Chronique des fouilles en ligne
Respecter   tous les
  au moins un
critère(s) de recherche    Plus une Moins une Remise à zéro

Dernières notices ajoutées par région : Thessalie
Koutroulou Magoula. Y. Hamilakis (BSA/Southampton) and N. Kyparissi-Apostolika (EPSNE) report on the first season of a new collaborative excavation and archaeological ethnography project centred on this Neolithic settlement. The mound (206m long and 182m wide) rises some 6.6m above the surrounding fields (at 130.7masl). Almost half of it, and especially the west part of the settlement, had been destroyed by modern farming. The topography and extant archaeological remains were surveyed (Fig. 1) with attention to two major structures (Fig. 2) - Building 1 (5.3m long x 4.3m wide in its latest phase) which had at least three habitation phases (Fig. 3), and the rather larger Building 2 (7.2m long x 6.4m wide) situated at the highest point of the settlement. Topographical survey also revealed terracing and possibly retaining walls on the north side of the magoula (particularly significant as farming and dumping of soil has destroyed or obscured most such evidence elsewhere).On the north side, a rise of 2m is met by a flat terrace 8.5m wide and 30m long which could easily have accommodated a series of structures of similar size to Building 1. The principal occupation phase dates to the Middle Neolithic, but traces of later periods include a post-medieval well. Excavation in 2010 aimed to uncover more of Building 2, to investigate the area outside its north, east and south sides, to explore the possibility of earlier building phases, and to provide stratified material from deposits predating the building. Building 2 is a robustly built rectangular structure with elaborately constructed walls and clay floors laid on top of a stone-paved deposit (Fig. 4). It underwent a series of modifications and alterations which will be explored further in future seasons. In contrast to the areas outside the building, the interior was largely empty of finds, and there is no evidence for destruction outside. The south wall of the structure did not survive; that it once existed is shown by a slight turn to the west of the east wall at its southern limit, and by the undamaged south end of the floor foundation which suggests that the floor was deliberately removed. Without clearly identifiable internal features or finds the building’s function cannot be determined. Its size, elaborate construction and probable repairs to the east wall suggest an important and probably long-lived structure, perhaps with ancestral connotations. The clean interior and possible evidence for careful, arguably methodical demolition, suggest deliberate destruction. Similar practices have been discussed for the Neolithic of the Balkans. Deposits excavated on the northeast side of Building 2 mostly predate the building stratigraphically. Numerous finds within them include clay figurines, plain and decorated pottery, chipped and ground stone, animal bones and shell. Notable among the finds from the main, Middle Neolithic, settlement phase are many clay figurines (more than 30 found in 2010, Fig. 5) which, when added to the high numbers collected in previous years, means that Koutroulou Magoula has one of the largest collections of Neolithic figures from stratified contexts in Greece. These were found in a variety of contexts, with no clear association with specific features or other finds. Evidence for later phases of occupation comprises some Bronze Age pottery and a substantial amount of Medieval (Byzantine and Ottoman) pottery and tile in the upper layers, plus a 12th-century Byzantine coin. These are too numerous to be chance finds, and imply Byzantine activity, although the lack of secure context is problematic. A programme of environmental sampling accompanied the excavation, and analysis of samples from previous seasons continued. Soil micromorphology was used to investigate the laying out of floors, and the nature of some clay deposits. Initial assessment of the animal bone assemblage (2001-2010) revealed that among the sub-sample identifiable to species (34%), sheep/goat represented 76%, cattle 13%, pig 10%, and dog 0.8%. This sample derives from a variety of areas and excavation seasons and may be representative of the whole site. Tortoise, hare, roe deer and red deer are also present in smaller quantities. A number of scattered human bones were found mixed with animal bones, possibly indicating the circulation of human bones within the settlement (thus shedding light on little understood Neolithic death-related practices). Several bone tools are the subject of zooarchaeological-technological study. In 2009, 29 soil samples were collected from undisturbed excavation units, with all types of context (floors, pits, postholes, pot contents, hearths, use layers etc.) equally represented. The botanical material corresponds to a variety of species – cereals (einkorn, emmer and barley), legumes (lentil, pea, vetch/vetchling), fruits/nuts (fig, terebinth, elder), herbs and/or various wild flora elements (both edible and inedible). Ethnographic work undertaken in parallel with the excavation combined investigation of local communities with that of their relationship to the material past. The community of Neo Monastiri is of particular interest as that one most closely associated with the site and the research team. Most people in the town are refugees and descendants of refugees from the former Anatoliki Romilia (in modern Bulgaria), who arrived in the 1920s. They hold strongly to their distinctive identity, expressed primarily through language, dance and music, although the archaeological ethnography strand of this project is far wider, taking as its core elements, material culture, and notions of memory and temporality. 

Lire la suite
Les recherches sous-marines en cours dans la région entre Amaliapoli et Nies ont livré à ce jour quatorze épaves et deux habitats submergés, dont l’un remonte au Bronze Moyen (fig. 1). La prospection menée sur ce dernier a mis au jour des tessons de vases, des murs et des tombes à ciste (E. Spondylis, dir.). – Les résultats des 35 dernières années de recherches dans la région ont été présentés lors d’une journée d’étude à Volos, le 11 septembre 2010.

Lire la suite
Les pluies torrentielles ont mis au jour huit tombes d’époque hellénistique (fin du IVe –début du IIIe s. av. J.-C.), sous une route de Gonnoi, en un secteur connu pour être proche de la nécropole antique. Seule une des tombes était intacte, mais sans mobilier ; les autres étaient détruites.

Lire la suite
Une rue dallée d’époque romaine a été découverte dans le centre de Larissa (angle des rues Dimitras et Nikis).

Lire la suite
Découverte, par N. Kyparissi-Apostolika, d’un empierrement barrant partiellement l’entrée de la grotte de Théopétra (fig. 1), près de Kalambaka. Les analyses par luminescence optique, effectuées par l’équipe de N. Zacharias et I. Basiakos du laboratoire d’archéométrie Dimokritos, permettent d’établir un âge approximatif de 23 000 ans (date B.P.). Par ailleurs, l’aménagement du site pour sa visite a été inauguré le 23 octobre.

Lire la suite
Dans la région de Tempi, S. Sdrolia (7e éphorie des antiquités byzantines) a poursuivi en 2010 les fouilles de sauvetage menées dans le cadre de la construction de la route nationale au lieu-dit Chani Kokonas. On a dégagé des segments de murs effondrés qui ont livré un grand nombre de monnaies du IVe s. apr. J.-C. On a également fouillé un four de potier, dont seule la sole est conservée (dim. 1,50 x 1,60 m) au Sud et un grand four à chaux (diam. 3 m ; prof. 2 m) avec une porte au Sud. Par ailleurs on a dégagé un grand édifice rectangulaire protobyzantin (dim. 22 x 7 m), constitué de trois pièces et interprété comme une auberge dont la seconde phase de construction date de la première moitié du IXe s. Sous cet édifice, les niveaux inférieurs ont livré des vestiges de constructions ainsi que d'une nécropople de l'époque hellénistique.

Lire la suite
L’étude synthétique des données issues des fouilles de Dimini et d’autres sites du Néolithique Final à l’Helladique Récent autorise plusieurs observations : Dimini est réoccupé à la fin de l’HM III et l’habitat évoluera ensuite en un important centre mycénien à l’HR III. Les occupants adoptent de nouveaux usages funéraires : une partie des morts sont inhumés au sommet de la colline, sur les ruines du site néolithique, dans des tombes à ciste avec un riche  mobilier; en revanche, d’autres défunts sont inhumés sans mobilier au sein de la zone d’habitat. Ainsi se met en place une différenciation sociale, qui préfigure les coutumes funéraires mycéniennes qui prévaudront plus tard. Parallèlement, certaines maisons de l’HM III possèdent une importante réserve agricole (par exemple, la maison I à Dimini, avec cinq pithoi) : peut-être cette situation économique trouve-t-elle son écho dans les tombes à ciste au riche mobilier du sommet de la colline. cette différenciation dans le traitement des morts à la fin de l’HM III n’est pas observée uniquement à Dimini, mais aussi sur d’autres sites de la côte thessalienne, notamment à Sesklo, à Aïdiniotiki Magoula, à Pyrasos, à Magoula Zérélia, à Phères, à Magoula Bakali, à Pétra (dans la région de Karla) ainsi qu’à Koryphoula (cf. notice 1039) et à Tsingenina ; certains habitats ou certaines nécropoles en usage à l’HM III et début de l’HR n’existent plus à l’HR III (Sesklo, Koryphoula, Tsingenina, Vélanidia) ; en revanche, d’autres sites des mêmes périodes connaissent un développement agricole, une augmentation de la population et, enfin, évoluent en centres administratifs importants, comme c’est le cas de Dimini, de Palia, de Pefkakia et de Phères.

Lire la suite
L’étude de la céramique issue de la fouille du terrain Voultsidi, en 1980, permet d’établir une séquence chronologique pour la céramique facilitant la compréhension des phases transitoires entre l’Helladique Moyen et l’Helladique Récent : les types céramiques mésohelladiques disparaissent progressivement à partir du début de l’HR. En effet, la céramique de type Δ1β (Lianokladi III) cesse d’être produite à l’HR I, probablement dès le début de la période. La céramique grise avec des formes minyennes est rare à la fin de l’HM, puis cesse d’être utilisée. En revanche, la céramique fine gris foncé, probablement minyenne, est produite en petites quantités et continue d’être utilisée jusqu’à l’HR IIB ; les premiers exemples de céramique mycénienne locale non décorée, la plus caractéristique dans les contextes du Bronze Récent en Thessalie, font leur apparition dès la fin de l’HM. La céramique mycénienne décorée importée apparaît au cours de l’HR IIA avec quelques rares exemples, tandis qu’à l’HR IIB, elle apparaît principalement à la place de la céramique décorée de production thessalienne ; la céramique à peinture mate du début du Bronze Récent appartient à plusieurs catégories de productions locales et continue d’être produite jusqu’au début de l’HR IIIA1 au moins. On en conclut que la phase de transition entre l’HM et l’HR semble se poursuivre jusqu’à l’HR I et que le passage de l’HRI à l’HRII n’apparaît pas clairement dans les typologies céramiques. La céramique qui correspond à l’HRIIA continue à l’HR IIB, tandis que celle de l’HR IIB continue probablement au début de l’HR IIIA1.

Lire la suite
Étude de la cargaison d’amphores d’époque romaine tardive de l’épave 7, repérée en 2000 au large du cap Télégraphos et fouillée en 2003 par S. Demesticha et E. Spondylis. Elle est constituée de plusieurs groupes d’amphores, parmi lesquels se détachent trois types d’amphores à vin ou à huile de la fin du IVe s. apr. J.-C., proches du type LR2 qui domine le marché à partir du Ve s. apr. J.-C.

Lire la suite
Présentation de la céramique romaine tardive issue des fouilles de sauvetage dans la région de l’antique Pyrasos, où a été découverte la ville épiscopale de Thèbes de Phthiotide.

Lire la suite
En 2010, s’achève le programme de recherche « À travers l’Olympe : réseau routier et défense » de l’université de Thessalie, dirigé par G. Pikoulas. Deux routes ont été repérées cette année, celle du plateau de Konospoli vers Leptokarya, à travers le passage de Ziliana, et celle de Kallipeuki/Nezero à Skotina (Karavida). Le passage de Diava, entre Konsopoli d’une part et Aghia Paraskévi et Palaiochori d’autre part, a également été exploré. – La nature du terrain n’a pas conservé de tronçons de voies antiques. Par ailleurs, on a procédé à un réexamen du site d’Aghia Barbara, dont la céramique de surface indique tout au plus une petite installation (aucun rempart n’a été retrouvé), et de la région de Drima-Skopia, où de la céramique et des monnaies antiques et byzantines ont été découvertes, ainsi que des gisements comportant de la céramique préhistorique. Plusieurs sites ont été examinés pour vérifier si des vestiges d’occupation sont attestés.

Lire la suite
G. Pikoulas signale la découverte d’un axe routier antique et moderne entre Larissa et la Perrhébie. Cinq tronçons de voies ont été repérés, dont deux voies antiques, matérialisées par des ornières doubles (entraxe de 1,40 m), creusées par les roues dans le rocher qui affleure à cet endroit de la rive droite du Xéraès. Ces segments alternent avec un segment de voie dallée (caldérim) ou creusée dans le rocher de la période ottomane, attestant une fréquentation continue et diachronique de cette axe routier.

Lire la suite
Publication d’une protomé féminine en terre cuite provenant de l’édifice allongé, fouillé en 2000 le long du parement interne du rempart d’Halos. Les données de la fouille permettent de dater cet objet de la première moitié du IIIe s. av. J.-C.

Lire la suite
Le théâtre de Thèbes de Phthiotide est construit sur les pentes orientales de la cité antique, située sur la colline de Kastro, près du village moderne de Mikrothivès, dans la plaine d’Almyros. Les fouilles de 1992 (BCH 122 [1998], p. 828) et de 1993 (BCH 123 [1999], p. 742) ont révélé deux phases principales d’aménagement. Les vestiges de la première phase, à l’époque hellénistique, comprennent les niveaux de gradins, huit escaliers d’accès, un diazoma pavé, des murs de soutènement et les parodoi près desquels ont été découverts les restes de bases honorifiques. À l’époque romaine, le bâtiment de scène et le koilon sont réaménagés pour transformer le théâtre en arène. Le bâtiment de scène qui est conservé et qui mesure 22 x 7,40 m appartient à cette période. On lui restitue deux niveaux, avec un décor sculpté en marbre : il est constitué d’un proskénion et d’une skéné avec quatre pièces et sous-sol. L’orchestra est élargie par la suppression de la première rangée de gradins et leur réutilisation en balustrade. Le canal autour de l’orchestra est couvert par un dallage de 1,50 m de large, constitué de blocs de remploi. Un mur a été élevé sur le pourtour du koilon, avec deux portes latérales pour faciliter la circulation des spectateurs. À l’époque protobyzantine, un petit édifice à pièce unique a été bâti au-dessus du koilon et diverses constructions, utilisant des blocs de marbre en remploi, furent aménagées en avant du proskénion. En 2010, dans le cadre du programme « Ξεκινάμε» de l’association Diazoma, l’Institut archéologique d’études thessaliennes, sous la direction de V. Adrymi-Sismani, a lancé une nouvelle campagne de fouilles au théâtre de Thèbes de Phthiotide. La recherche a d’abord porté sur la zone de l’orchestra, dans le but de déterminer les différentes phases de son utilisation, de localiser l’existence éventuelle d’un autel central ou d’autres éléments construits des phases hellénistique et romaine du monument, enfin de déterminer l’existence ou non d’un égout pour évacuer les eaux de pluie. La recherche s’est ensuite poursuivie sur le bâtiment de scène.   L’orchestra. – La fouille de l’orchestra s’est terminée à une profondeur de 0,10 m sous le niveau du dallage de l’époque romaine qui la ceinturait, soit le niveau de fondation sur le sol naturel (fig. 1). Ceci indique que le niveau de circulation dans l’orchestra – dont le sol était en terre (konistra) – était identique à l’époque hellénistique et à l’époque romaine. Aucun indice de l’existence d’une thymelè n’a été découvert. Rien ne permet de prouver l’existence d’un égout pour l’évacuation des eaux de pluie. Un canal a été localisé de manière fragmentaire sur cinq dalles consécutives à l’extrémité Sud du dallage romain, mais elles étaient en remploi. On peut en conclure que, lors du réaménagement de l’orchestra, le système de canalisations existant a été détruit et remplacé par des fosses placées à chaque extrémité du dallage autour de l’orchestra pour absorber les eaux de pluie.   Le bâtiment de scène. – Le mur Ouest du bâtiment de scène romain, d’une longueur de 14,54 m, a été mis au jour dans la partie orientale de l’orchestra (fig. 2). Des éléments architecturaux de la phase hellénistique, comme des volutes de chapiteaux ioniques, une base complète de colonne ionique et d’autres fragments en marbre ont été réutilisés dans sa construction. D’autres éléments de marbre ont été trouvés au Nord et au Sud du bâtiment de scène romain, parmi lesquels deux fragments de fûts de colonnes non cannelés en marbre vert thessalien, un matériau dont l’usage pour les façades des bâtiments de scène est connu sur d’autres sites dès le Ier s. apr. J.-C. La découverte dans le remblai du mur Ouest de la skéné romaine d’une monnaie de 217 apr. J.-C. constitue un terminus ante quem pour la construction de cet édifice. La fouille s’est poursuivie à l’intérieur du bâtiment de scène romain et a atteint les niveaux du sous-sol de la pièce I, jusqu’à une profondeur de 2 m, mais sans atteindre le sol. La pièce I mesure 3,61 x 4,23 m et s’ouvre vers le couloir intérieur par deux portes. Les murs Sud, Nord et Ouest du sous-sol de la pièce I sont construits dans un appareil de moellons et de tuiles caractéristique de l’époque romaine, tandis que le mur oriental est fait d’assises de blocs alternant avec des assises de briques. Dans l’angle Sud-Est de la pièce, près des fondations des murs Sud et Est, on trouve encore des blocs d’angle appartenant à la phase hellénistique du théâtre, ce qui indique que le bâtiment de scène romain a été entièrement reconstruit avec ses sous-sols à l’emplacement du bâtiment hellénistique, dont il n’a conservé que quelques-uns des éléments de fondation. Au cours de cette campagne, de nombreux fragments d’architecture en marbre provenant de l’élévation de la façade du bâtiment de scène ont été découverts (fig. 3). Une quantité importante de céramique et du mobilier d’époque hellénistique et romaine ont été recueillis, dont 6 monnaies de bronze provenant du bâtiment de scène – la plupart d’époque romaine (IIe-IIIe s. apr. J.-C.).

Lire la suite
Une nouvelle campagne de prospection et de nettoyages a été effectuée à Kephala en 2010, par l’université de Thessalie et la XIIIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques. Un nouveau plan topographique du site a été établi. Plusieurs secteurs du rempart ont fait l’objet de relevés en élévation et en plan : le tronçon T1.1 avec son emplekton entre les deux parements est le mieux préservé ; il est conservé sur une longueur de 1,04 m (fig. 1). Un mur perpendiculaire lui est accolé ; il est peut-être à mettre en relation avec un dispositif d’entrée ou un bastion du rempart. par ailleurs, un nouveau tronçon (T1.7) est apparu après de fortes pluies et semble constituer la suite, en dents de scie, du tronçon T1.6, dans la partie Sud-Ouest du site. Quelques tessons de céramique recueillis à l’extérieur du rempart ainsi que dans l’emplekton semblent indiquer que certains tronçons auraient été construits à l’époque géométrique ou à l’époque archaïque. au niveau du tronçon T1.3, on a pratiqué une coupe afin d’établir la séquence stratigraphique de l’occupation du site. La coupe – six couches ont été distinguées – indique que le rempart a été construit au-dessus d’une couche d’occupation protogéométrique. un nettoyage a été effectué au niveau du bâtiment de plan courbe découvert en 2009 (T4) : il s’est avéré que cette construction est d’époque moderne. le secteur des murs T5 et T6, sur le sommet du plateau, où l’on avait repéré des tranchées de fouilles clandestines, a fait l’objet d’un nettoyage. Les couches étaient perturbées et, outre le mobilier contemporain, on a découvert une monnaie de bronze, des objets en métal, un fragment de figurine en terre cuite, des fragments d’objet en verre et en os et de la céramique à relief et à décor de type West Slope, attestant une fréquentation du site au moins jusqu’à l’époque hellénistique. Les deux murs ne sont pas associés par leur construction et il n’a pas été possible de déterminer s’ils appartiennent au rempart (tour ?) ou à une autre construction. Une petite construction en ciste, à l’intérieur du rempart, entre les tronçons T1.6 et T1.7, a également été découverte à la suite de fortes pluies (fig. 2). La structure, d’une largeur de 0,55 m, a été fouillée et a livré des charbons de bois, de nombreux ossements (l’un d’eux est peut-être un os humain), des lamelles de fer et de bronze et des objets en bronze. Il n’a pas été possible de déterminer s’il s’agit d’une tombe à ciste d’enfant ou d’un foyer à fonction éventuellement cultuelle. Aucune datation n’a été proposée.

Lire la suite
La fouille de l’Institut canadien en Grèce, en collaboration avec la XVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques (IE’ ΕΠΚΑ), s’est poursuivie en 2010 à Kastro Kallithéas, sous la direction de M. J. Haagsma (université d’Alberta). Les recherches ont porté sur le bâtiment 10 (20 x 15 m), situé sur les pentes orientales du site (fig. 1). Il s’agit d’un édifice qui est composé d’au moins dix pièces disposées autour d’une cour péristyle et dont la fonction serait domestique, d’après l’analyse architecturale et le mobilier recueilli au cours des fouilles précédentes. L’édifice est occupé à la fin du IIIe s. et au IIe s. av. J.-C. L’exploration de la partie occidentale de l’édifice, entreprise en 2007 et 2009, a été achevée et les secteurs Est et Sud de l’édifice ont été explorés. La fouille de la zone 1 a révélé un mur à double parement, orienté Nord-Sud (mur P), qui forme un angle avec un mur orienté Est-Ouest (mur R) ; ce dernier semble longer un couloir qui établit la jonction entre l’entrée de l’édifice et la cour. On retiendra de la description : la cour (secteur E), qui est située au centre du bâtiment, était péristyle d’après la découverte de deux chapiteaux dans le sondage E1 et des blocs soigneusement taillés formant un stylobate. À l’intérieur de la cour, un bassin aux parois de pierre a été dégagé : il est associé à une canalisation orientée vers le Nord, où l’eau pouvait être acheminée, le sol de la pièce 5 (secteur D) était revêtu de mortier hydraulique rose, tandis qu’un mortier blanc recouvrait les murs. C’est dans cette pièce qu’aboutissait la canalisation partant du bassin de la cour ; communiquant en outre avec la pièce 6, qui servait de séjour et qui comportait des ustensiles de cuisson, elle a livré un matériel céramique (15 à 16 unguentaria en terre cuite, des vases à parfum) qui atteste sa fonction de salle de bains. Quarante pesons en terre cuite ont été découverts le long du mur C, ce qui laisse penser qu’ils avaient été entreposés sur une étagère fixée au mur (fig. 2). la fouille de la pièce 2 a révélé qu’il ne s’agissait pas d’une seule grande pièce, comme on l’avait pensé jusqu’ici, mais de deux plus petites, communiquant entre elles par une grande baie (1,38 m de large) dont le seuil finement taillé était en place. Les résultats des sondages effectués en 2006 et en 2007, et ceux de la fouille qui a commencé en 2010, suggèrent que la pièce 2 avait une fonction d’apparat. En effet, de nombreux fragments d’enduits peints de couleur jaune, noire et bleue et une grande quantité de céramique fine y ont été recueillis. De plus, cette pièce était accessible directement depuis la cour. Deux phases d’occupation du bâtiment 10 ont pu être identifiées. Des réaménagements sont visibles dans l’organisation de l’espace, particulièrement dans la cour (construction des murs O et K) : la construction d’un mur au-dessus du bassin et du péristyle crée une nouvelle pièce et entraîne l’abandon de la cour en tant que telle. D’après le mode de construction, on peut observer que la partie occidentale est antérieure à la partie orientale. – Le matériel céramique et les monnaies recueillies lors de la fouille permettent de dater l’utilisation de l’édifice aux IIIe-IIe s. av. J.-C. Par ailleurs, les fondations des murs comportaient du matériel de remploi, suggérant que le bâtiment 10 a été construit sur les vestiges d’édifices plus anciens.

Lire la suite
AVERTISSEMENT
La Chronique des fouilles en ligne ne constitue en aucun cas une publication des découvertes qui y sont signalées.
L'EfA et la BSA ne peuvent délivrer de copie des illustrations qui y sont reproduites et dont ils ne détiennent pas les droits.