) (probably Bronze Age-Archaic) of one of the ancient water-management features of the basin, and a colluvial fan that is submerging one of these earthworks and the floodplain. Linear features identified on the north side of the basin must be buried sections of the Classical-Hellenistic dam- causeway previously planned with test excavation on the south side. The survey results indicate that its façade is preserved in many places, that it contains sluice gates, and that it adjoins the earthen embankment phase(s) visible at ground level.   

Lire la suite
Lefkandi, Xeropolis.  I.S. Lemos (BSA/Oxford) reports on continuing study of stratigraphy and portable finds.  In Area M, the latest phases in the area of the LH IIIC Megara were restored, with analysis of Late Geometric and Sub-Geometric walls and structures. In the East Sector the latest activity dates to the Late Geometric period, when two pits were cut in the eastern part of the area investigated. Both produced good quality ceramics. Two almost complete SM/EPG vases discovered in the western part of the sector are of types commonly associated with burials (perhaps of a child or infant). This sector was also occupied in Late Helladic IIIC, probably during the later stages. Two houses/structures are assigned to this period: walls 6 and 11 belong to one, and wall 4 to another in the eastern part of the excavated sector. A street (marked by wall 3) may have run east-west to the north of these buildings. White Ware pottery (discovered outside wall 3) again characterises the late phases of LH IIIC at Xeropolis. In Area N, a Late Geometric house partially excavated in the 1960s was further excavated in 2004 in an unsuccessful attempt to locate its north end. Joins between sherds from the two campaigns have now been established, noting especially Deposit A assigned to the desertion of the building. Near-complete vases include an Attic Middle Geometric II triple skyphos, a rare form not otherwise known in domestic contexts (Fig. 4).  In the South West Area of Region I (which is badly eroded and damaged by ploughing), study confirmed the presence of Iron Age structures, noting Early/Middle Protogeometric deposits associated with an apsidal wall and a pit. The quantity of ceramics dated to this period strongly suggests Protogeometric activity in this area, which is significant as the period is poorly represented at Xeropolis.   Pottery studies focused on well-dated deposits containing large quantities of coarse pottery, especially Iron Age utilitarian pottery, cooking ware and pithoi. Several groups were identified on the basis of fabric, surface finish and vessel form. Particular attention was given to parallels in form, fabric and manufacturing techniques from Zagora and sites in neighbouring regions. Study of small finds from Region I focused on stone and metals, with an admix of faience, glass, bone and shell. The most ubiquitous stone items are tools: 140 ground-stone tools were identified, plus 21 querns/working surfaces and 10 working surfaces/supports (the work carried out on these will have involved grinding, pounding and crushing tools).  Specialized tools are less common: 12 examples for polishing/burnishing were recorded, plus six whetstones, two pestles, a heavy hammer, and two possible chopping tools. In addition, there were two fragmentary mortars, 10 pierced weights, and three pierced disc spindle whorls. Thirty-five other stone items include five likely architectural members (perhaps thresholds or sills) and five disc-lids perhaps for vases. Apart from stone burnishers that could have been used in pottery manufacture, the only other stone tools of obvious purpose are moulds for bronze casting. Fragments of an open mould for a dagger and an unknown decorated item, and another perhaps for a spearhead, are noted. Metal working is further indicated by six terracotta crucible fragments, a piece of a large, stemmed crucible, and a hemispherical vessel sherd with a pulled lip for pouring. In some cases small quantities of copper or bronze remain. Six pieces of slag/corroded metal and perhaps ores confirm metal-working in the settlement: further slag refuse was collected via wet-flotation during the excavation. A small piece of a copper (oxhide?) ingot was found in the Megaron area. Pumice may have been used to sharpen and adjust metal items, but none of the three preserved pieces show evidence of use. Fifty metal (bronze, iron and lead) items include anonymous bronze and iron shanks, bronze sheet (one piece possibly with cast decoration), bronze jewellery (pins, rings, and a fibula), and tools (a needle, punch, chisel top and three blades). Lead items comprise four weights and four clamps for repairing pots. Personal ornaments include beads (one terracotta, one faience and three glass) and a reused shell pendant. Bone and antler tools consist only of points.  The human burials found on Xeropolis in the recent excavations were all of babies (five cases) or young children (two cases). Zoo-archaeological study has now covered 12,000 of an estimated 30,000 specimens from Region I. The patterns observed support the initial impressions in the 2011 report. An important exception is the identification of two lion bones (a claw/3rd phalanx and a central tarsal), one of which shows cut marks consistent with disarticulation. The Early Iron Age contexts of these bones are, as yet, difficult to interpret as they come from a large pit and a backfilled robber-trench.   

Lire la suite
À Amarynthos, D. Knoepfler, K. Reber (ESAG) et A. Karapaschalidou (XIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont repris en 2012 la fouille au pied de la colline de Paléoekklisies, sur le terrain Dimitriadis, mettant au jour des vestiges appartenant à plusieurs phases d’occupation (fig. 1-2).   La stoa classique (M20). – Les fondations monumentales (M 20) qui avaient été mises au jour en 2007, et attribuées à une stoa bordant le sanctuaire d’Artémis Amarysia, ont été dégagées en trois nouveaux emplacements, ce qui a permis de les suivre sur une longueur de 20 m. Leurs extrémités Nord-Est et Sud-Ouest n'ont pas été mises au jour, ce qui laisse deviner une construction de plus grande ampleur. Le mur de fondation repéré, large de 1,30 m, est constitué de deux assises de blocs quadrangulaires en conglomérat : la première assise, haute de 0,54 m, est composée de deux rangées de panneresses, tandis que la seconde, haute de 0,42 m, présente une série de boutisses. Aucun mur de retour ni mur parallèle n'a été découvert à l'Ouest, si bien que le mur M20 peut être interprété comme la façade occidentale d'un long édifice, dont la partie interne se développe plus à l'Est dans le terrain Mani. Un bloc de frise dorique (l. 2,60 m ; larg. 0,49 m ; haut. 0,56 m ; fig. 3 ), comprenant une série de trois triglyphes et de trois métopes, a été mis au jour dans la partie méridionale de la fouille. Cet élément d'entablement appartient sans doute, au vu de ses dimensions, à une stoa. Son lieu de découverte, à proximité immédiate de M20, permet d'interpréter ce long mur comme la fondation d'une colonnade de portique (d’autres blocs du même type ont été identifiés dans l’élévation du mur Nord de l’église byzantine de la Panagitsa, à 2km vers l’intérieur des terres ; fig. 4). Le positionnement de ce bloc de frise suggère qu'il ne s'est pas simplement effondré de la stoa, mais qu'il a été retourné ultérieurement, probablement par les chaufourniers à la recherche de pierres. Un fragment de marbre taillé mis au jour dans une couche d'éclats de marbre au-dessus du mur M20 reflète timidement l’aménagement de cet édifice encore très partiellement dégagé. Sur les coupes stratigraphiques faites en travers du mur M20, on note un décalage de positionnement entre les deux assises de fondation. Cette observation avait permis, en 2007, d’étayer l’hypothèse de deux états de construction distincts de l’édifice (l’un durant la seconde moitié du IVe s. av. J.-C., l’autre plus tardivement, après 260 ou après le début du IIe s. av. J.-C.). Les nouvelles sections dégagées en 2012 invitent à nuancer cette interprétation. Elles montrent que ce décalage entre les assises fluctue de manière irrégulière, ce qui n'est pas étonnant pour un mur de fondation enseveli. Il n’est donc plus indispensable, à ce stade des investigations, de supposer un réaménagement à l’époque hellénistique. La céramique mise au jour dans les couches liées aux fondations de M20 est très rare et très mélangée. La majorité des tessons peut être datée du VIe et du Ve siècle av. J.-C. Une datation assurée du portique ne peut cependant pas être fournie dans l'état actuel de nos connaissances.   Le bâtiment archaïque. – À l’Ouest du mur M20, la fouille a mis au jour plusieurs segments d'un grand édifice archaïque (fig. 5). Large d'environ 5,50 m, ce bâtiment a partiellement été dégagé et se prolonge vers le Sud-Ouest dans la stratigraphie. Les trois murs mis au jour (M22, M23 et M24) sont construits en petit appareil de moellons de calcaire et de petites pierres de différente nature, sur deux assises irrégulières. Au Nord, le M22, constituant la façade occidentale de l’édifice, se poursuit sur 1,12 m au-delà du mur de retour M23, formant une ante marquée à son extrémité par deux orthostates de calcaire soigneusement taillées. Un mur d’appareil plus modeste s’appuie contre le côté Sud-Est du mur M24 et s'étend sur 1,60 m, avant d'être interrompu, sans doute par le creusement de la large tranchée de fondation du mur M20. Au Sud de l'angle formé par les murs M24 et M25, une structure en forme de pi composée de trois pierres taillées disposées de champ, dont la fonction reste inconnue, semble reposer sur le même niveau que la seule assise dégagée du mur M25. Une épaisse couche argileuse homogène de couleur brun clair-gris, se retrouvant également en stratigraphie, scelle les murs et pourrait correspondre à l'effondrement de l’éléva­tion en brique crue. Aucun niveau d'occupation n’a pu être observé à l’intérieur du bâtiment. La céramique trouvée en très petite quantité à l’intérieur et à l’extérieur de l'édifice est majoritairement archaïque (VIIe et VIe siècle av. J.-C.) avec un certain nombre de tessons géométriques antérieurs au VIIIe siècle av. J.-C. Cet édifice, dont l’extension vers le Sud-Ouest n’a pas pu être dégagée, présente un plan allongé d'une longueur de 12,50 m au moins, avec un porche d'entrée doté d'un auvent.   Vestiges d’époque géométrique (VIIIe s. av. J.-C.). – Deux sondages ont été effectués au Sud de M23 et au Sud-Ouest de M24 afin d’identifier des états de construction antérieurs au bâtiment archaïque, mais la fouille n’a pas atteint le sol vierge. Dans le premier sondage, deux tronçons de mur (M26 et M27) en petit appareil de pierres irrégulières liées par une argile dure et compacte ont été dégagés. Le mur M26 constitue l'extrémité Sud-Ouest d'un mur qui succède à M27, sur lequel il repose. La céramique découverte dans ces niveaux est antérieure au VIIe siècle av. J.-C. L'un de ces deux murs pourrait éventuellement correspondre au même état de construction que le mur M21 découvert en 2007 dans le sondage II du terrain Mani voisin. Des couches d’argile contenant de nombreux tessons de céramique d’époque géométrique ont été fouillées dans la partie occidentale du sondage III. Au sud du sondage IV, sous le mur M24, est apparue une dalle entourée par une couche sablonneuse pauvre en céramique, qui a livré une figurine en terre cuite d'époque géométrique représentant un personnage assis, les deux bras levés au ciel. La fouille au-dessous de cette dalle n'a pas permis d'en expliquer la fonction.   Vestiges protohistoriques (IIe millénaire av. J.-C.). – Dans ces sondages, aucune construction plus ancienne n’a été découverte. En revanche, on a recueilli du mobilier résiduel daté du IIe millénaire av. J.-C. : des tessons de céramique minyenne, quatorze obsidiennes, ainsi qu’un pied de kylix et une tête de figurine en psi en terre cuite d’époque mycénienne. Ceux-ci incitent à penser que le terrain Dimitriadis était déjà occupé au Bronze Moyen et Récent.   L’identification nouvelle de la stoa, comme la découverte de vestiges d’occupations antérieures du site, fournir aux fouilleurs « un ensemble d’indices pratiquement équivalent à une preuve » de l’identification du sanctuaire d’Artémis Amarysia.

Lire la suite
À Érétrie, T. Theurillat, G. Ackermann, M. Duret, T. Saggini et R. Tettamanti (ESAG) rendent compte de la poursuite de la fouille du terrain Sandoz (Fouille E/600 SW) en 2012, sur lequel on avait mis au jour des thermes de l’époque romaine. On y a mis au jour la façade orientale, l’extension Ouest du caldarium, ainsi que les aires de service au Nord. Les sondages de 2012 ont également permis d’explorer les vestiges bien conservés de maisons classiques-hellénistiques en dehors de l’emprise des thermes. Enfin, les fours à chaux découverts lors des précédentes campagnes ont fait l’objet d’une étude attentive pour comprendre leur relation avec les structures thermales.   Thermes romains (milieu IIe s. – seconde moitié du IIIe s. apr. J.‑C.). –  Le mur de fermeture du vestibule à l’Est a été entièrement dégagé, complétant ainsi le plan de cette cour carrée à portiques qui donnait accès aux pièces balnéaires (fig. 1-2). Les vestiges en sont toutefois très mal conservés et ne permettent guère de se faire une idée de ce qui devait être la façade principale des thermes. Ce constat tient, d’une part, aux importantes perturbations qu’a subies ce secteur et, d’autre part, au mode de construction du mur, dont l’élévation repose par endroits directement sur les blocs de poros de la maison classique-hellénistique, sans fondation propre. On restitue dans l’angle Nord-Est l’entrée principale des thermes, par laquelle on accédait aux bains à travers la galerie Nord du vestibule. L’entrée n’est marquée que par une simple interruption du mur sur une longueur de près de 3 m. Durant la campagne 2011, une salle sur hypocauste divisée en deux espaces communiquant, chacun chauffé par un praefurnium, avait été mise au jour (fig 3. : L et C). La logique du plan incitait à restituer, plus à l’Ouest, un troisième espace quadrangulaire symétrique, selon le type bien attesté du caldarium à trois solia. Les fouilles de 2012 ont toutefois révélé une réalité plus complexe. La pièce sur hypocauste mitoyenne au tepidarium (fig. 3 : T) ne fait pas partie intégrante du caldarium, avec lequel elle communique par une étroite porte. On a donc affaire ici à deux espaces intermédiaires entre les salles froides et chaudes : la première tempérée (le tepidarium), tandis que la seconde est directement chauffée par un praefurnium au Nord et pourrait s’identifier à une étuve chaude ou laconicum (L), selon les usages balnéaires des IIe et IIIe siècles apr. J.-C. Le caldarium est constitué d’une vaste salle quadrangulaire sur hypocauste (25 m2), pourvue d’un bassin au Nord et d’un renfoncement en saillie dans le mur Ouest, l’alveus des thermes. Une chaudière installée sur les piédroits du praefurnium attenant devait alimenter en eau chaude cette cuve peu profonde. Du second aménagement qui flanquait le caldarium à l’Ouest, il ne subsiste que des vestiges très dégradés : quelques pilettes circulaires et rectangulaires, un angle de murs étroits en assises de briques, ainsi que deux gros blocs de conglomérat formant les piédroits d’un praefurnium (p3). On relève l’usage exclusif de matériaux réfractaires pour les murs, au lieu de l’opus mixtum, ainsi que l’étroitesse de ces derniers, impropre à soutenir une élévation importante. La présence d’un canal de chauffe externe, qui devait supporter une chaudière, et l’absence de cheminées encastrées, suggèrent un dispositif identique à celui du solium Nord. Ces éléments autorisent à restituer dans ce renfoncement quadrangulaire ouvert sur le caldarium par une large baie une alcôve au plafond bas muni d’un bassin sur hypocauste à paroi chauffante. Ce dispositif n’a cependant fonctionné qu’un temps, puisque l’alandier du praefurnium (p3) a par la suite été condamné par un bouchon de moellons et de briques. Cette transformation s’ajoute à celles déjà mises en lumière ailleurs dans les bains : réduction de la piscine du frigidarium, refroidissement du tepidarium et aménagement hydraulique dans le laconicum. Les pièces hypocaustéesétaient alimentées par trois praefurnia organisés autour d’une vaste cour de service de 85 m2 (S), aménagée au Nord-Ouest des thermes et desservie par la ruelle Ouest. Cette situation facilitait le déchargement du combustible et l’entretien des foyers sans gêner les usagers des bains dont l’accès se faisait à l’extrême opposé. Cet espace semi-enterré était délimité à l’Est par la paroi du frigidarium, au Nord par un mur bahut et à l’Ouest par les substructures d’une maison hellénistique, dont les imposantes fondations mises à nu servaient de mur de soutènement. Le niveau de circulation en terre battue était sans doute protégé des intempéries par des auvents en matériaux légers, dont il ne reste aucun vestige, mais dont on doit supposer l’existence, suggérée peut-être par la présence d’une canalisation le long du mur Nord de l’aire de service évacuant les eaux de ruissèlement vers l’Est. Le praefurnium alimentant le solium à l’Ouest a été aménagé dans un espace très réduit, dont les deux murs qui en fermait l’accès témoignent de son abandon.   Les fours à chaux. - Plusieurs structures circulaires de combustion avaient été fouillées au Nord des thermes en 2010 et interprétées comme des fours à chaux (fig. 6). De dimensions variables, elles présentent des caractéristiques architecturales identiques : banquette intérieure, paroi et voûte en fragments de terre cuite liés à l’argile, alandier soigné en assises de tuiles ou de pierres pour le plus grand. L’étude de l’abondant mobilier accumulé dans leurs aires de chauffe prouve toutefois que ces fours à chaux ne sauraient être postérieurs à l’établissement thermal. On pense donc que le plus grand d’entre eux a probablement produit la chaux ayant servi à la construction des thermes, avant d’être réutilisé comme puits perdu où étaient évacuées par une canalisation les eaux de pluie provenant des aires de service. La découverte d’agrégats de chaux au fond de petits gobelets en céramique invite par ailleurs à supposer d’autres usages pour la chaux fabriquée dans les plus petits fours exhumés près des thermes.   Maisons classiques-hellénistiques (état 2 : IVe-début du Ier s. av. J.-C.). – Sous les niveaux des thermes romains, le dégagement des vestiges d’habitations des époques classique et hellénistique, dont on peut distinguer deux états de construction, s’est poursuivi (fig. 7). La moitié orientale du terrain Sandoz est occupée par deux maisons : l’une au Nord, dont seul le mur de façade Sud est préservé ; l’autre au Sud, la « maison Est ». La partie occidentale du terrain est occupée par la « maison Ouest ». L’installation ultérieure de fours à chaux et des thermes romains ne permet pas de déterminer précisément le lien entre les deux maisons, mais il semble qu’il s’agisse de deux ensembles bien distincts. Les maisons Est et Ouest sont bordées par la rue Est qui relie le Sebasteion au port, la rue Ouest et la rue Nord. La maison Est présente un plan trapézoïdal formé par le tracé des rues. Elle est accessible sur la rue Est, par une grande porte flanquée de deux bases de piliers (fig. 8 : e). L’entrée donne sur un portique (p), sous lequel différentes structures ont été mises au jour : le fond d’un pithos dans l’angle du couloir étroit formé par l’entrée, un second pithos plus à l’Ouest, ainsi qu’un puits construit en pierres sèches avec une margelle monolithique en calcaire (l. 1,60 m ; larg. 80 m ; haut. 0,16 m ; diamètre de l’ouverture 0,46 m ; profondeur du puits 5, 14 m ; fig. 9), dont l’ouverture était bouchée par un chapiteau dorique en calcaire stuqué. Le remplissage du puits a livré de nombreux fragments de tuiles, d’éléments d’architecture en calcaire stuqué, d’ossements, coquillages et noyaux d’olives et de la céramique de la fin du IIe s.-début du Ier s. av. J.-C. Un sol de galets et deux murets dégagés lors des campagnes précédentes suggèrent que la cour (c) ne se poursuit pas à l’Ouest du puits. Au Sud-Ouest de la cour, une porte donnait accès à deux rangées de pièces au Sud (a et b1-b2). La maison Ouest, qui se trouve sous les fours à chaux et les thermes romains, est composée de quatre ensembles : une petite cour à péristyle (p) contre sa façade occidentale, une grande pièce à l’Ouest (a) et deux pièces de plan carré au Sud-Ouest (b et c). La cour interne du péristyle (fig. 10 : p) présente un sol en mortier avec une légère déclivité vers le Sud-Est. Une rigole est taillée dans le mur méridional pour permettre l’évacuation des eaux de pluie. Dans l'angle Sud-Est du stylobate a été installé un bloc carré qui porte de fines incisions perpendiculaires, lesquelles auraient pu servir au positionnement d’une colonne ou d’un pilastre. L'interprétation de cet espace comme cour à péristyle est de plus confirmée par la présence d'une petite cloison basse en fragments de tuile qui ne pouvait servir de mur porteur. Le sol de la galerie orientale est en terre battue percée par deux petites fosses. À l’Ouest de la cour, une porte permettait d’accéder à une vaste pièce (a) dont les limites Nord, Est et Ouest ne sont pas connues. Cet espace, mesurant au moins 4,50 m sur 5,00 m, a livré un premier sol en mortier très fin et régulier et un second contenant de petits galets et des éclats de taille liés dans un mortier moins fin. Dans l'angle Nord-Est de la pièce a été dégagée une structure circulaire dont il ne reste que le négatif. La présence de cet aménagement, probablement une cuve ou un bassin, suggère une vocation artisanale de cet espace. Les sols sont en partie recouverts par une couche de préparation de mortier grossier et percés par deux fosses. L’ensemble des murs et des sols dégagés (p et a) était recouvert d’une couche de destruction de toiture épaisse de 30 à 40 cm contenant des tuiles dans sa partie inférieure et de la cendre presque pure dans sa partie supérieure. L’abondant mobilier céramique mis au jour permet de situer cette destruction par incendie au début du Ier siècle av. J.-C. Plus au Sud se dessinent deux pièces (b et c). Le mur de façade occidental a livré, au niveau du ressaut de fondation entre les blocs de conglomérat et l’assise de calcaire, deux entailles profondes d'une dizaine de centimètres et longues de 5,25 m (pièce b) et de 4,80 m (pièce c). Ces dernières correspondent à des niveaux de sol et permettent donc de restituer deux pièces en enfilade du Nord au Sud. L'exploration en profondeur de ce secteur a permis de dégager les fondations d'un mur en limite méridionale de la fouille et deux blocs de fondation qui viennent confirmer le plan de ces deux pièces. Les murs de ces deux maisons sont constitués d’une fondation de blocs quadrangulaires en poros et d’un socle composé d’une assise de blocs de calcaire polygonaux avec de petits moellons ajustés en bouchage. Ce type d’appareil soigné peut être daté du IVe siècle av. J.-C. La fouille profonde d’un praefurnium des thermes au Sud-Ouest de la fouille a livré une couche d’éclats de calcaire probablement liés aux travaux de construction de la maison Ouest. Le mobilier céramique de ce niveau peut être situé dans la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C., assurant la datation du chantier avant le début de l’époque hellénistique. Ces maisons sont occupées jusqu’au début du Ier siècle av. J.‑C., comme l’atteste l’abondante céramique découverte dans leurs niveaux de destruction.   Maison classique (état 1, Ve–début du IVe siècle av. J.‑C.). – La fouille des vestiges remontant à la haute époque classique, sous les maisons hellénistiques Est et Ouest s’est poursuivie. Cet état de construction a été presque entièrement détruit par les grandes habitations du IVe siècle et constitue le précieux témoin d'une période d'occupation encore méconnue à Érétrie, et plus particu­lièrement dans les environs du terrain Sandoz. Dans l’angle Sud-Est du vestibule des thermes (V), la fouille des structures mises au jour en 2011 a été poursuivie sur quelques dizaines de centimètres sans livrer de matériel permettant d'en préciser la datation. Un mur supplémentaire marque un retour vers le Sud de M121 et présente le même appareil. Un autre mur de pierres sèches est apparu plus à l’Est lors du dégagement de la fosse d’alandier du grand four à chaux romain. Ce mur semble appartenir au même état de construction que les quelques vestiges dégagés plus à l’Est, mais présente une orientation différente.   Occupation pré-classique. – Les décapages profonds dans l’aire de service des thermes ont mis au jour un alignement de gros blocs de calcaire non équarris, présentant un parement vers le Sud. Conservée sur un peu plus de 2 m de longueur, la structure est détruite par l’alandier des thermes et par une fosse de la basse époque hellénistique, ce qui limite la compréhension de son plan et de sa fonction. Aucun niveau ni matériel associé n’a pu être mis en évidence, mais son mode de construction et son niveau d’implantation dans les sables et graviers invitent à la rattacher à un horizon pré-classique.

Lire la suite
Sur le site du sanctuaire oraculaire d’Apollon d’Abai, en Locride orientale, à l’Est du village moderne de Kalapodi, W. D. Niemeier (DAI) rend compte de la poursuite, en 2012, des recherches sur le temple Sud et ses alentours. Les travaux ont mis au jour des vestiges datés entre l’Âge du Bronze et le début de l’époque classique. La fouille a révélé une nouvelle phase mycénienne sous la cella du temple archaïque Sud, détruit en 480 av. J.-C. par les Perses : dix états du temple Sud sont à présent connus sur une période qui s’échelonne entre la fin du XVe s. av. J-C. et le début du IIe s. apr. J.-C. (fig. 1). Le premier état du temple, identifié pour la première fois cette année (Temple Sud 1 ; fig. 2) avait des fondations en gros blocs de calcaire (mis au jour dans la partie Est sur une longueur de 9 m et une largeur de 4,50 m), incorporés dans la construction des états ultérieurs. On signale un énorme bloc sur le côté oriental, taillé en forme de bouclier en huit (fig. 3). À l’intérieur du temple et du côté Est, les vestiges de deux installations ont été repérés. Deux blocs de calcaire forment probablement la base d’un autel. Plus au Nord se trouve une plateforme en blocs de taille qui a probablement servi de table de sacrifices. Comme l’attestent les nombreux tessons de céramique mycénienne trouvés dans le sol d’argile (fig. 4-5), le temple Sud 1 a été construit à l’HR III A1, c’est-à-dire à la fin du XVe s. av. J.-C. Sa destruction serait survenue, d’après la céramique associée aux couches de destruction, à la fin de l’HR III A2, vers 1300 av. J.-C. Après la destruction du Temple Sud 1, de nombreux objets votifs ont été déposés sur ses ruines : des perles en verre, en faïence, en cristal de roche, en stéatite et en d’autres matériaux, 24 sceaux en stéatite, en verre et en fluorite (fig. 2 pour la localisation et fig. 6). Sur deux sceaux en verre figure une représentation de « génie minoen ». Celui-ci prend la forme d’une divinité-hippopotame égyptienne transformée en démon qui, dans la religion minoenne et mycénienne, occupe une place intermédiaire entre les dieux et les hommes (fig. 7). Le temple Sud 2 a été construit au XIIIe s. av. J.-C. sur les fondations du temple Sud 1 (fig. 8). Contre son mur Sud se trouve un autel en forme de fer à cheval, construit en argile, dont un parallèle est connu au « temple Gamma » de Mycènes. À Mycènes, cette annexe circulaire avec une cavité avait été interprétée par G. Mylonas comme un dispositif pour des libations. Sur le site de Kalapodi, une telle fonction avait déjà été attribuée à un autel en argile muni de trois cavités, fouillé en 2011 à l’Ouest de l’autel dégagé en 2012. Une plateforme faite de petites pierres, partiellement préservée au Nord de l’autel, paraît avoir servi à des sacrifices animaux. C’est ce qu’attestent les mâchoires d’un mouton ou d’une chèvre trouvés à côté de l’autel. On pourrait restituer, sur cette plateforme, une table sacrificielle en bois. Les travaux ont également enrichi la connaissance du temple Sud 4, d’époque protogéométrique (Xe s. av. J.-C.). On a pu en déterminer le plan en 2012. Selon un modèle connu à l’Heroon de Lefkandi, il s’agit d’un édifice à abside (longueur 12 m, largeur de 4,50 m), entouré d’une rangée de poteaux en bois soutenant le toit (fig. 9 : les trous de poteaux figurent en orange), qui constitue peut-être un exemple primitif des portiques des temples grecs. À l’Ouest du temple archaïque Sud, D. Grigoropoulos a mené une recherche sur l’atelier de bronzier. Les travaux ont porté sur la fosse de coulée orientée Nord-Sud mise au jour en 2011, et sur le secteur alentour (fig. 10). Peu après le début des travaux, on a mis au jour, dans la partie Sud-Ouest de la fosse, une nouvelle couche de remblai contenant des coulures et des scories de bronze, ainsi que fragments de moules. Outre les nombreux déchets de l’atelier de bronzier (masses de bronze à moitié fondues), on a retrouvé des éléments en métal ayant servi aux opérations de moulage : on signale notamment deux fragments d’une poignée circulaire  appartenant à un trépied en fer d’un type tardif, qui servait probablement à soutenir un creuset. À l’intérieur de la fosse, on a mis au jour des éléments en argile portant des traces de brûlure, qui ont certainement appartenu à un moule destiné à la production d’artefacts en bronze, selon la technique de la cire perdue. On a également identifié des foyers. Ce dispositif est mis en parallèle avec des éléments découverts sous le bâtiment Z du Céramique et datés vers 475-450 av. J.-C. L’analyse des vestiges suggère qu’un moule d'argile pour une statue en bronze, probablement grandeur nature, aurait été construit dans un premier temps directement sur le fond de la fosse. Une fois l’opération terminée, ce moule aurait été brisé et presque complètement supprimé ou aplani pour laisser place à un nouveau moule. En prévision de ce deuxième processus de coulée, des fragments de moule ont été brisés et placés en revêtement épais contre la paroi Nord de la fosse (probablement pour une meilleure isolation contre la chaleur), tandis que l’espace autour a été remblayé. Après ce processus, les formes et moules ont été brisés et la fosse a été partiellement remblayée avec des déchets de l’atelier et de la terre.

Lire la suite
Sur l’îlot de Mitrou, A. Van de Moortel (ASCSA) et E. Zahou (XIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) rendent compte, en 2012, de la quatrième campagne d’étude du mobilier issu des fouilles du site, daté entre le Néolithique récent et l’époque protogéométrique. Céramique. – Les différentes études ont fourni de nouveaux renseignements sur les phases d’activité du site, sur les pratiques d’importation et de consommation, présentées ici dans un ordre chronologique. L’étude de la céramique néolithique provenant des fouilles et des prospections de surface du secteur au Nord-Est de l’îlot a révélé que la majeure partie du mobilier date de la fin du Néolithique Récent et du Néolithique Final. Cette conclusion rencontre celle qui avait été établie en 2011 pour le secteur Nord-Ouest. L’étude de la céramique mésohelladique a mis en évidence 15 groupes de pâtes, parmi lesquels on distingue 11 pâtes importées. L’étude de la céramique de l’HR I, en rapport avec l’analyse stratigraphique du site, a permis d’aboutir à la distinction – encore hypothétique – de quatre sous-phases d’occupation pour cette période. En ce qui concerne le bâtiment H, l’étude de la céramique a permis de clarifier la datation des phases de construction et de destruction. On a ainsi pu corriger la datation d’un horizon de destruction de ce complexe architectural, d’abord situé à l’HR IIB, mais qui remonterait en fait à l’HR IIA. On a pu identifier également un autre horizon de destruction par le feu à l’HR IIIA:1. Ce résultat suggère pour la première fois que le bâtiment H aurait été occupé au-delà de la phase HR IIB. L’étude des provenances a montré une utilisation accrue de céramique mycénienne à décor lustré à l’HR IIA, accompagnée par une augmentation de la céramique importée d’Égine. L’étude de la répartition spatiale à l’intérieur du bâtiment H a montré qu’un espace contenait de la céramique à caractère rituel, tandis qu’un autre contenait de la vaisselle de banquet ordinaire. L’étude de la céramique HR IIIC a fourni plusieurs informations. Elle a tout d’abord livré une datation plus ferme de la phase la plus ancienne de réoccupation post-palatiale du bâtiment F, désormais située à l’HR IIIC ancien. Elle suggère également que les deux derniers niveaux de circulation de la route 1 datent de cette même phase, et que le dromos de la tombe à chambre 73 était encore ouvert et accessible à cette période. Le HR IIIC apparaît donc comme une phase d’activité importante sur le site de Mitrou. L’étude combinée de la céramique et de la stratigraphie a également pu confirmer la continuité d’occupation du bâtiment F et du bâtiment G de la fin de l’HR IIIC jusqu’au début de l’époque protogéométrique, sans qu’une phase d’occupation submycénienne ait pu être caractérisée en tant que telle. Parmi les vases du milieu du protogéométrique et de la fin du protogéométrique, provenant du bâtiment A, on a pu distinguer 19 groupes de pâtes, dont trois pourraient être locales. On a constaté que la production d’une céramique à pâte micacée, précédemment datée à l’HR IIIC récent et au début du protogéométrique, se poursuivait en réalité jusqu’au milieu du protogéométrique. Restes fauniques et anthropologiques. – L’étude de la distribution spatiale des os humains et animaux, des coquillages recueillis sur divers secteurs de prospection a notamment établi que 15 os humains appartenaient à une sépulture dans une tombe à ciste qui n’avait pas été identifiée dans le secteur Nord-Est. Des fragments de murex ont été recueillis principalement dans le secteur Nord-Ouest : cette donnée confirme la conclusion d’une étude antérieure, qui soutenait que l’industrie de la pourpre avait été associée au bâtiment H à l’Helladique Récent I-II. L’étude des restes fauniques des contextes de l’HA IIB à l’HR IIIC récent a montré la présence d’une majorité d’animaux domestiques, incluant occasionnellement des chevaux et des ânes. Les marques de découpe bouchère sur les os correspondent uniquement à l’utilisation de couteaux métalliques. Parmi les animaux sauvages, on a trouvé une phalange appartenant probablement à un lion, provenant d’un contexte daté de l’HM II. Artisanat. – L’étude du matériel lithique montre que l’obsidienne est le matériau le plus courant pour la fabrication d’outils à l’HA IIB, davantage encore qu’à l’HM II, où le silex est également employé. Ces données indiquent un important développement des échanges maritimes lors de ces phases, comme le suggère également l’augmentation des céramiques importées à l’HM II (en provenance de Keos, Égine, Mélos). L’étude du mobilier issu des prospections permet de signaler la présence de moules, d’une tuyère et de scories qui suggèrent la présence d’un atelier de métallurgie au Nord du bâtiment D. L’étude des bijoux et des autres ornements a révélé l’emploi d’une grande vériété de matériaux : agathe, ambre, os, bronze, electrum, or, fer, pâte de verre, cristal de roche, coquillage, stéatite ou terre cuite. Architecture. – L’étude de 3000 fragments architecturaux, dont la datation s’échelonne de l’HA à l’époque protogéométrique, a permis d’observer plusieurs mutations successives dans la composition des briques, situées respectivement à la transition entre l’HA IIB et l’HA III, à l’HR I et à la transition entre l’HR IIIC et le protogéométrique. Ces changements sont mis en rapport avec d’importantes mutations sociales sur le site de Mitrou, dont la signification demande encore à être étudiée.

Lire la suite
Dans la ville de Thèbes, A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques), P. Kalamara (23e éphorie des antiquités byzantines), K. Daly et S. Larson (Bucknell University) rendent compte de la campagne de fouilles de 2012 sur la colline de l’Isménion, qui a principalement fait apparaître des tombes, datées entre l’époque mycénienne et l’époque byzantine. Au préalable à la fouille, la prospection géophysique entreprise en 2011 s’est poursuivie et a contribué à la cartographie de la nécropole byzantine et des fondations du temple classique d’Apollon Isménios (fig. 1-2). Des sondages ont ensuite été effectués en différents secteurs. Dans le secteur Nord-Ouest de la colline, la tombe à fosse 3, orientée Est-Ouest, de faible profondeur (0,35 m) pourrait appartenir à un ensemble de tombes médio- et tardo-byzantines. Sa paroi Nord est revêtue de mortier. Très peu d’os ont été recueillis et la tombe ne comportait pas de mobilier, ce qui suggère qu’elle pourrait été explorée lors de fouilles anciennes. Un nouveau sondage (10x10 m) implanté contre l’extrémité orientale des fondations du temple du IVe s. av. J.-C. a permis de découvrir un ensemble de tombes (4, 5, 6, 7, 8, 10 ; fig. 3). Les tombes 4 et 5, datées du début de l’époque byzantine, ont été aménagées dans deux fosses profondes de 1 m, orientées Est-Ouest. Il s’agit de sépultures multiples : la première (tombe 4) comporte les os de six adultes, d’un enfant et d’un nourrisson, la seconde (tombe 5) comporte les os de neuf adultes, d’un adolescent et d’un enfant. Le mobilier compte quatre vases dans chaque tombe, des monnaies, des bijoux, des fragments de lampes, ainsi qu’une tuile timbrée (ΘΗΒ ; fig. 4). Au Nord-Ouest, les tombes 6 et 7, sont moins profondes (0,35 m). Leurs parois sont revêtues de mortier par endroit. Ces tombes pourraient être plus tardives que les tombes 4-5 et contemporaines des tombes 1-3, déjà fouillées. On y a toutefois recueilli une monnaie, ainsi qu’un fragment de vase globulaire similaire à ceux trouvés dans les tombes 4-5. Près de l’extrémité orientale des fondations du temple, on a fouillé les tombes 8 et 10, dont l’une apparaît sur les plans des anciennes fouilles du temple par Keramopoullos (tombe 10). Cette tombe avait été perturbée mais comportait encore de nombreux fragments de céramique. La tombe 8, une fosse orientée Est-Ouest, comportait très peu de céramique, une monnaie et des fragments de lampes. L’exploration de ce sondage a également fait connaître d’autres creusements dans la roche, qui témoignent d’une occupation plus ancienne de la colline. On a également découvert du mobilier céramique remarquable, comme un askos attique à figures rouge représentant des sphinx attaqués (fin du Ve s. av. J.-C.) et peut-être attribuable à l’atelier du peintre de Kléophon (fig. 5). Un autre sondage a été implanté à une distance de 20 m au Sud de la plateforme du temple, à un endroit où la prospection géophysique avait révélé des anomalies linéaires. La fouille a mis au jour des murs, des fosses funéraires, ainsi qu’une tombe mycénienne à chambre. La tombe à fosse 9 (prof. 1 m ; fig. 6) a été mise au jour sous un mur postérieur. Elle comportait plusieurs sépultures, ainsi que deux vases, deux monnaies et de nombreux fragments de lampes. D’après la céramique, elle daterait du début de l’époque byzantine, comme les tombes 4-5. Au bas de la colline, à l’Ouest, le bothros tardobyzantin qui avait été mis au jour en 2011 a été exploré davantage. Au Nord de celui-ci, on a dégagé une autre tombe du début de l’époque byzantine (tombe 12 ; fig. 7), qui comportait sept cruchons (fig. 8). La proximité du bothros et de la tombe suggère une certaine élasticité des limites de l’habitat byzantin de Thèbes.

Lire la suite
Au Nord-Est du bassin de Copaïs, M. Lane (ASCSA), en collaboration avec A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2012 une troisième et dernière campagne de prospection géophysique et pédestre, dans le cadre du programme de recherches « AROURA », sur la zone agricole autour de la forteresse HR IIIB de Gla et sur la colline adjacente d’Aghia Marina Pyrgos (fig. 1).   Les résultats de la prospection magnétique ont confirmé l’existence d’un motif réticulé d’anomalies magnétiques négatives – parfois accompagné par des anomalies parallèles positives plus fines – qui s’étend sur plusieurs centaines de mètres à l’intérieur (à l’Est) de la digue du polder de l’Helladique Récent. Ce motif peut être assimilé à un réseau de chemins ou bien à des levées de terre d’une largeur de 2 m, associées par endroit à des canaux. Vu en plan, le motif évoque un système de champs cultivés, séparés par des chemins surélevés et occasionnellement irrigués (fig. 2-3). La relation entre ce motif réticulé d’une part et la digue du polder d’autre part, établie grâce aux anomalies magnétiques détectées les années précédentes, suggère que ce système fut aménagé à l’Helladique Récent, et probablement même à l’HR IIIB, période de construction de la forteresse de Gla. Cette hypothèse est en partie soutenue par la datation radiocarbone d’échantillons de 2011. L’analyse pourrait toutefois indiquer que, dans le détail, le système de culture a été mis en place plusieurs générations avant la construction de la forteresse de Gla elle-même (ca. 1300 av. J.-C.). Les recherches de 2012 ont confirmé par ailleurs que les environs immédiats de Gla sont vides de construction, puisqu’ils ne présentent pas de motif réticulé comme celui mis en évidence autour de la digue du polder, à l’Ouest. Au Nord de la forteresse, on a constaté une limite de champ qui court du canal artificiel du Kephissos-Melas jusqu’à l’escarpement au Nord de Gla (fig. 4-5). Deux anomalies négatives au Sud-Ouest de la porte Sud de Gla peuvent probablement être interprétées comme une chaussée et/ou une levée de terre desservant cette porte (fig. 3).   La prospection pédestre indique un trafic persistent dans le secteur au Sud-Ouest de la forteresse (P), vers l’extrémité Sud de la digue du polder, en direction du Mt Ftélia. La distribution des objets, comme on l’avait constaté au Nord en 2010 (secteur H), peut être liée à des circulations le long de la digue abandonnée du polder à des dates ultérieures. La densité des artefacts recueillis au Nord-Est (secteur L3), à environ deux tiers du chemin entre Gla et AMP et à côté du canal périphérique, est beaucoup moins importante que dans le secteur Sud-Ouest (P1), mais encore deux fois plus dense que dans les champs à l’intérieur du polder près de Gla (secteur E, aux abords Sud-Ouest de la forteresse, par exemple). Cette donnée pourrait correspondre à l’existence d’un trafic le long de la chaussée du canal périphérique.   À Aghia Marina Pyrgos (AMP), le ramassage intensif d’objets de surface a d’abord confirmé la longévité d’occupation de cet habitat et permis d’en détailler les différentes phases, y compris d’un point de vue architectural (fig. 6). On y a notamment trouvé de la céramique datable de l’HM, de l’HR et du protogéométrique ou du géométrique ancien, ainsi que des traces de fabrication et d’utilisation d’outils en chert.

Lire la suite
Dans la ville de Thèbes, V. Aravantinos (Société archéologique et IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2012 une fouille sur le terrain situé aux numéros 27-29 de la rue Antigonis. Dans les niveaux inférieurs du sondage, la fouille a fait connaître le prolongement vers le Sud du complexe palatial mycénien (fig. 1).   On a exploré l’intérieur d’une pièce limitée à l’Est par le mur extérieur du bâtiment auquel appartiennent le « thesaurophylakion » et la « pièce aux pithoi ». La couche de destruction de la pièce, d’une épaisseur d’un mètre, est comparable à celle des pièces au Nord, ainsi qu’à celle de l’« atelier de laine » qui avait été fouillé à l’Ouest. Elle comportait de nombreux tessons de céramique de l’HR IIIB et des masses de bronze et de plomb fondu. Par ailleurs, on a dégagé deux niveaux successifs de sols, reposant chacun sur une couche de mortier. La couche de mortier du sol inférieur comportait de nombreux fragments de revêtement mural en stuc, dont certains portaient des fragments de peintures. L’homogénéité des couches comme de l’épaisseur des murs (1,10 m) indique que les limites extérieures du bâtiment ont été localisées. Parmi les objets recueillis au cours de la campagne, on signale une stèle funéraire archaïque inscrite avec le nom E[.]LEIDAS (fig. 2), un fragment de figurine en terre cuite, une inscription bilingue (latin/grec), le pied d’une phiale en marbre inscrit (ΣΑΡΑΠΙΩΝ ΑΘΗΝΙΩΝΟΣ ΘΕΟΙΣ ΣΑΜΟΘΡΑΞΙΝ) de l’époque romaine (fig. 3) ainsi qu’une bague en fer sertie d’une pierre semi-précieuse rouge, portant l’inscription ΕΥΤΥΧΕΙ ΜΟΙ, probablement datée du début de l’époque byzantine (fig. 4).

Lire la suite
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.